close
Share with your friends

«La pandémie était un événement médical prévisible auquel le secteur économique n’était tout simplement pas préparé»

Interview avec Prof. Thomas Szucs

Dans une interview, le professeur Thomas Szucs, président du conseil d’administration du groupe Helsana, décrit la collaboration entre le conseil d’administration et la direction générale au cours des derniers mois, ainsi que les conséquences de la crise du coronavirus sur le développement de la numérisation au sein de l’entreprise.

1000

Related Content

Prof. Thomas Szucs

Prof. Dr. med. Thomas D. Szucs, Président du Conseil d’administration Helsana

Monsieur Szucs, quand avez-vous remarqué pour la première fois que le coronavirus allait être un problème de portée mondiale?

Au début de l’année, juste après l’annonce de la Chine à l’OMS, j’ai pris conscience qu’il se passait quelque chose de particulier dans l’Empire du Milieu. Je suis souvent en Chine et je m’intéresse à la grippe depuis plus de 30 ans. Pour moi, l’apparition d’une pandémie n’était qu’une question de temps. Toutefois, j’ai été surpris par le fait qu’avec le coronavirus, on ait un autre type de virus que celui auquel on s’attendait. Et je n’aurais guère cru possible d’assister à une pandémie d’une telle puissance.

Comment s’est passée la collaboration avec votre management au cours de ces derniers mois?

La collaboration entre le Conseil d’administration et la Direction a parfaitement fonctionné. Au plus fort du confinement, nous avons échangé régulièrement par conférences téléphoniques et visioconférences – en partie en présence de spécialistes externes issus de la recherche, de la médecine et de l’IT, qui nous ont offert une nouvelle perspective sur ces évolutions. Notre Task Force a assumé toute la coordination chez Helsana. Rétrospectivement, elle a fait un travail fantastique et assuré l’exploitation pendant la pandémie, aux côtés de l’IT et de la gestion des acquisitions. Dès le 13 mai, le Conseil d’administration s’est de nouveau déroulé physiquement – dans le respect d’un concept de protection sophistiqué. Il s’agissait aussi de lancer un signal en renouant rapidement avec une nouvelle normalité.

La pandémie a-t-elle réussi ce test décisif pour ce qui est de la numérisation de notre économie?

Le fait que cette pandémie entraîne une forte poussée de numérisation était prévisible. Pour la première fois, notre agilité a été mise à l’épreuve. Le management du groupe Helsana a fourni ici un travail remarquable. En dehors des agences générales et des points de vente fermés, le fait que près de 3000 collaborateurs aient été en télétravail par phases est pratiquement passé inaperçu des clients. Durant le confinement, l’accessibilité a été légèrement supérieure à 95%. C’est un chiffre sensationnel. Le travail du futur sera plus numérique et entraînera moins de déplacements.

Dans quelle mesure l’incertitude prédominante dans l’économie et la société se répercute-t-elle sur votre activité quotidienne?

La pandémie était un événement médical prévisible auquel le secteur économique n’était tout simplement pas préparé. Les plans de pandémie et les concepts de protection ont toujours été considérés de mauvaise grâce par les entreprises et dans la santé publique, sans parler de la minimisation de l’importance d’une couverture vaccinale contre la grippe. Chez Helsana, nous avons été en mesure de très bien amortir le choc de cette pandémie et de nous accommoder rapidement de ce nouveau monde. D’ici à la fin des vacances d’été officielles, nous aspirons au retour à l’exploitation normale.

Quels enseignements l’économie et la société doivent-elles tirer de cette crise du coronavirus?

Nous devons rester conscients des risques et préparer des actions explicites aussi vite que possible. Dans presque toutes les entreprises, cette pandémie devrait constituer un défi de taille pour ce qui est des devoirs et des responsabilités personnelles non transmissibles des membres du Conseil d’administration. Dans notre rôle de Conseil d’administration, nous devons assumer de façon rigoureuse nos principales activités, en particulier en matière de surveillance et de gestion des risques. Nous devons assurer que la Direction anticipe, qu’elle évalue les risques à court et long termes mais aussi les chances, qu’elle prenne des mesures adaptées pour assurer la continuité des affaires et pour activer des plans d’urgence, et qu’elle communique de façon adéquate, tant au niveau du timing que du contenu. Il est également important que la société développe une conscience nettement plus forte dans le domaine de l’hygiène. Les réactions aux récentes évolutions dans l’industrie de transformation de la viande en témoignent. Avec cette «prise de conscience», on peut aussi espérer que les infections nosocomiales classiques reculent à l’avenir.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

loading image Appel d'offres