Les résultats semestriels de 2022 des grandes banques canadiennes ont fait état d’une hausse de 23,8 % du bénéfice global avant impôt. Sur une base ajustée, le revenu net global a augmenté de 9,2 %, passant de 28,87 milliards de dollars à 31,53 milliards de dollars. Les résultats mettent en évidence la forte demande de crédit et un environnement favorable aux pertes de crédit. Toutefois, étant donné que les taux d’inflation dépassent la fourchette cible de la Banque du Canada et que l’on s’attend à un resserrement supplémentaire de la politique monétaire, la question qui se pose est de savoir dans quelle mesure cela va-t-il freiner la demande future de crédit?

Points saillants

Toutes les grandes banques canadiennes ont enregistré une hausse du bénéfice avant impôt par rapport au premier semestre de 2021. Au total, le bénéfice avant impôt a augmenté de 23,8 % pour s’établir à 43,9 milliards de dollars. Toutes les grandes banques ont également signalé des augmentations du bénéfice net ajusté, qui a augmenté de 9,21 % pour s’établir à 31,5 milliards de dollars par rapport au premier semestre de 2021, en raison d’une forte demande de prêts personnels et commerciaux et d’une diminution des provisions pour pertes sur prêts.

Les marges nettes d’intérêts sont demeurées stables, s’établissant en moyenne à 1,76 % en légère baisse (de 0,02 %) par rapport au premier semestre de 2021. Compte tenu de l’augmentation de 50 points de base du taux d’intérêt de référence de la Banque du Canada annoncée le 2 juin 2022 et d’une autre augmentation de 50 points de base qui devrait être annoncée en juillet 2022, la marge nette d’intérêt moyenne devrait s’améliorer au cours du deuxième semestre de 2022.

La qualité de l’actif demeure solide, les six grandes banques ayant enregistré une diminution du montant net des prêts dépréciés en pourcentage du total des prêts et acceptations. Les provisions pour créances irrécouvrables ont diminué de 19,8 % au total, pour s’établir à 21,2 milliards de dollars en raison de nouvelles sorties de provisions accumulées au cours des premiers stades de la pandémie. Bien que la réduction de l’incertitude liée à la pandémie de COVID-19 ait largement soutenu la décision de réduire les provisions pour pertes de crédit, cette décision est tempérée par l’augmentation du risque de dégradation de l’économie en raison de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt.

Les principales banques canadiennes ont toutes un capital nettement supérieur à l’exigence réglementaire minimale de 9,5 % de fonds propres de catégorie 1 pour les BISN. Le ratio moyen de fonds propres de catégorie 1 pour les 6 grandes banques au premier semestre de 2022 est de 14,85 %, en hausse de 0,35 % par rapport au premier semestre de 2021.

En moyenne, les dividendes par action ont augmenté de 0,28 $ pour s’établir à 2,03 $ par action en moyenne, comparativement à la période correspondante précédente. BMO a enregistré la plus forte augmentation des dividendes par action de 0,54 $ comparativement au premier semestre 2021, suivie par la Banque Nationale, qui a augmenté les dividendes par action de 0,30 $ pour la même période.

​Aperçu des résultats

Aperçu infographique des résultats financiers semestriels des grandes banques canadiennes.


Revenus

pièces de monnaie

Revenu net d'intérêts
augmenté de 7,87 % à

48,8 G$

Revenu d'autres sources que les intérêts
augmenté de 7,48 % à

46,8 G$

Bénéfices

porte monnaie

Bénéfice net ajusté
augmenté de 9,21 % à

31,5 G$

Marge nette d'intérêt moyenne
diminuée de 0,02 % à

1,76 %

Rendement aux actionnaires

une main avec des pièces

Rendement moyen ajusté des capitaux propres
augmenté de 0,02 % à

17,48 %

Dividende moyen par action
augmenté de 0,28 $ à

2,03 $

Qualité des actifs

une main avec une seule pièce de monnaie

Prêts dépréciés nets moyens comme % des prêts et acceptations diminués de 0,11 % à

0,24 %

Provision pour pertes sur créances
diminuée de 19,97 % à

21,2 G$

Bilan

Bilan

Ratio moyen de fonds propres de catégorie 1
diminué de 3,97 % à

13,93 %

Prêts bruts
augmentés de 12,6 % à

571,8 G$

Remarque :  Comparaison avec les résultats semestriels de l’exercice 2021. Toutes les données ont été compilées, sans audit ni examen, à partir d'informations publiées par les six grandes banques canadiennes.


Qu'en sera-t-il de votre entreprise à mesure que le secteur bancaire évolue ?

À l’heure actuelle, les banques canadiennes cherchent à transformer leurs modèles d’affaires et d’exploitation pour parer à l’avenir. Nous sommes prêts à effectuer une évaluation comparative de votre entreprise et à vous aider à définir un parcours productif de transition qui dégagera de nouveaux vecteurs de croissance. Comment votre entreprise demeurera-t-elle à l’avant-garde et prête à affronter l’avenir à mesure que le secteur bancaire évolue? Communiquez avec nous pour en savoir davantage.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Ressources et analyses

Communiquez avec nous

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.

Communiquez avec nous