• Christine Andrew, Author |
5 minutes de lecture

Il n'y a pas de définition unique propre aux « femmes en technologie ». Tout au long de mon parcours chez KPMG, et particulièrement dans mon travail auprès de la communauté Femmes en technologie, j'ai pu constater de visu que les compétences, les contributions et les cheminements de carrière varient grandement d'une professionnelle à l'autre. Ces exemples de réussite présentent toutefois une constante : des femmes déterminées et compétentes, qui savent saisir les possibilités et obtenir le soutien qui sont nécessaires pour contribuer au domaine.

Prenez mon parcours, par exemple. Comme pour bon nombre de mes collègues, c'est la technologie qui s'est présentée à moi. À l'époque, soit il y a environ trois ans et demi, je dirigeais l'équipe Marketing d'entreprise de KPMG à l'échelle du pays. Forte de 15 ans d'expérience en marketing et en communication, j'avais prévu une longue carrière dans ce domaine. Lorsqu'on m'a proposé de réorienter ma carrière pour assumer le rôle de directrice générale, Stratégie et numérique, le choix était déchirant. J'appréhendais la perspective d'établir un nouvel espace numérique pour le cabinet, d'autant plus que j'allais remplir ce rôle sans posséder l'expérience technique approfondie dont je croyais avoir besoin pour exceller. Par ailleurs, tous ces nouveaux domaines à explorer piquaient ma curiosité, et j'ai compris que ce rôle en technologie pouvait représenter pour moi l'occasion d'apprendre et de me perfectionner.

Aujourd'hui, je suis convaincue d'avoir fait le bon choix. Bien sûr, j'ai dû parcourir une courbe d'apprentissage et il est vrai qu'il m'a fallu un certain temps pour me débarrasser du « syndrome de l'imposteur » qui accompagne chaque décision professionnelle audacieuse. J'ai pu constater l'utilité des compétences transférables que j'avais acquises et qui m'ont bien servie dans mes nouvelles fonctions. Heureusement, j'ai aussi eu accès à des mentors, à un réseau formidable et à des ressources internes qui, à ce jour, continuent de me soutenir dans mon parcours. Grâce à cette chance exceptionnelle, j'ai eu l'occasion de rehausser la présence et les capacités numériques de KPMG. J'ai aussi pu diriger une équipe enthousiaste pour la transformation numérique de notre image de marque, l'élaboration de solutions numériques sans pareil sur le marché et l'accroissement des capacités à l'échelle du cabinet.

Je suis tellement fière de voir mes collègues obtenir un succès semblable dans leurs propres carrières en technologie. Par exemple, Michelle Cannon est une membre estimée des équipes Transformation fiscale et Centre innovant de services fiscaux de KPMG. Son intérêt envers les nouvelles technologies et ses compétences numériques a été bénéfique pour ses clients et ses collègues. « Chaque année, j'essaie de consacrer du temps à la découverte d'au moins deux nouveaux domaines technologiques, m'a révélé Michelle. Je tente habituellement de lier mon apprentissage à un projet en cours. Parfois, j'investis du temps pour lancer un projet qui me tient à cœur et qui intègre les compétences que j'apprends afin d'acquérir une expérience pratique au fur et à mesure que j'affine mes connaissances. »

Aujourd'hui, Michelle met sa passion de l'apprentissage autodidacte au service de l'élaboration de solutions technologiques qui améliorent l'efficience des fonctions Fiscalité de nos clients et optimisent les processus internes de KPMG. En plus de développer un nouvel outil interne utilisé par des collègues de partout au pays, elle a formé une équipe multidisciplinaire pour élaborer une solution qui explique des concepts fiscaux complexes aux programmeurs n'ayant aucune expérience en fiscalité. Ces efforts méritoires sont motivés par une volonté de perfectionnement et par la capacité de travailler dans un environnement où la croissance personnelle est valorisée.

Elle et moi sommes semblables en ce sens qu'elle est aussi extrêmement reconnaissante envers les mentors qui l'ont appuyée tout au long de son parcours professionnel. Nous croyons également que de bonnes choses se produisent lorsque nous sortons de notre zone de confort, en particulier lorsqu'il faut s'engager dans des territoires numériques inconnus.

« N'ayez pas peur de suivre un parcours de carrière hors des sentiers battus, encourage-t-elle. Lorsque j'ai commencé dans mes fonctions actuelles, j'ai renoncé au type d'expérience plus traditionnelle qu'on acquiert habituellement au sein de services-conseils en fiscalité d'un cabinet comptable. Je ne regrette pas du tout d'avoir emprunté ce chemin même s'il est inhabituel, car je suis en mesure de contribuer d'une manière qui m'aurait pris beaucoup plus de temps, n'eût été mon rôle actuel. »

Il y a aussi des femmes pour qui la technologie semble toute naturelle, comme c'est le cas pour Ravy Por, qui « parle » techno. En effet, depuis son enfance, la directrice exécutive et cheffe de l'équipe Lighthouse Québec de KPMG étudie le codage, les mathématiques et l'analytique avancée afin de donner du sens à un monde qui lui était (alors) étranger.

« Ma famille s'est réfugiée au Canada pour échapper au génocide cambodgien, raconte-t-elle. Au primaire, je ne parlais que le khmer. Je n'ai appris l'anglais et le français qu'à l'âge de sept ans. Les mathématiques, qui sont universelles, sont donc devenues ma deuxième langue. Elles m'ont aidée à comprendre les choses qui m'entouraient et à me sentir moins seule. »

Codeuse depuis l'âge de neuf ans, Ravy a poursuivi ses études en mathématiques et en science des données. Aujourd'hui, elle met à profit ses compétences en analytique avancée, en intelligence artificielle, en solutions infonuagiques et autres innovations afin d'aider les clients dans leur propre « évolution analytique ». La carrière en technologie de Ravy représente pour elle un moyen d'approfondir une passion continue et d'améliorer la vie (et les moyens de subsistance) d'autrui.

« Nous étions pauvres lorsque j'étais enfant. Et j'ai pu constater comment le codage, la science et la technologie pouvaient ouvrir des portes, se souvient-elle. C'est l'approche que j'adopte au travail aujourd'hui : aider autrui à aller plus loin et à vivre de meilleures expériences grâce à la technologie et à l'analyse de données. »

Ravy partage ses valeurs avec une équipe diversifiée du centre Lighthouse Québec. Tout comme Michelle et moi, elle continue de conseiller d'autres femmes du cabinet sur leur parcours de carrière, en leur recommandant de continuer d'apprendre et de se rapprocher de professionnels ayant les mêmes affinités qu'elles.

« C'est très important de cheminer avec des personnes qui partagent votre profil et votre expérience, souligne-t-elle. Surtout pour les femmes, car il n'y a pas si longtemps, on voyait peu de diversité dans les postes en technologie. »

Ces témoignages ne représentent qu'une infime partie de ce que j'ai eu le plaisir de découvrir en travaillant chez KPMG. Notre communauté Femmes en technologie et les balados Women Talk Tech (en anglais), lesquels mettent en lumière les faits d'armes d'autres femmes en technologie chez KPMG, sont pour moi des initiatives encourageantes. Force est de constater que les occasions offertes aux femmes en technologie sont aussi variées que les personnes talentueuses qui les saisissent.

  • Christine Andrew

    Christine Andrew

    Author, Managing Director, Strategy & Digital

    Blog articles

Multilingual post

This post is also available in the following languages

Stay up to date with what matters to you

Gain access to personalized content based on your interests by signing up today

Sign up today