close
Share with your friends

Les PDG face à l'incertitude et aux perturbations

Pour maîtriser la résilience, les PDG développent la cyber-résilience, entreprennent de renforcer les compétences de leurs employés et accélèrent l'adoption de technologies de pointe.

» Téléchargez le rapport CEO Outlook 2019 (PDF - Anglais - 935 Ko)

Cyber résilience

La capacité à stimuler l'innovation numérique est essentielle pour libérer la croissance à long terme. Cependant, les préoccupations liées à la cybersécurité peuvent freiner ces ambitions.

Dans un environnement où l'innovation numérique est essentielle à la résilience et au succès à long terme, les PDG sont bien conscients que l'excellence en matière de cybersécurité est bien plus qu'une capacité de défense ou d'atténuation. En fait, 71% affirment que leurs entreprises considèrent la sécurité de l’information comme une fonction stratégique et un avantage concurrentiel.

Les PDG qui ont rendu leur entreprise plus cyber-résiliente cherchent également à perturber leur secteur1. Ces PDG cyber résilients prévoient une croissance de leurs revenus de 2% ou plus au cours des trois prochaines années (52% par rapport à 45% de tous les PDG).

Les dirigeants cyber résilients ont le sentiment que leur organisation considère la sécurité de l'information comme une fonction stratégique et une source potentielle d'avantage concurrentiel 1. Ils sont bien préparés pour une cyberattaque et disposent de spécialistes hautement qualifiés en cybersécurité.

La stratégie de Walmart est dirigée par les personnes et soutenue par la technologie.

Doug McMillon
PDG et Président
Walmart

Doug McMillon

Personnel 4.0

Les technologies perturbatrices - de l'intelligence artificielle à la réalité virtuelle - peuvent transformer le monde du travail. L'augmentation des compétences des employés à l'ère numérique est maintenant essentielle à la résilience.

Les PDG reconnaissent que cette tendance s'accélère. Quatre sur dix (44%) ont l'intention d'intégrer de nouvelles capacités numériques à plus de la moitié de leurs effectifs actuels au cours des trois prochaines années.

Cependant, nous avons également demandé aux chefs de direction quelle était leur priorité en termes d'investissements en capital et nous avons constaté une tension entre les changements de main-d'œuvre qu'ils savent devoir faire et les investissements requis dans leur technologie. Nous avons notamment demandé s’ils investissaient davantage dans le développement des compétences des personnes ou dans l’achat de nouvelles technologies. La majorité (68%) ont déclaré investir davantage dans l’achat de nouvelles technologies.

Investir dans les nouvelles technologies vs. Améliorer les compétences

Source: 2019 Global CEO Outlook, KPMG International.

Technologie 4.0

Les technologies d’intelligence artificielle et leurs applications offrent l’occasion de transformer les performances d’une organisation. Ces technologies sont utilisées pour exécuter des processus et des tâches autrefois confiés à des employés, laissant ainsi à l'Homme la liberté de s'attaquer à des tâches de plus grande valeur.

Cependant, les organisations n'ont toujours pas appliqué l'intelligence artificielle à l'automatisation de leurs processus. Seulement 16% des PDG ont déclaré avoir déjà mis en œuvre l'intelligence artificielle pour automatiser leurs processus, contrairement aux 31% qui affirment ne faire que tester la technologie et les 53% qui ont initié une mise en œuvre limitée.

Trop de temps est passé à débattre de l'impact des suppressions de postes et pas assez sur le besoin d'une révolution des compétences.

Jonas Prising
PDG et Directeur
ManpowerGroup

Jonas Prising

Dans ces documents, «nous», «KPMG», «notre» et «notre» font référence au réseau de cabinets membres indépendantes opérant sous le nom KPMG et affiliées à KPMG International ou à une ou plusieurs de ces sociétés ou à KPMG International.

Les points de vue et opinions exprimés dans ce document sont ceux des personnes interrogées et des répondants au sondage et ne représentent pas nécessairement les points de vue et les opinions de KPMG International ou des cabinets membres de KPMG. L’implication de KPMG n’est pas une approbation, un parrainage ou un soutien implicite de produits ou de services d’une entreprise.