L’intérêt pour les Regtech ne se dément pas - KPMG Luxembourg
close
Share with your friends

"L’intérêt pour les Regtech ne se dément pas"

"L’intérêt pour les Regtech ne se dément pas"

1000

Partner, Alternative Investments

KPMG in Luxembourg

Contact

Related content

Il y a environ deux ans, les premiers articles ayant trait aux Regtechs paraissaient dans la presse spécialisée, provoquant un engouement immédiat. Il est vrai que la dernière décennie avait été chahutée pour le monde financier, devenu à la fois le cadre et le témoin d’une augmentation exponentielle des législations et réglementations diverses.

La complexité de ces nouvelles réglementations et les amendes relatives à leur non-respect incitent les sociétés à rechercher les meilleures solutions, non seulement afin de se mettre en conformité avec celles-ci, mais encore d’assurer une juste documentation vis-à-vis des autorités de contrôle et des investisseurs.

Malheureusement, l’utilisation des outils classiques est souvent chronophage et peu adaptée à la prévention des risques. Face à l’hyperbole régulatrice, les Regtechs, contraction des termes regulatory et technology, apparaissent comme des solutions salvatrices, cristallisant de nombreuses attentes.

En 2019, où en sommes-nous ? Les Regtechs se définissent comme des outils informatiques développés afin d’automatiser l’analyse et la confrontation des données aux règlementations, externes et internes, préalablement intégrées à ces logiciels. L’objectif principal est d’accompagner et de faciliter la compliance, d’intégrer une démarche de conformité réglementaire et de bonne pratique au sein d’une stratégie et d’une gestion quotidienne efficace. KPMG Luxembourg propose déjà des solutions  intelligentes de dashboarding destinés aux compliance officers de fonds alternatifs (PE/RE). Solutions permettant d’obtenir une vue instantanée et complète de l’avancement des obligations déclaratives (dépôt des comptes, déclarations fiscales, reporting,…) des nombreuses sociétés dont ceux-ci ont la supervision.  Les domaines d’applications sont multiples : la lutte contre le blanchiment d’argent grâce à la blockchain, la veille règlementaire générale, les processus de reconnaissance client (know your customer),... et la gouvernance (suivi des opérations, documentation des organes de gestion). 

Un gain de temps indéniable

Pourtant aussi variées que ne le sont les acteurs et les thématiques, les Regtechs font toutes bénéficier leurs utilisateurs des mêmes atouts : efficacité (facilité de gestion, gain de temps), réduction des coûts, anticipation des risques et réactivité. Quand, auparavant, le gestionnaire devait trouver, dans les circulaires et règlementations, les nouvelles normes à appliquer à un système, les Regtechs les lui proposent maintenant automatiquement dès le démarrage de son ordinateur.

Générer des rapports complexes et les envoyer en temps et en heure aux autorités en un clic, en étant assuré que les dernières directives ont été suivies procurent non seulement un gain de temps indéniable mais aussi une certaine sécurité, permettant une allocation optimale des ressources humaines aux tâches dont la valeur ajoutée est certaine. L’interaction entre les développeurs de Regtechs et une société comme KPMG est très importante. Nos experts fiscaux et réglementaires interviennent pour créer du contenu, l’insérer dans ces logiciels et le mettre à jour lorsque la législation évolue. Par exemple, nous avons développé pour différents Regtechs des modules qui sont destinés à identifier et reporter les opérations rentrant dans le champ de la Directive EU concernant l'échange automatique et obligatoire d'informations dans le domaine fiscal (DAC6 –MDR).

Un nouveau modèle de gouvernance a bien entendu sa place dans n’importe quel secteur, quel qu’il soit. Bien que le secteur bancaire ait été pionnier dans le domaine des Regtechs, leur intérêt ne se dément pas dans le cas des fonds d’investissement. Elles y rencontrent notamment le nouveau besoin de diligence de ce type d’organisations. Il est clair que nous n’avons pas fini d’entendre parler des Reghtechs.

 

Source : Carte blanche par Christophe Diricks, Associé chez KPMG Luxembourg dans PaperJam Supplément Fonds d’Investissement (publié le 24/04/2019). 

Connect with us

 

Want to do business with KPMG?

 

Request for proposal