close
Share with your friends

KPMG 2020 CEO Outlook COVID-19 Special Edition

En savoir plus sur l'étude
(focus France, interview...)


 

L'essentiel

▪ Depuis cet été, les dirigeants placent au premier rang des enjeux de croissance auxquels ils sont confrontés, celui de la mobilisation et de la rétention des talents (21 % en juillet-août contre 1 % en janvier), devant les risques concernant la chaîne d’approvisionnement « supply chain » (18 %), le repli sur les marchés nationaux (14 %), le changement climatique (12 %), les risques en matière de cyber-sécurité (10 %).  

▪ La confiance des dirigeants sur l’évolution de l’économie mondiale dans les trois prochaines années s’est fortement dégradée passant de 76 % à 45 % entre janvier et juillet 2020. Ils sont beaucoup plus optimistes s’agissant de la croissance économique de leur propre pays et 70 % d’entre eux affichent un réel optimisme concernant les capacités de rebond de leur propre entreprise. Les plus optimistes sont français, australiens, italiens, japonais et canadiens, loin devant les américains, les chinois et les britanniques.  

Cette étude interroge 1 300 dirigeants d’entreprise à travers le monde sur leur perception de l’avenir, s’agissant à la fois de la conjoncture économique, de l’activité de leur secteur et de leur entreprise, et de leur évaluation des risques majeurs auxquels ils sont confrontés.

Les incertitudes créées par le Covid-19, et son impact sur l’économie, l’emploi et l’avenir de l’entreprise, peuvent générer des préoccupations légitimes comme en témoignent les résultats de l’étude. Et cette crise sanitaire a mis en avant un certain nombre de valeurs : la résilience, le puissant levier des talents ainsi que la responsabilité vis-à-vis des autres et de l’environnement. C’est une bonne nouvelle ! Le véritable défi pour les dirigeants est leur capacité à résister au stress lié à ces incertitudes, et à investir dans le temps long ! Seules les entreprises qui développeront leurs activités de façon responsable sortiront renforcées, et finalement gagnantes de la crise.

Jay Nirsimloo,
Président de KPMG France

Plus en détails, et par grands chapitres de préoccupations, les résultats les plus significatifs de cette étude :

Raison d’être (Purpose)

En pleine crise économique et sanitaire, les dirigeants veillent à créer un environnement à la fois rassurant mais aussi solide pour répondre aux grands défis sociétaux.


Les dirigeants plus attentifs que jamais à la raison d’être et à la mission de l’entreprise
Les CEO estiment que la période récente les a amenés à vérifier que les objectifs de leur entreprise répondaient véritablement aux attentes de leurs parties prenantes. 80 % des dirigeants français (77 % à l’international) déclarent qu'ils ont dû réévaluer les priorités de leur organisation à la suite de la crise du Covid-19 et 80 % affirment qu'ils se retrouvent davantage dans la raison d’être de leur entreprise depuis le début de la crise.

Le Covid-19 a eu un impact personnel sur les dirigeants
39 % des dirigeants (contre 63 % en France) ont vu leur santé ou celle d'un membre de leur famille affectée par le virus, et 55 % ont modifié leur réponse stratégique à la pandémie en conséquence. Ils ont également été touchés financièrement, leur rémunération ayant été réduite à la suite de la crise du Covid-19.

Les entreprises engagées pour l’égalité
Au début de l'année 2020, 65 % des dirigeants déclaraient que l’opinion publique attendait des entreprises qu'elles contribuent à répondre à des problématiques sociétales insuffisamment adressées. Aujourd'hui, ils sont 81 % des CEO (83 % en France) à affirmer introduire de nouvelles mesures concrètes pour lutter contre le racisme, par exemple.

Prospérité (Prosperity)

Outre la réponse à la crise, les dirigeants recherchent la croissance durable et la prospérité de leur entreprise.

Une brusque dégradation de la confiance dans l’économie
La confiance des dirigeants français dans l’évolution de l’économie mondiale se dégrade, passant de 72 % à 48 % entre janvier et juillet. En outre, seuls 45 % des dirigeants français s’estiment confiants dans les perspectives de croissance de leur secteur d’activité. En revanche, ils affichent un réel optimisme quant à l’avenir de leur propre entreprise au cours des trois prochaines années : leur degré de confiance reste quasiment stable entre janvier et juillet (70 %).

Une accélération forte de la transformation digitale
Les dirigeants ont beaucoup investi dans la technologie pendant la période de confinement et ils parient sur les principales dimensions de la transformation digitale pour rendre le modèle opérationnel de leur entreprise plus résilient, plus agile et plus axé sur la dimension Client. 8 dirigeants français sur 10 ont vu la transformation digitale de leur entreprise s'accélérer pendant la pandémie. L’accélération de cette digitalisation a été notamment sensible sur les opérations, où 33 % des dirigeants déclarent que leur entreprise a fait un bond de plusieurs années en quelques mois. Ils sont aussi désormais plus enclins à investir davantage dans la technologie.

De nouveaux enjeux de ressources humaines
Avec la crise sanitaire et le confinement, le recours massif au télétravail a fait émerger de nouveaux enjeux en matière de ressources humaines. Les CEO réfléchissent notamment à l’impact de l’extension du télétravail en termes d’attractivité et de rétention des talents. Une évidence pour les CEO : l’accompagnement des talents est plus que jamais la clé d’une croissance durable et de la prospérité des organisations dans le monde post-Covid.

Priorités (Priorities)

Les CEO redoublent d’efforts en matière de transformation et mettent en place des stratégies innovantes pour s’imposer dans la nouvelle réalité post-Covid.


L’accent accru mis sur les critères RSE
La pandémie a placé les critères ESG (Economic, Social & Governance) en tête des priorités pour les CEO. Près des deux tiers des dirigeants français ont mis l'accent sur la composante sociale. Malgré l'importance accrue des questions sociétales, de nombreux secteurs sont aussi touchés par le changement climatique. Ces dirigeants reconnaissent que la gestion de cet enjeu environnemental sera essentielle et déterminante pour leur réussite, et plus précisément pour le maintien de l’emploi au cours des cinq prochaines années.

La généralisation de nouvelles organisations du travail : « Future of work »
La crise sanitaire et le confinement ont fait émerger de nouvelles questions relatives à la gestion des ressources humaines et le recours massif au télétravail. 85 % des dirigeants français (77 % à l’international) affirment qu'ils continueront à s'appuyer sur les outils de collaboration digitale utilisés pendant le confinement, et 60 % (73 % à l’international) estiment que le travail à distance a élargi leur vivier de talents disponibles.

Une chaîne d'approvisionnement à repenser
Le risque lié à la « supply chain » s'est aggravé depuis le début de la pandémie de Covid-19 et 83 % des CEO français déclarent avoir dû repenser leur chaîne logistique (contre 67 % à l’international). Les dirigeants souhaitent saisir l’opportunité de cette crise pour repenser leur chaîne d’approvisionnement et en faire un avantage concurrentiel.

*Cartographie des risques pour les CEO français

KPMG

Janvier 2020

KPMG

Juillet/Août 2020


KPMG 2020 CEO Outlook COVID-19 Special Edition

Télécharger l'étude
(PDF 1 MB)


 
METHODOLOGIE
  • KPMG a d'abord mené une enquête auprès de 1 300 dirigeants d’entreprises à travers le monde en janvier et février, avant que de nombreux marchés clés ne commencent à ressentir pleinement l'impact de la crise pandémique. En juillet/août (entre le 6 juillet et le 5 août 2020), KPMG a mené une nouvelle enquête de suivi auprès de 315 CEO pour comprendre comment leur pensée a évolué pendant la crise. Dans les deux cas, tous les répondants ont un chiffre d'affaires annuel supérieur à 500 millions de dollars US et un tiers des entreprises interrogées ont un chiffre d'affaires annuel supérieur à 10 milliards de dollars US.
  • L'enquête de janvier/février a été réalisée auprès de dirigeants de 11 marchés clés (Allemagne, Australie, Canada, Chine, Espagne, France, États-Unis, Inde, Italie, Japon et Royaume-Uni) et de secteurs diversifiés (gestion d'actifs, automobile, banque et assurance industrie, banque et assurance, grande consommation et distribution, santé, énergie, télécoms, industrie…). La plus récente enquête a été menée auprès de CEO des secteurs mentionnés ci-dessus et de huit marchés clés (Australie, Canada, Chine, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni). REMARQUE : certains chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas atteindre 100 %. 

Contacts