close
Share with your friends

Le début d’année 2020 confirme notre vision concernant l’essor des néobanques sur le marché français des services bancaires, avec notamment des levées de fonds historiques soutenues par des investisseurs étrangers.
Que ce soit sur le marché des particuliers (Lydia a levé 40 millions d’euros mi-janvier) que celui des professionnels (Qonto a effectué un tour de table à hauteur de 104 millions d’euros fin janvier), l’intérêt croissant des investisseurs sur ces acteurs innovants souligne le potentiel des néobanques en France.

1) Des deals toujours plus audacieux

La taille des deals va augmenter car les investisseurs s’intéressent désormais aux financements "late-stage" des Fintech. Les deals spéculatifs vont laisser la place aux deals de conviction, axés sur des Fintech dont le business model a fait ses preuves, en bonne voie pour atteindre pacités adjacentes pour leur croissance..

2) Développement produit

Les Fintech en pleine croissance (" scale-up") et les banques challengers vont continuer d’étendre leur offre de services à des secteurs en dehors des services financiers classique, tels que l’énergie ou encore les télécoms.

3) Des deals dans des régions plus diverses

Les deals dans le secteur des Fintech vont se multiplier hors des marchés traditionnels, notamment en Asie du Sud-Est, en Amérique Latine ou encore en Afrique.

4) Montée de la Big Tech

Les géants de la Tech tels qu’Alibaba, Alphabet, Apple ou encore Tencent vont s’intéresser de plus en plus aux Fintech, notamment pour mieux atteindre les marchés émergents  - que ce soit directement par des investissements ou par le biais d’alliances stratégiques - mais aussi pour offrir un écosystème toujours plus intégré et homogène à leurs clients.

5) Licences de Digital Banking

A l’image d’Hong Kong, de l’Australie et de Singapour, d’autres pays d’Asie Pacifique vont développer les régimes spéciaux pour les banques digitales et utiliser ces nouvelles licences pour stimuler la concurrence et offrir des services adaptés au marché de l’inclusion et à des segments entiers de la population peu ou non-bancarisés .

6) Quand la proie devient chasseur

Les Fintech matures vont-elles-mêmes investir dans des Fintech émergentes, afin d’augmenter leurs  capacités, de trouver de nouveaux talents plus rapidement et de se développer dans de nouveaux marchés.

7) Partenariats

Méthodologie

Les partenariats vont continuer de fleurir entre les géants de la Tech et les Fintech, les entreprises traditionnelles et les Fintech ainsi qu’entre Fintech. Ils seront très focalisés sur le client et sur la création de valeur afin de dominer leur secteur le plus rapidement possible.

8) De l’Open banking à l’Open finance

Les opportunités en open data vont transcender le secteur bancaire pour s’étendre à d’autres services financiers, et vont également résoudre les problématiques communes à d’autres secteurs, tels que l’énergie ou les telécoms.

9) Regroupement de services financiers

La fragmentation actuelle des offres de produits financiers va commencer à connaitre une vague de consolidation pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs dont le quotidien est de plus en plus digitalisé. Ils recherchent en effet une plateforme simple et de confiance pour gérer leurs opérations financières.

10) Cybersécurité et gestion de l’identité digitale

Les Fintech spécialisées en cybersécurité vont devenir plus attractives en marge de la transition des institutions financières traditionnelles du développement vers l’acquisition de solutions de cybersécurité, notamment dans les domaines de la fraude, de la sécurité et de la gestion de l’identité.

Secteur Banque

Innovante et disruptive, la Fintech redessine les contours de la finance et accélère la transformation de ses modèles partout dans le monde.