close
Share with your friends

La carte de paiement n’a pas dit son dernier mot

La carte de paiement n’a pas dit son dernier mot

[Etude] KPMG dévoile pour la première fois un panorama des cartes de paiement innovantes.

1000
Stéphane Dehaies, Associé, Banque & Fintech

Associé, Banque & Fintech

KPMG en France

Contact

D'autres actualités sur le site

Le marché de la carte de paiement est en pleine transformation sur les plans fonctionnel, technologique et réglementaire. Il s’agit en effet de l’un des terrains de jeux privilégiés des acteurs financiers pour se différencier, fidéliser et innover. De plus, cette dynamique pousse des nouveaux acteurs à rallier un territoire historiquement réservé aux banques, à l’instar d’Apple aux Etats-Unis.

L’essor du marché des cartes de paiement touche également le segment des cartes professionnelles. Les néobanques et les Fintechs viennent ainsi « challenger » les acteurs traditionnels en répondant aux besoins de simplification et de contrôle des chefs d’entreprises.

Répartition des différents moyens de paiement scripturaux* en France (nombre de transactions, en milliards d'euros)

[Etude KPMG ] La carte de paiement n’a pas dit son dernier mot

*La monnaie scripturale correspond à la monnaie qui transite uniquement par un jeu d’écriture; **Monnaie électronique, effet de commerce, etc.

Principales tendances sur le marché des cartes de paiement

  1.  L’expérience client est pensée de bout-en-bout : les parcours sont fluides et les interfaces sont simples et efficaces sur application mobile ; 
  2.  Les néobanques et certaines banques en ligne s’affranchissent des gammes de programmes carte traditionnels. La différenciation de l’offre passe aussi par l’apport de fonctionnalités innovantes qui répondent à des besoins client spécifiques. Ces acteurs réussissent ainsi à couvrir l’ensemble du parcours client. On assiste par ailleurs au passage d’une stratégie d’empilement de fonctionnalités à la création d’offres client enrichies grâce à des fonctionnalités combinées pour s’adapter aux nouveaux usages ; 
  3. En termes de distribution, les nouveaux acteurs misent sur des parcours digitaux via Internet. Les modèles de distribution sont également repensés à travers l’Open Banking, qui permet d’offrir aux clients de multiples services directement sur leurs applications bancaires ou d’accéder à sa banque via une application tierce ;
  4. L’intensification de la concurrence sur l’émission et la distribution des cartes de paiement a permis l’essor de nouvelles stratégies tarifaires, plus simples et plus lisibles ;
  5. L’utilisateur est aussi sensible au design de l’objet carte (cartes en métal, sans numéro, verticales, etc.) Les efforts significatifs en matière d’expérience client sont autant dédiés aux parcours mobiles et Web qu’à l’objet physique. 

 

Les acteurs proposant des expériences de paiement instantané rencontrent aujourd’hui un vif succès. Des portefeuilles tels que Lydia et PayPal, grâce à des communautés d’utilisateurs, permettent en effet d’effectuer des paiements instantanément entre amis mais également auprès des vendeurs, qu’ils soient e-commerçants ou particuliers. La règlementation de l’Instant Payment oblige également les banques à recevoir des paiements instantanés dans l’ensemble de la zone SEPA.

Ainsi, beaucoup prédisent l’adoption par les clients, de nouveaux cas d’usage de paiements commerçants, pouvant mettre en risque l’utilisation des cartes de paiement à moyen terme. Mais plusieurs tendances prouvent que la carte de paiement saura relever le défi. Les néobanques ont très vite proposé des cartes de paiement incluant une gestion instantanée des opérations bancaires, permettant de gérer son compte en banque en temps réel. La plupart des réseaux (VISA, Mastercard), quant à eux, proposeront bientôt des systèmes de paiement entre particuliers en temps réel. De plus, l’analyse de l’historique des moyens de paiement depuis 30 ans montre que l’adoption des nouveaux moyens de paiement est longue et repose sur la confiance de l’utilisateur final.

La clientèle professionnelle, un marché à fort potentiel

Dans un contexte de taux bas persistants, de durcissement des règles prudentielles et de transformation digitale qui impactent le business model des banques, la clientèle professionnelle attise l’intérêt des banques car ce marché est porteur et son potentiel de croissance des revenus est supérieur au marché des particuliers (augmentation de 5% par an, en moyenne, du nombre d’entreprises de moins de 10 salariés avec un chiffre d’affaires allant jusqu’à 2 millions d’euros).

Le marché des Professionnels et des Entreprises est toutefois hétérogène et complexe : il représente de multiples formes juridiques et est en profonde mutation sur l’ensemble du territoire, comme le montre le développement de nouveaux écosystèmes professionnels ouverts.

Une dizaine de néobanques et de Fintechs a d’ores et déjà investi le marché des Professionnels et des Entreprises : 

—  Des pure players (Manager.one, Anytime, iBanFirst, Mooncard, Qonto, Shine et prochainement Prismea et Margo Bank)
—  Des néobanques fournissant historiquement des services aux particuliers et adaptant leur offre pour les professionnels, à l’image de Revolut et N26 qui ont lancé leur gamme Business en France ces deux dernières années, en plus des banques digitales historiques (Boursorama, par exemple).

Ces nouveaux acteurs misent sur une offre carte Corporate simple, transparente sur les prix et dont l’expérience client est de qualité. En allant plus loin que les banques traditionnelles, ils proposent de multiples paramétrages de la carte, en temps réel, via des interfaces intuitives. Par exemple : des solutions complètes, développées nativement via des systèmes d’API, qui offrent aux professionnels une expérience sans couture, pleinement intégrée dans leur quotidien telles que la gestion des notes de frais ou de la paie. 

Sur le marché français des Professionnels et des Entreprises, le nombre moyen de fonctionnalités des cartes proposées par les néobanques est 1,6 fois supérieur à celui des banques traditionnelles*

[Etude KPMG]  La carte de paiement n’a pas dit son dernier mot

*Classement établi selon le nombre de fonctionnalités de la carte sur la base de données publiques (cf méthodologie de l'étude)

Portrait-robot de la carte de paiement en 2019

De l’analyse détaillée de plus de 180 programmes cartes dans 20 pays, ressort 7 catégories de fonctionnalités, permettant ainsi de dresser le portrait-robot de la carte de paiement en 2019. On observe un socle de base, commun à tous les programmes cartes, avec les fonctionnalités liées aux services de paiement, au paramétrage carte ainsi qu’à la sécurité et la lutte contre la fraude. 20 % des fonctionnalités des programmes cartes analysés relèvent de services au-delà du paiement (services extra-bancaires, privilèges, Cashback, etc.) 

[ Etude KPMG] La carte de paiement n’a pas dit son dernier mot

Les cartes de paiement avec le plus de valeur ajoutée*

Top 3 des cartes de paiement avec le plus de valeur ajoutée pour les Particuliers*

fr-position-cp-512.jpg

 

  1. La banque en ligne américaine Ally Bank propose à ses clients la fonctionnalité « Location Awareness Controls » qui permet de sélectionner, sur l’onglet Map de son application mobile, des zones géographiques dans lesquelles la carte de paiement est active. Autres fonctionnalités proposées avec la carte de débit d’Ally Bank : * Gestion des budgets par catégories de dépenses * Possibilité d’activer/désactiver la carte en instantané * Notifications en temps réel * Paiement via Apple Pay, Google Pay et Samsung Pay
  2. En plus de la personnalisation du visuel de la carte You et du suivi en temps réel des transactions via des notifications, la néobanque 100 % mobile N26 offre une large couverture en termes d’assurance à ses clients (voyage, couverture en cas de vol de téléphone ou d’argent liquide après un retrait en DAB et extension de la garantie pour les achats qualifiés)
  3. ASB Bank (Auckland Savings Bank), établissement de crédit opérant en Nouvelle-Zélande, offre un système de Cashback qui permet de récupérer 1 dollar néo-zélandais par tranche de 100 dollars dépensés avec la carte Platinum Rewards. La banque britannique NatWest propose également un système de Cashback avantageux, permettant d’effectuer des économies allant de 0,5 % à 15 % des achats réalisés avec la carte Reward Black. Il est également possible pour le détenteur d’échelonner ses paiements, lui permettant ainsi de bénéficier d’une plus grande flexibilité dans la gestion de son budget.  

 

 

Top 3 des cartes de paiement avec le plus de valeur pour les Professionnels et les Entreprises*

fr-position-cp-banques512.jpg

  1. La carte manager.one permet aux Professionnels et aux Entreprises de simplifier la gestion de leurs frais au tarif de 29,99 € par mois, quel que soit le nombre de cartes. Nouvelles fonctionnalités innovantes proposées :                                                                                        —   Option d’ajout obligatoire du justificatif : Présentation obligatoire d’un justificatif, via l’application mobile ou l’interface web, pour chaque transaction effectuée avec une carte de paiement sinon la carte est bloquée pour les transactions suivantes
    —  Auto-catégorisation des dépenses
    —  Gestion des catégories de dépenses autorisées
    —  Paramétrage en temps réel de toutes les fonctionnalités de la carte.
  2. La promesse de la Fintech française Mooncard est de garantir une économie de 24h par an et par collaborateur aux entreprises
  3. Scotia, banque canadienne, propose des privilèges voyages en donnant accès à des offres exclusives et met à disposition un service de conciergerie disponible 24h/24 et 7j/7


    *Classement établi selon le nombre de fonctionnalités de la carte sur la base de données publiques 

Quelles innovations surveiller à l’avenir ?

—  La biométrie (micro-puce de reconnaissance par empreintes digitales sur la carte de paiement), notamment en phase de test à la Société Générale et au Crédit Agricole (liste non exhaustive ;
—  La carte bancaire de transport : la China Construction Bank a mis en place le titre de transport directement adossé à la carte de paiement. Combiner les nouveaux usages de mobilité et la carte de paiement va devenir une priorité pour les acteurs de l’écosystème des paiements ;
—  La double puce crédit/débit : le client peut choisir un paiement en débit ou à crédit selon le côté de la carte, équipée de deux micro-puces et bandes magnétiques, qu’il insère dans le terminal de paiement. Innovation à retrouver chez IndusInd Bank notamment ;
—  Les données dynamiques, l’idée étant de masquer des informations sensibles sur la carte de paiement ou de révolutionner les modes d’envoi des informations bancaires pour réduire les tentatives de fraude ;
—   L’agrégateur de cartes de paiement, permettant au client de sélectionner la carte de son choix pour ses paiements grâce à un écran adossé
—  La carte titres-restaurant, donnant la possibilité d’associer la carte Lunchr à sa carte de paiement personnelle et de régler des dépenses de restauration plus élevées ;
—  Sécurité et agrégateur de cartes : possibilité de taper le code PIN de la carte sur l’objet même afin de générer un code unique à taper sur les différents terminaux de paiement, à retrouver chez DA VINCI ;
—  Le paiement fractionné ou rewards : avec les cartes de paiement interactives, proposées notamment par IndusInd Bank, il est désormais possible de choisir le mode de règlement de ses achats ainsi que les dates de remboursement en appuyant sur le bouton approprié ;
—  L’échelonnement des paiements : la fonctionnalité de simulation du montant à payer dans le cadre d’un échelonnement des paiements avec dates de remboursement flexibles est désormais disponible avec l’Apple Card aux Etats-Unis ;
—  L’impact CO2 : le client peut visualiser l’impact CO2 de chacune de ses transactions et arrondir à l’euro supérieur chacune de ses dépenses. La cagnotte constituée alimente  ainsi les fonds d’une association caritative choisie par le client afin de compenser les dégâts environnementaux de ses achats. Cette innovation est disponible chez Onlyone et sera lancée d’ici fin 2019 chez Doconomy.

 

fr-blockquotes-guillemets-citations-ouvertes-bleu_512px.png

La carte de paiement est largement plébiscitée par les utilisateurs en Europe et constitue un objet d’attachement fort à leur banque. Afin de répondre aux évolutions des usages de ces utilisateurs, toujours plus connectés, plus mobiles, et à la recherche d’instantanéité, les banques mobilisent l’écosystème de la carte de paiement pour proposer des fonctionnalités innovantes,  souligne Stéphane Dehaies, Associé, Banque & Fintech, KPMG France.

fr-blockquotes-guillemets-citations-fermantes-bleu_512px.png

 

Méthodologie

—  Plus de 180 cartes de paiement ont été analysées dans 20 pays, sur la base de 108 critères. Ces cartes représentent les principales cartes innovantes proposées par les banques traditionnelles, les banques en ligne, les Fintechs, les acteurs de la Tech, les retailers, etc. Ont été inclues dans le périmètre les cartes physiques de débit, de crédit et les cartes prépayées à destination des clients Particuliers, Professionnels et Entreprise.

—  Les classements de cette étude se fondent sur le nombre de fonctionnalités de la carte sur la base de données publiques. Chaque carte a été étudiée afin de déterminer le volume de fonctionnalités disponibles et communiquées publiquement parmi les 108 fonctionnalités innovantes recensées par KPMG.

—  Dans chacun des 20 pays, au minimum une carte des trois premières banques en termes d’actifs ont été analysées. D’autres acteurs reconnus pour leurs propositions de cartes de paiement innovantes ont également été intégrés. Pour les acteurs proposant plusieurs gammes de cartes, la carte avec le plus de fonctionnalités selon les données disponibles a été sélectionnée.

—  Une attention particulière a été portée afin de sélectionner des pays de chaque continent et d’avoir ainsi une vision globale du marché des cartes. Un zoom a été effectué sur le marché français avec une analyse approfondie des offres de cartes bancaires proposées par les acteurs majeurs du panorama bancaire français (banques traditionnelles, banques en ligne, néobanques et autres acteurs des services financiers). 

»»» télécharger la version française (.pdf)
»»» télécharger la version anglaise (.pdf) 

Contact presse

Rizana Siddique 
rizanasiddique@kpmg.fr
+33 1 55 68 96 06

Laurence Duhamel 
laurenceduhamel@kpmg.fr
+33 1 55 68 91 47

Nous contacter

 

Besoin de nos services?

 

loading image Pour soumettre un appel d'offres, cliquez ici