close
Share with your friends

COLLABORATIVE ECONOMY

Initié en 2019, le projet d’entreprise « Inventons 2024 » du Crédit Agricole Toulouse 31 a mobilisé l’ensemble des collaborateurs et administrateurs de la caisse régionale. Au total, 3 500 messages ont été recueillis. Regroupés en 56 « pré-projets » et 22 programmes, ils ont permis, une fois hiérarchisés, de définir les trois grands piliers de ce projet commun.

Inventer la banque de demain et incarner une entreprise engagée et responsable pour un avenir durable, tout en restant la banque préférée des acteurs de son territoire. Telle était l’ambition de la caisse régionale Crédit Agricole Toulouse 31 lorsqu’elle a invité, en 2019, ses 1 400 collaborateurs et 500 administrateurs à co-construire son projet d’entreprise baptisé « Inventons 2024 ».

Ce projet d’entreprise ne partait pas de rien. Il faisait suite à une précédente édition, initiée en 2015 et appelée 2020byCA31, au cours de laquelle la banque coopérative avait mobilisé l’ensemble de ses collaborateurs, à travers des ateliers de réflexion et son réseau social interne, dans l’objectif d’amorcer la transformation de l’entreprise. Les principaux chantiers de cette première étape ont été la satisfaction client, la diffusion en interne d’une culture de l’innovation, la transformation des métiers et le lancement de projets innovants.

Pour construire ce nouveau projet, ‘Inventons 2024’, nous nous sommes appuyés sur trois éléments : l’intelligence collective massive, une démarche apprenante - avec l’objectif de donner des clés et des outils utiles à nos collaborateurs dans l’avenir - et des méthodes d’animation créatives comme le design thinking ou le lean startup


Stéphane Boullay,
Directeur de la transformation et de l'immobilier de Crédit Agricole Toulouse 31

Une phase d’inspiration basée sur des learning expeditions

Pour penser la banque du futur, en s'inspirant des meilleures pratiques de l'écosystème innovation et en donnant la possibilité à chacun et chacune de participer à la construction de ce projet mais aussi à sa mise en œuvre, le Crédit Agricole Toulouse 31 a fait appel à deux agences, Spring Lab et Bluenove.

L’agence SpringLab est intervenue en amont du projet et lors des phases de cadrage. En amont, en organisant les premières phases dites « d’inspiration », à travers notamment des learning expeditions (visites exploratoires). Et lors des phases de cadrage, à l’occasion de sprint projects accompagnant les projets issus de la démarche.

« Au cours des learning expeditions, collaborateurs et administrateurs sont allés à la rencontre de plus de 40 acteurs ayant mené des projets de transformation ambitieux. Nous avons pu en retirer un grand nombre d’enseignements utiles pour dessiner le futur du Crédit Agricole Toulouse 31 », déclare Vanessa Vierling, co-fondatrice et CEO de Spring Lab. Des entreprises telles que Thales, Airbus, Total, GRDF, Manpower ou Cdiscount ont ainsi ouvert leurs portes aux équipes de Crédit Agricole Toulouse 31.

Phase d’idéation : 3 500 messages recueillis

Quant à l’agence Bluenove, elle a mis à disposition de la caisse régionale du Crédit Agricole sa plateforme d’intelligence collective massive « Assembl ». Cette dernière a permis de mettre en conversation - dans une démarche de co-construction - l’ensemble des collaborateurs et des administrateurs de la banque, autour de sept thématiques appelées « défis » : expérience client augmenté et moments de vie, nouveaux marchés et offres sur les métiers traditionnels en co-construction avec l’externe, nouvelles activités centrées citoyens, compétences et expertises collaborateurs, nouveaux modes de vie et organisation de travail, fluidité des processus et exploitation de la data.

Pendant près de deux mois, les participants se sont exprimés librement en ligne sur les différents défis, partageant des problématiques, discutant des solutions envisageables. Leurs 3 500 messages ont été analysés par Bluenove, permettant de cartographier finement, par défi et en transverse, l’ensemble des informations recueillies


Martin Duval,
Co-fondateur de Bluenove

L’ensemble de ces messages a fait l’objet de plusieurs synthèses intermédiaires transmises à tous les participants, permettant ainsi à chacun de suivre la prise en compte de son point de vue et de réagir facilement à celui des autres. Ces synthèses ont également été affichées dans les espaces communs de l’entreprise.

Une phase d’inspiration basée sur des learning expeditions

Pour penser la banque du futur, en s'inspirant des meilleures pratiques de l'écosystème innovation et en donnant la possibilité à chacun et chacune de participer à la construction de ce projet mais aussi à sa mise en œuvre, le Crédit Agricole Toulouse 31 a fait appel à deux agences, Spring Lab et Bluenove.

L’agence SpringLab est intervenue en amont du projet et lors des phases de cadrage. En amont, en organisant les premières phases dites « d’inspiration », à travers notamment des learning expeditions (visites exploratoires). Et lors des phases de cadrage, à l’occasion de sprint projects accompagnant les projets issus de la démarche.

« Au cours des learning expeditions, collaborateurs et administrateurs sont allés à la rencontre de plus de 40 acteurs ayant mené des projets de transformation ambitieux. Nous avons pu en retirer un grand nombre d’enseignements utiles pour dessiner le futur du Crédit Agricole Toulouse 31 », déclare Vanessa Vierling, co-fondatrice et CEO de Spring Lab. Des entreprises telles que Thales, Airbus, Total, GRDF, Manpower ou Cdiscount ont ainsi ouvert leurs portes aux équipes de Crédit Agricole Toulouse 31.

Phase d’idéation : 3 500 messages recueillis

Quant à l’agence Bluenove, elle a mis à disposition de la caisse régionale du Crédit Agricole sa plateforme d’intelligence collective massive « Assembl ». Cette dernière a permis de mettre en conversation - dans une démarche de co-construction - l’ensemble des collaborateurs et des administrateurs de la banque, autour de sept thématiques appelées « défis » : expérience client augmenté et moments de vie, nouveaux marchés et offres sur les métiers traditionnels en co-construction avec l’externe, nouvelles activités centrées citoyens, compétences et expertises collaborateurs, nouveaux modes de vie et organisation de travail, fluidité des processus et exploitation de la data.

Pendant près de deux mois, les participants se sont exprimés librement en ligne sur les différents défis, partageant des problématiques, discutant des solutions envisageables. Leurs 3 500 messages ont été analysés par Bluenove, permettant de cartographier finement, par défi et en transverse, l’ensemble des informations recueillies


Martin Duval,
Co-fondateur de Bluenove

L’ensemble de ces messages a fait l’objet de plusieurs synthèses intermédiaires transmises à tous les participants, permettant ainsi à chacun de suivre la prise en compte de son point de vue et de réagir facilement à celui des autres. Ces synthèses ont également été affichées dans les espaces communs de l’entreprise.

Des événements en présentiel en appui de la plateforme

En parallèle, deux événements ont été organisés dans le but d’accélérer le processus de co-construction. Un séminaire de deux jours a tout d’abord eu lieu. Son objectif était de conforter les 300 managers dans leur rôle d’ambassadeur et de partenaire de la mobilisation des équipes. Autre temps fort en présentiel : un Grand Forum des Idées s’est tenu sur trois jours. Il comportait sept ateliers d’expression et d’idéation par défis, ainsi que des plénières et un stand dédié à la démarche.

« Ces deux événements organisés en présentiel ont constitué de formidables opportunités de promouvoir la plateforme et de motiver les managers, ce qui est un facteur clé de réussite dans ce type de démarche. Le top management, dont Stéphane Boullay a été un élément moteur, a lui aussi joué un rôle clé de relance et de mise en tension de toutes les composantes de l’organisation », commente Martin Duval (Bluenove).

Un taux de participation record

Le taux de participation des coéquipiers a été de 91 %, ce qui est très élevé dans ce type de projets. 

Nous nous étions fixés un objectif de mobilisation à 80 %. Je suis fière de dire que nous sommes à un taux de mobilisation à 91 % des salariés. Côté administrateurs, l’engagement a été fort également : plus d’un sur deux a participé à la construction de ce projet d’entreprise 2024. Parmi les facteurs clés de réussite : l’alliance entre le présentiel et le digital


Myriam Sabatier,
Responsable du projet d’entreprise « Inventons 2024 » au sein du Crédit Agricole Toulouse 31

Autre élément clé dans la construction de cette réussite : la gamification. Omniprésente dans le dispositif, elle a été un moyen d’assurer la reconnaissance des participants. Chaque contribution, sur la plateforme participative comme dans les événements physiques, rapportait en effet des points.

Une phase de priorisation collective pour identifier les trois piliers du projet « Inventons 2024 »

Toutes les propositions issues de la phase d’idéation ont permis de définir 56 « pré-projets », soit 8 à 12 par défi, comme par exemple « Co-construire des produits et services au travers de dispositifs tels qu’un Innovation Lab ou des mini-incubateurs, en s’appuyant sur une communauté de bêta-testeurs ». D’autres pré-projets concernaient la création de services visant à faciliter la transition numérique pour tous ou le renforcement du positionnement de la Caisse Régionale en faveur de la transition écologique et de la responsabilité environnementale.

Pendant une semaine, les participants ont ensuite été invités à voter pour leurs pré-projets préférés afin de les prioriser. Ils ont ainsi désigné ce qui s’est par la suite appelé les pré-projets « incontournables », « pertinents » et « non-prioritaires ». Cette hiérarchisation des pré-projets a permis d’identifier trois piliers structurants pour le projet d'entreprise : les territoires, les clients et les coéquipiers (collaborateurs).

Une fois les 56 « pré-projets » hiérarchisés et les trois piliers du projet d’entreprise identifiés, l’agence Spring Lab est de nouveau intervenue dans une phase dite de cadrage et d’accélération. « Nous avons mis en place des sprint projects, visant à transformer un certain nombre d’idées en projets à fort potentiel. Nous avons pour cela utilisé des méthodes agiles orientées vers les clients mais aussi vers les startups internes », détaille Vanessa Vierling (Spring Lab).

450 coéquipiers pour 22 programmes lancés en 2020

Malgré un démarrage des projets décalé, car initialement prévu aux mois de mars et avril de l’année dernière (période du premier confinement), les 22 programmes prévus (issus des 56 « pré-projets ») ont pu être ouverts.

450 coéquipiers travaillent aujourd’hui à la construction de ces programmes au travers de sprints, grâce aux notes de cadrage réalisées en 2019. L’objectif est d’établir trois projets majeurs par programme. Notre méthode est d’ouvrir et de terminer un projet avant d’en entamer un autre, afin d’éviter toute accumulation. Cela nous permet par ailleurs de délivrer des preuves rapidement”, détaille Stéphane Boullay (Crédit Agricole Toulouse 31).

Un des 22 programmes concerne l’intégration de l’activité immobilière (transactions, vente de neuf, gestion locative, administration de biens…) dans les offres de la Caisse régionale. L’objectif est d’offrir une expérience client de bout en bout sur cette thématique.

Nous sommes le premier financeur de l’habitat sur le département de la Haute-Garonne. Nous avons réfléchi, avec notre filiale Square Habitat, à la manière de renforcer les synergies entre la banque, l’assurance et l’immobilier. Les premiers résultats tangibles sont déjà perceptibles. Nos conseillers ont en effet l’habitude de recommander leurs clients bancaires à leurs collègues de Square Habitat, à hauteur de 10 à 15 % des mandats enregistrés par notre filiale. Depuis le début de l’année, nous sommes passés à 35 %”, note avec satisfaction Stéphane Boullay.

Sur le volet assurance, qui était très présent dans le projet d’entreprise, un programme dédié a lui aussi été déroulé. “Des campagnes de communication ont été mises en place en externe. En interne, des outils d’aide à la vente ont été conçus mais le véritable levier a été un plan de formation pour les coéquipiers. Une formation de 4 jours par collaborateur a été dispensée sur le volet assurance. Résultat : nous avons réalisé une dizaine de milliers de contrats supplémentaires, en brut, sur 2020, par rapport à 2019. Une vraie dynamique s’est donc enclenchée”, conclut Stéphane Boullay.

À retenir
Le projet d’entreprise « Inventons 2024 » du Crédit Agricole Toulouse 31 a mobilisé l’ensemble des collaborateurs et administrateurs de la caisse régionale. Pendant près de deux mois, les participants se sont exprimés librement en ligne sur les différents défis, partageant des problématiques, discutant des solutions envisageables. Autre élément clé dans la construction de cette réussite : la gamification. Omniprésente dans le dispositif, elle a été un moyen d’assurer la reconnaissance des participants.

Sur le même thème

Le meilleur de l'avenir, une fois par mois.

Lire la dernière newsletter →
S’inscrire