• 1000

Étude

Au cours des trois dernières décennies, les rapports sur le développement durable ont été en grande partie produits sur une base facultative. Les études de KPMG sur les reporting de développement durable ont permis aux dirigeants d'entreprise, aux professionnels du développement durable et aux conseils d'administration d'obtenir des informations utiles sur la manière d'améliorer les niveaux de transparence.

Aujourd'hui, les décideurs politiques sont sur le point d'adopter des rapports de développement durable obligatoires et réglementés, et le paysage des informations est sur le point de changer radicalement. Les résultats de cette enquête sur le reporting en matière de développement durable menée par KPMG en 2022 reflètent l'état actuel du reporting et les stratégies commerciales primordiales qui peuvent permettre aux entreprises de répondre aux attentes réglementaires croissantes, tout en créant un impact et en générant de la valeur pour la société.

L'enquête 2022 de KPMG est l'une des études mondiales les plus exhaustives et les plus fiables sur le reporting en matière de développement durable. Elle repose sur l'analyse des rapports financiers, des rapports de développement durable et des rapports environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), ainsi que des sites web de 5 800 entreprises dans 58 pays, territoires et juridictions.

Elle sert de guide à ceux qui préparent le rapport de durabilité de leur propre organisation. Elle soutient également les investisseurs, les gestionnaires d'actifs et les agences de notation qui prennent désormais en compte les informations relatives à la durabilité ou aux facteurs ESG dans leurs évaluations des performances et des risques des entreprises.

L'enquête 2022 comprend de nouveaux sujets qui reflètent la nature évolutive des informations sur le développement durable. Les nouvelles sections comprennent l'utilisation d'évaluations de l'importance relative, ainsi que la communication des risques sociaux et de gouvernance.

Les résultats indiquent cinq grandes tendances émergentes en matière de rapports sur le développement durable :

  • Les rapports sur le développement durable se développent progressivement avec un mouvement vers l'utilisation de normes encadrées par des évaluations de l'importance relative des parties prenantes.
  • On constate une augmentation des rapports sur les risques liés au climat et les objectifs de réduction des émissions de carbone, conformément à la TCFD.
  • On constate une prise de conscience croissante des risques liés à la biodiversité.
  • Les rapports sur les ODD de l'ONU privilégient la quantité à la qualité.
  • Les rapports sur les risques climatiques arrivent en tête, suivis des risques sociaux et de gouvernance.

  


Les principales tendances mondiales en matière de reporting sur le développement durable
Le reporting sur le développement durable se généralise progressivement, avec une tendance vers l'utilisation de référentiels d’évaluation de l'importance relative des parties prenantes.


Un pourcentage impressionnant de 96 % des 250 premières entreprises mondiales publient des rapports sur le développement durable, un taux qui devrait augmenter avec l'introduction de nouvelles réglementations sur les rapports non financiers. L'utilisation de normes mondiales telles que la GRI, le SASB et les directives boursières a également augmenté, la GRI étant la plus répandue. Une majorité significative d'entreprises du N100 et du G250 partagent leur matérialité.



Reporting sur les risques climatiques et la réduction des émissions de carbone
On note une augmentation des rapports sur les risques climatiques et les objectifs de réduction du carbone, conformément à la TCFD.


Le reporting climatique est la forme de publication la plus courante, devant l'impact social et le risque de gouvernance. Près des trois quarts des entreprises communiquent leurs objectifs de réduction des émissions de carbone et le nombre d'entreprises communiquant sur la base de la TCFD a presque doublé, ce qui se traduit par des informations plus cohérentes et comparables sur le climat.




Sensibilisation accrue aux risques liés à la biodiversité


2022 est une année charnière pour la nature et la biodiversité, les efforts internationaux s'intensifiant pour mettre un terme à la perte de biodiversité. Malgré la prise de conscience croissante de la perte de biodiversité en tant que problème critique, moins de la moitié des entreprises reconnaissent cette perte comme un risque pour l'entreprise. Le point positif est que la plupart des secteurs reconnaissent désormais ce risque, même ceux qui peuvent être considérés comme à faible risque. Le lancement de la Taskforce on Nature-Related Financial Disclosure (TNFD) et de la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD) devrait entraîner une augmentation des rapports dans les pays et les secteurs dans les années à venir.



Les rapports sur les ODD de l'ONU privilégient la quantité à la qualité


La majorité des entreprises établissent des rapports sur les ODD, dont 10 % sur l'ensemble des 17 ODD.
Trois ODD restent les plus populaires auprès des entreprises :

  • 8.   Travail décent et croissance économique
  • 12. Consommation et production responsables
  • 13. Action pour le climat


Le reporting des risques climatiques arrive en tête, suivi des risques sociaux et de gouvernance


Une proportion croissante d'entreprises reconnaît que le changement climatique est un risque commercial. Cependant, moins de la moitié des entreprises font état des risques sociaux et de gouvernance pour leur activité. En général, la description de ces risques est essentiellement narrative et ne quantifie pas l'impact financier de ces risques sur les entreprises ou sur la société. Le développement durable continue de devenir une priorité pour les dirigeants d'entreprise, mais des améliorations sont possibles. Seul un tiers des entreprises du N100 ont un membre du conseil d'administration ou de l'équipe de direction responsable des questions de durabilité. Les conditions de rémunération liées aux résultats en matière de durabilité pour les équipes de direction ne sont présentes que dans 40 % des entreprises du G250.


   

Dans les médias

Option Finance | 18 novembre 2022

Les entreprises françaises normalisent leur reporting

Esteval | 18 novembre 2022

Les entreprises françaises accélèrent sur le reporting ESG

L'Info Durable | 17 novembre 2022

89 % des entreprises françaises font appel à des tiers pour certifier leur reporting ESG

DAF Mag | 17 novembre 2022

Les grandes entreprises françaises accélèrent sur le reporting RSE

Economie et société | 15 novembre 2022

Les entreprises françaises accélèrent sur le reporting ESG

Paper Blog | 15 novembre 2022

Les entreprises françaises accélèrent sur le reporting ESG