Alors que le cabinet d'audit et de conseil dévoile son enquête annuelle sur le secteur des infrastructures et de la construction, Xavier Fournet, associé et responsable de ces sujets, en décrypte les principaux enseignements.

Extrait

Dans une synthèse à destination du marché français, vous évoquez un monde de la construction prêt à se « transcender ». Quel serait le moteur de cette évolution ?

Xavier Fournet – Une coopération exacerbée. La pandémie de Covid-19 a permis de mieux appréhender la complexité croissante de notre monde fait d'interactions aussi indispensables qu'elles sont fragiles. Chacun sait désormais que tout peut s'arrêter brutalement. Plus de transport, plus de matériaux, plus de personnel, plus rien. Ce risque ne peut plus être nié et oblige tous les acteurs de la chaîne de valeur à amplifier leur coopération. Donneurs d'ordres, investisseurs, utilisateurs des ouvrages, mais aussi salariés au sein des entreprises s'y attèlent. Evidemment, les rapports clients fournisseurs subsistent, mais tous veulent désormais gérer et anticiper les crises de manière moins compartimentée. Les aides apportées par l'écosystème de la construction aux entreprises en difficultés avec des allongements de délais, reports de livraisons et autres compensations en témoignent. Aujourd'hui 87 % des acteurs du BTP disent vouloir travailler sur la résilience de leur modèle et de leur entreprise.

  • Retrouvez la suite de l'article sur le site Le Moniteur (réservé aux abonnés) 
  • Date de parution : 28 octobre 2021

Aller plus loin