Étude KPMG lance l’Observatoire semestriel des transactions en Afrique, la toute première étude de cette taille consacrée aux volumes d’acquisitions répartis par région, type d’investisseurs et secteur.

  

433 : c’est le nombre de transactions enregistrées sur le marché africain au premier semestre 2021, soit une hausse de près de 20 % en un an. Avec son potentiel de croissance et la diversité de ses ressources, le continent africain a attiré davantage d’investissements étrangers, ce qui explique en partie l’augmentation enregistrée au premier trimestre de cette année.

Christophe Bringer, Associé Deal Advisory
chez KPMG France et Responsable
Transaction Services Afrique

Les principaux enseignements de l'Observatoire

On retient parmi les enseignements principaux de l’observatoire :

  • Un intérêt renouvelé des investisseurs Corporate et Private Equity pour le continent : le volume de transactions au premier semestre 2021 est supérieur de près de 20% à celui enregistré au premier semestre 2020 
  • Des premiers pays destinataires des investissements représentés par les principales et plus dynamiques économies du continent : l’Afrique du Sud, l’Egypte le Nigéria, le Maroc, le Kenya et la Côte d’Ivoire
  • Plus de la moitié des transactions entre acteurs africains, environ 1/3 si on regarde l’Afrique francophone
  • L’intérêt, confirmé par la crise sanitaire, de tendre vers des investissements plus diversifiés et moins exposés en terme de secteurs

Contact