close
Share with your friends

ÉtudeComment les entreprises familiales ont-elles réussi à triompher
de la COVID-19 ?

1. La représentation des entreprises familiales en France, dont l'effectif est supérieur à 200 personnes, est plus faible :

Au niveau mondial, 26 % des entreprises familiales déclarent employer plus de 200 personnes

19 % seulement en France

Ces chiffres illustrent, entre autres,  notre difficulté, décrite depuis de nombreuses années, à construire un réseau de PME/PMI ayant vocation à évoluer rapidement vers le statut d’ETI, à l’instar de ce qui est observé chez notre voisin allemand.

2. Le passage de relais d’une génération à l’autre, et donc la pérennité de l’entreprise familiale dans le giron familial, voire sa pérennité tout court, est une autre spécificité décrite dans l’enquête Global Family Business Report :

42 % des entreprises familiales dans le monde sont dirigées par une première génération; en France, c'est 54 %

Mais, alors que la seconde génération représente encore 36 % au niveau mondial, elle chute à 20 % en France

3. Conséquence de cette faiblesse relative du potentiel de coopération intragénérationnelle au sein de l’entreprise familiale française, lorsque survient une crise inédite, profonde et longue du type de la pandémie mondiale Covid-19, l’impact économique ressenti est probablement plus fort en France que dans le reste du monde :

Au niveau mondial, 53 % des entreprises familiales, dont un membre de la famille a été affecté par la Covid-19, ont déclaré que cela n’a pas eu de conséquences pour l’entreprise

En France, le chiffre est de seulement 33 %

Peut-être la conséquence de la « faiblesse » de la deuxième génération en France.