close
Share with your friends

"Le premier confinement a démontré que nos infrastructures numériques pouvaient absorber une augmentation brutale des usages."

Entre brusques accélérations de tendances préexistantes et émergences de nouveaux enjeux, Xavier Fournet décrypte, dans cette interview, les grands mouvements à l’œuvre en Europe.

Extrait

Vous dévoilez une synthèse de l’étude annuelle « Emerging trends in infrastructure ». Quels en sont les principaux enseignements ?

Xavier Fournet – Elle témoigne d’abord d’une accélération de certaines transformations préexistantes, sous l’impulsion des pouvoirs publics, investisseurs privés et citoyens. Ainsi, la volonté croissante de maîtriser les émissions carbone entraîne aujourd’hui une révision en profondeur de la façon dont la conception, la construction et l’exploitation des futures infrastructures sont planifiées. C’est un mouvement absolument fondamental et structurant, au même titre que la prépondérance du digital dans nos sociétés. Le premier confinement a démontré que nos infrastructures numériques pouvaient absorber une augmentation brutale des usages. Pour autant, personne n’en avait la certitude jusqu’alors. Mieux connaître nos capacités et les développer sera donc capital pour faire face aux crises de demain. Reste une tendance de fond que la pandémie et ses conséquences ont révélé : la nécessaire reconfiguration de la supply chain, née de la découverte du niveau de dépendance de chaque nation.

  • Retrouvez la suite de l'article sur le site Le Moniteur (réservé aux abonnés) 
  • Date de parution : 22 mars 2021

Aller plus loin