close
Share with your friends

Revue des impacts du Brexit pour les entreprises

Impacts du Brexit pour les entreprises

Entretien avec Emmanuel Hembert, Partner Global Strategy Group, Référent Brexit Corporate.

1000

D'autres actualités sur le site

Revue des impacts du Brexit pour les entreprises : entretien avec Emmanuel Hembert, Partner Global Strategy Group, Référent Brexit Corporate, KPMG France

Comment êtes-vous devenu Référent Brexit de KPMG France ?

Emmanuel Hembert – J’ai vécu et travaillé pendant 15 ans à Londres ; mes enfants y sont nés. Dès 2014, dans le cadre de tables rondes sur l’avenir de l’Europe, j’ai pointé le risque que le référendum sur le Brexit faisait courir à l’unité européenne et je dois le dire ébranlé le scepticisme de l’audience qui était plutôt préoccupée par la situation de la Grèce et de l’Italie.

Une fois les résultats du vote connu, j’ai rejoint la task force Brexit de KPMG qui regroupe des représentants de nombreux pays européens bien sûr mais aussi américains et japonais. Nous avons mené ensemble des analyses détaillées des conséquences du Brexit pour les entreprises et défini les meilleurs moyens pour les aider à se préparer à ce grand changement. Je suis également intervenu dans plusieurs conférences sur le sujet, j’ai donné des formations, publié des tribunes et mobilisé toutes les expertises pertinentes de KPMG France au service de nos clients.

 

Où en est-on sur le Brexit ?

Le 20 janvier 2020, les eurodéputés ont ratifié l’accord de retrait. La dénonciation du traité avec du Royaume-Uni avec l’Union Européenne est effective depuis le 31 janvier 2020 : le Brexit a eu lieu. Nous sommes entrés dans une période de transition de 11 mois durant laquelle le Royaume-Uni reste soumis aux règles et obligations communautaires, le temps de négocier les termes de la future relation.

Au cours du mois de février, les deux parties ont publié leurs objectifs pour la négociation. Si chacun veut un accord de libre-échange, les termes de cet accord sont pour l’instant très éloignés. Certains sujets délicats restent en suspens comme l’Irlande où la solution opérationnelle pour frontière virtuelle est encore à définir.

Le succès de la négociation dépend vraiment de deux parties à trouver un terrain d’attente satisfaisant. Mais en 11 mois, toutes les options sont encore possibles y compris une sortie sans accord au 1er janvier 2021 avec les tarifs douaniers de l’OMC et des contrôles stricts aux frontières.

 

Quelles sont les implications pour les entreprises françaises ?

Le Brexit signifie la fin de la libre circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Au-delà des problèmes douaniers, le Brexit signifie également que des centaines voire des milliers d'accords sectoriels, professionnels et administratifs entre entreprises qui prenaient pour définitif la participation du Royaume Uni à l’Union européenne vont devenir caduques : ceci risque de gripper de nombreux rouages essentiels à la bonne marche de l'économie et des entreprises.

Le Royaume-Uni est un partenaire économique majeur pour la France. C'est le pays avec lequel la France a l'excédent commercial le plus élevé. A titre d’exemple, près de 14% des exportations alimentaires françaises traversent la Manche. En fait, toutes les entreprises, qu’elles aient des actifs ou des échanges avec le Royaume-Uni, vont être touchées, y compris celles qui n'ont en apparence aucun lien outre-Manche. Ces dernières pourront en effet être impactées par des problèmes rencontrés par des fournisseurs ou des prestataires de service qui sont clé dans leur chaîne opérationnelle. Certains de nos clients ont déjà ressenti les effets du Brexit. Une coopérative vinicole, par exemple, a vu un grand distributeur anglais tripler ses commandes en début d'année pour stocker en prévision du Brexit. Cela a entraîné des surcoûts conséquents, notamment la mise en place d’un 2 huit sur les chaînes d’étiquetage et d’emballage. Et une chute des commandes de cycle va certainement arriver avec à la clé du chômage partiel. Le Brexit peut bien sûr toucher la logistique, la production mais aussi les fournisseurs. D'autres impacts se feront sentir au niveau légal et fiscal, au niveau du BFR, des ressources humaines, de l'informatique,… un véritable défi pour les entreprises.

 

Comment KPMG peut-il aider les entreprises françaises ?

Nous accompagnons les entreprises françaises pour faire le tri entre ce qui peut toucher le cœur de leur exploitation, ce qui constitue un risque financier, réglementaire, légal… et ce qui peut avoir un impact plutôt à plus long terme. Avec nos équipes multi expertises (Stratégie, Operations, Achats, IT, HR, Legal & Fiscal…) qui sont en contact permanent avec leurs collègues britanniques, nous recommandons de mettre en place une taskforce cross-fonctionnelle et de réaliser un Fast Scan Brexit en 4 semaines. L’objectif sera d’identifier, prioriser les actions à mener dans les 9 prochains mois et ainsi diminuer l'impact du Brexit sur le fonctionnement et les résultats de l'entreprise.

Le 31 décembre est très proche, il est grand temps de se mettre en marche.


© 2020 KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative, une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Le nom KPMG et le logo sont des marques déposées ou des marques de KPMG International.

Nous contacter

 

Besoin de nos services?

 

loading image Pour soumettre un appel d'offres, cliquez ici