close
Share with your friends

15 août 1944 : le débarquement oublié

15 août 1944 : le débarquement oublié

[Décryptages - Entreprises & Economie]

1000

D'autres actualités sur le site

Le touriste qui explore la côte normande entre Ouistreham et Barfleur peut difficilement ne pas se rendre compte qu’on a réussi là, il y a trois quarts de siècle, l’opération la plus importante de l’histoire militaire. Partout, monuments, musées, plaques commémoratives et cimetières se succèdent pour conserver la mémoire du « jour le plus long ».

Celui que son chemin amène entre Cavalaire et Fréjus risque en revanche d’ignorer qu’un autre débarquement s’est déroulé le 15 août 1944 dans le golfe de Saint-Tropez.

Contrairement à l’opération Overlord qui, 75 ans après le D-Day, conserve une forte notoriété et continue d’attirer en Normandie des visiteurs du monde entier, l’opération Dragoon – le nom de code du débarquement de Provence – est presque passée dans l’oubli. Si le mémorial du mont Faron, sur les hauteurs de Toulon, témoigne du succès des Alliés, les traces des combats sont rares sur les plages et dans l’arrière-pays varois. Cet effacement du second débarquement est paradoxal.

Alors que les troupes françaises n’étaient représentées le 6 juin que par les 177 membres du commando Kieffer, elles constituent les deux tiers des quelque 350 000 hommes qui débarquent dans le sud. On aurait pu s’attendre à ce que leur mérite en Méditerranée soit d’autant plus célébré. Mais elles sont composées à plus de 80% d’unités provenant de l’Armée d’Afrique, moins appréciées dans l’Hexagone que les forces anglo-saxonnes et la 2ème DB. De la Libération à la décolonisation, le récit national s’est concentré, pour des raisons notamment politiques, sur la bataille de Normandie.

A cet entretien en demi-teinte du souvenir du débarquement de Provence, il y a une autre explication, de nature touristique. Dans le seul département du Calvados, les dépenses directes et indirectes des visiteurs des plages du Jour J représentent annuellement environ 125 millions d’euros – et plus lors des années d’anniversaire. Cette contribution du tourisme mémoriel à l’économie régionale est entretenue par des investissements réguliers et une communication intensive.

Les plages du Var, à la mode dès les années cinquante, n’ont pas eu besoin de promouvoir le débarquement de Provence pour attirer les visiteurs et assurer leur avenir économique. Brigitte Bardot a suffi à la tâche !

15 août 1944 : le débarquement oublié

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.

»»» Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services?

 

loading image Pour soumettre un appel d'offres, cliquez ici