close
Share with your friends

Les maisons d’écrivains : vers un tourisme de masse ?

Les maisons d’écrivains : vers un tourisme de masse ?

[Décryptages - Tourisme]

1000

D'autres actualités sur le site

Le Berry compte des milliers de mares. Celle qui se trouve sur la route de Saint-Août, dans le bois de Chanteloube à Mers-sur-Indre, est loin d’être la plus belle. Faiblement étendue, entourée d’un sol pauvre et chargée de feuilles mortes qui lui donnent un aspect saumâtre, elle dégage une odeur acide peu attrayante. Certaines années, l’eau manque au point qu’elle se trouve asséchée. C’est pourtant la destination la plus demandée à l’Office du tourisme de La Châtre, le chef-lieu de l’arrondissement...

Car cette mare n’est pas n’importe quelle mare : c’est celle qui est réputée avoir inspiré George Sand pour le plus célèbre de ses romans, "La Mare au diable" !

À 8 km de la mare, la maison de Sand à Nohant est, avec 36 000 visiteurs annuels, l’une des dix maisons d’écrivains les plus fréquentées en France. Nombre de visiteurs ne se contentent pas de découvrir la villégiature de la "dame de Nohant" ou d’assister aux conférences et concerts qui y sont donnés. Sur ce lieu de mémoire, ils sont en pèlerinage aux sources de son œuvre : la modeste mare les attire autant que les murs qui ont vu passer Chopin, Delacroix et Flaubert. C’est ce qui explique son succès à l’Office du tourisme.

Ce phénomène est typique du pouvoir de mobilisation touristique qu’exercent les maisons d’écrivains accessibles au public en France. D’une vingtaine avant-guerre, leur nombre est passé à près de deux cents aujourd’hui – dont la moitié ouvertes depuis la politique de décentralisation culturelle engagée dans les années 1980. Avec 80 000 visiteurs chaque année, la villa Arnaga d’Edmond Rostand à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques) – la maison d’écrivain la plus visitée dans l’Hexagone – rivalise, en fréquentation, avec le Musée d’Art moderne de Strasbourg et dépasse le Musée d’Arts de Nantes.

Au-delà du domaine de Nohant et de la mare au diable, on retrouve les lecteurs de George Sand sur tous les lieux du sud du Berry qu’elle évoque dans ses romans champêtres. Leur itinéraire a été fléché. Pour le département de l’Indre, l’auteure de "François le Champi" est un moteur majeur de l’activité touristique.

Au Royaume-Uni, l’intérêt pour les maisons d’écrivains s’est manifesté plus tôt qu’en France. Certains villages où ont vécu de grandes plumes de langue anglaise se consacrent entièrement à l’accueil de leurs aficionados. Haworth, le village des sœurs Brontë dans le Yorkshire, attire ainsi une centaine de milliers de touristes du monde entier chaque année. L’exploitation de ces lieux-cultes que sont devenues les maisons des grands auteurs et leurs alentours s’est, de ce fait, professionnalisée outre-Manche.

La France s’apprête-t-elle à suivre l’exemple britannique ? D’aucuns recommandent au département de l’Indre de déplacer la mare au diable afin de la rendre plus accessible et de la maintenir en eau tout au long de l’année. Qu’elle se confirme ou non, cette démarche montre que les maisons d’écrivains françaises sont ouvertes à des choix insolites pour s’adapter, à l’instar des britanniques, à l’émergence d’un tourisme littéraire de masse.

[Décryptages - Tourisme] Les maisons d’écrivains : vers un tourisme de masse ?

Maison de George Sand à Nohant, France

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.
»»» Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services?

 

loading image Pour soumettre un appel d'offres, cliquez ici