close
Share with your friends

Les dirigeants se déclarent davantage confiants sur les perspectives de croissance de leurs entreprises et de leurs propre pays par rapport à la croissance économique mondiale

Sur le plan international, 94 % des dirigeants se montrent confiants sur l’avenir de leur entreprise pour les trois prochaines années. Sur cette même période, 8 dirigeants sur 10 sont confiants dans l’économie de leurs pays (vs 7 sur 10 en 2018) et seulement 6 dirigeants sur 10 dans l’économie mondiale.


Cette baisse de confiance dans la croissance de l’économie mondiale est notable dans 4 pays clés où moins de la moitié des dirigeants se révèlent confiants : Australie (38 % vs 74 % en 2018), Royaume-Uni (43 %), France (44 % vs 70% en 2018) et Chine (48 %).
Seuls les dirigeants américains se montrent plus confiants dans la croissance économique mondiale avec une hausse de 35 points par rapport à 2018, en passant de 52 % à 87 %.


En France, 9 CEO français sur 10 se montrent confiants sur les perspectives de croissance de leur entreprise pour les trois prochaines années. Cependant, ils sont moins optimistes qu’en 2018 quant aux perspectives de croissance de l’économie de leur propre pays (73 % vs 80 % en 2018) et de l’économie mondiale (44 % vs 70 % en 2018).

Le risque environnemental / changement climatique se place en tête des risques susceptibles de mettre en péril la croissance des entreprises

Pour la première fois depuis 5 ans, le risque environnemental / changement climatique est le premier frein à la croissance, suivi par les risques technologiques, le protectionnisme, les cyberattaques et les risques opérationnels.
7 dirigeants français sur 10 estiment que la croissance de leur entreprise sera déterminée par l’anticipation d’une économie sobre en carbone. Ce constat est partagé de manière équivalente par les autres CEO dans le monde.
 

Le risque environnemental / changement climatique se place en tête des risques susceptibles de mettre en péril la croissance des entreprises

Développement international et acquisitions de compétences

En matière de stratégie de croissance, l’étude démontre que plus de la moitié des CEO français n’envisagent pas de développer leur activité dans les marchés émergeants. Autrement dit, moins de 5 dirigeants français sur 10 (vs 7 sur 10 en 2018) se projettent de développer leur activité dans ces pays. Parmi les marchés ciblés, l’expansion est surtout prévue en Amérique du Sud et Centrale (58 % en 2019 vs 32 % en 2018) et en Europe de l’Est (25 % en 2019 vs 34 % en 2018). Du côté des pays développés, les CEO prévoient leur expansion surtout aux Etats-Unis (31 % en 2019 vs 45 % en 2018), en Asie-Pacifique et en Australasie.
On note également que 6 dirigeants français sur 10 sont inquiets de l’impact du Brexit sur la croissance (contre 4 sur 10 à l’international). 


Pour générer de la croissance au cours des trois prochaines années, l’innovation, la R&D, les nouveaux produits, le recrutement ainsi que les alliances stratégiques sont considérés par les dirigeants comme les principaux leviers. La collaboration avec les startups innovantes et les investissements dans la détection de la disruption et l’innovation sont aussi cités par les dirigeants.


Pour de nombreux dirigeants, les opérations de fusions & acquisitions sont une excellente opportunité de renforcer rapidement les compétences digitales de leurs entreprises. 84 % de ces dirigeants à l’échelle mondiale ont engagé une telle stratégie de croissance externe pour les trois prochaines années dans l’objectif d’accélérer la transformation de leur business models.

Enfin, la confiance des dirigeants se retrouve dans le recrutement des talents. 28 % d’entre eux prévoient une augmentation de 6 à 10 % de leurs effectifs mais 63 % attendent d’atteindre un certain chiffre d’affaires avant de recruter de nouvelles compétences (vs 53 % en 2018).