close
Share with your friends

Etre agile pour disrupter les business models existants

Au-delà des résultats et rendements distribués aux actionnaires, l’impact environnemental et sociétal occupent une place significative dans les motivations des dirigeants. 6 CEO français sur 10 estiment qu’il est de leur responsabilité de faire concorder les critères ESG de leur entreprise avec les valeurs de leurs clients. Cela requiert davantage d’agilité du CEO sur les prises de décisions stratégiques. Ainsi, 2/3 des dirigeants estiment que l’agilité est un nouveau pré-requis pour leurs entreprises. A défaut, celles-ci risquent d’être dépassées par la concurrence. En France, ce constat est partagé par près de 7 dirigeants sur 10 qui estiment qu’agir avec agilité est absolument primordial pour garantir la croissance de leur entreprise.


Les dirigeants sont confrontés à un choix décisif : face à des changements économiques, environnementaux et technologiques sans précédents, ils s’efforcent de développer une nouvelle agilité au sein de leurs organisations pour disrupter les business models existants et challenger les paradigmes historiques qui prévalent sur les marchés.


Une majorité de dirigeants (84 %) croit en une culture de "fail-fast" selon laquelle les échecs permettent d’apprendre rapidement. Ils ne sont que 56 % à estimer qu’elle prévaut dans leurs organisations. Pour renforcer la résilience de leur entreprise, 8 dirigeants sur 10 (84 %) considèrent devoir faire évoluer le profil de leurs équipes dirigeantes pour être en capacité de disrupter le status quo. Les dirigeants recherchent aujourd’hui des leaders capables de collaborer à travers l’ensemble de l’organisation plutôt que de se limiter à leurs domaines de responsabilités et d’expertises. Ils recherchent également des profils ayant des compétences dans différents domaines, comme une expertise dans le domaine de la transformation numérique des entreprises.

Innovation et disruption technologique

96 % des dirigeants pensent que la disruption technologique représente davantage une opportunité qu’une menace. Ils ont d’ailleurs moins d’appréhension à utiliser le cloud qu’auparavant. En 2019, plus de 6 dirigeants français sur 10 sont confiants dans l’utilisation du cloud.


Si l’intelligence artificielle est dans tous les esprits, les dirigeants ne sont que 16 % à avoir mis en place un programme d’IA ou de robotisation. 31 % n’en sont toujours qu’au stade de pilote, tandis que
53 % admet n’en avoir qu’un déploiement limité.
En France, 56 % des dirigeants pensent que l’IA permettra de créer plus d’emplois qu’elle ne va en détruire (vs 67 % en 2018). Si 6 dirigeants sur 10 ont déjà commencé à implanter l’IA dans leur entreprise, seulement 33 % d’entre eux en attendent un ROI sur les trois prochaines années. 37 % des dirigeants français prévoient un ROI issu du RPA (Robotic Automatisation Process) sur la même période.


Les CEO émettent de plus en plus de réserves sur l’utilisation de l’analyse prédictive dans la prise de décision stratégique. En 2019, 7 dirigeants sur 10 (vs 5 sur 10 en 2018) ont négligé les données issues de l’analyse prédictive car elles étaient en contradiction avec leur expérience et leur intuition.


Sur le plan de la cyber-sécurité, 7 dirigeants sur 10 estiment que la sécurité informatique est une fonction stratégique de leur entreprise et peut même s’avérer être un avantage concurrentiel. Les dirigeants français sont davantage prêts aux cyberattaques en 2019 qu’en 2018 (plus de 7 sur 10 en 2019 vs près de 5 sur 10 en 2018). En matière de données clients, 75 % estiment que la protection des données est une des responsabilités les plus importantes en tant que CEO (contre 55 % en 2018).

L’étude nous révèle l’entrée dans une nouvelle ère de leadership. Pour réussir dans le monde d’aujourd’hui, un CEO se doit d’être à la fois agile, résilient et capable de bouleverser les ordres établis par son marché et son entreprise. L’agilité quant à elle n’est possible que par un environnement propice au changement et la confrontation positive entre la data et l’instinct du CEO

Jay Nirsimloo
Président de KPMG France