Communiqués de presse: Un excellent résultat - KPMG Suisse
close
Share with your friends

KPMG affiche une solide croissance

Communiqués de presse: Un excellent résultat

Transformation numérique de l’économie, persistance des taux bas et géopolitique incertaine: tels ont été les principaux moteurs caractérisant le dernier exercice de KPMG. Néanmoins, KPMG a pu soutenir efficacement ses clients et accroître sensiblement son chiffre d’affaires dans toutes les divisions: le chiffre d’affaires net a grimpé au total à CHF 448,5 millions (+5,9%), le chiffre d’affaires brut à CHF 602,6 millions (+8,6%). La division Audit a réalisé un chiffre d’affaires net de CHF 225,9 millions (+6,5%), la division Tax & Legal de CHF 123,6 millions (+2,5%) et la division Advisory de CHF 99,0 millions (+9,0%). KPMG prend connaissance du rapport de l’examen ad hoc de l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) concernant CarPostal Suisse SA. Nous prenons les résultats du contrôle très au sérieux et sommes en train de mettre en œuvre les mesures convenues avec l’ASR. KPMG salue en outre la discussion engagée en vue de clarifier les interfaces entre les entreprises de transport ayant droit à indemnités, l’autorité de surveillance compétente et l’organe de révision.

1000

Contact pour les médias

Andreas Hammer

Director, Responsable Communication d'entreprise

KPMG Suisse

Contact

Related Content

Pour l’exercice clôturé au 30 septembre 2018, KPMG a enregistré à nouveau un excellent résultat, auquel ont participé toutes les divisions. Le chiffre d’affaires brut a augmenté à CHF 602,6 millions (+8,6%), le chiffre d’affaires net à CHF 448,5 millions (+5,9%).

Transformation numérique et taux bas, les principaux moteurs

La transformation numérique de plus en plus intensive a été le principal moteur positif. Elle permet en effet, dans l’expertise comptable, de réaliser des analyses complètes de données clients; dans le conseil fiscal et juridique, elle ouvre la porte à l’automatisation d’opérations standard et, dans le conseil aux entreprises, elle fait naître des plates-formes d’optimisation de processus innovantes. La persistance des taux bas a été un second facteur positif qui a favorisé de nombreuses fusions et acquisitions – mais qui implique aussi le risque d’endettements croissants. Le plus grand frein est venu de l’incertitude croissante de l’environnement géopolitique qui, chez les clients orientés à l’exportation, a tout au moins retardé les possibles investissements en Suisse et à l’étranger.

Gros investissements et engagements importants

KPMG a de nouveau beaucoup investi, et ce dans le développement du personnel, dans les innovations technologiques et dans d’importants partenariats. L’année dernière, KPMG a ainsi investi quelque 6% de son chiffre d’affaires dans des développements logiciels et technologiques, et plus de CHF 7 millions dans des formations de base et continues. Durant la même période, 666 nouveaux collaborateurs ont été embauchés.

À Zurich, KPMG a ouvert le «Insights Center» numérique: ce centre d’innovation d’un genre nouveau permet d’analyser les données d’entreprises et de les visualiser pour les clients. Grâce à la combinaison d’une technologie de pointe, d’analyses prédictives et de connaissances d’experts, les clients identifient les nouvelles corrélations et opportunités, mais aussi les risques. En collaboration avec la société britannique de cybersécurité Immersive Labs, KPMG a en outre lancé la «Digital Cyber Academy», qui est mise gratuitement à la disposition des étudiants de toutes les hautes écoles suisses. Par le biais de l’acquisition du développeur de logiciels Terria Mobile, KPMG a aussi élargi de manière ciblée son offre de prestations pour les transformations numériques.

KPMG a largement contribué à positionner la Suisse en tant que site économique attractif, prometteur et digne de confiance, notamment par des engagements auprès d’economiesuisse, de digitalswitzerland et de nombreux autres réseaux nationaux, régionaux et spécifiques ainsi que via le «KPMG CyberLab» au «Digital Festival Zürich». Les universités et les hautes écoles profitent également du soutien de KPMG. Grâce à la publication d’études importantes sur des thèmes clés de l’économie suisse, KPMG a encore consolidé sa position de leader d’opinion dans ces domaines spécifiques.

Audit avec des analyses de données nouvelles et complètes

La division Audit a pu encore accroître son résultat et a augmenté son chiffre d’affaires net à CHF 225,9 millions (+6,5%). Cette évolution positive s’explique en partie par les nouvelles possibilités technologiques qui, côté clients, ont permis la restructuration complète des processus financiers et directionnels, et grâce auxquelles KPMG a pu standardiser, automatiser et centraliser d’importants travaux d’audit. La sécurité de l’audit et la pertinence de nos rapports s’en sont trouvées améliorées. Au moyen d’analyses de données complètes, nous proposons à nos clients des prestations d’assurance innovantes.

La persistance des taux bas et la pression exercée sur d’autres plus-values ont incité les entreprises à accroître leur capital étranger par le biais de nouveaux endettements avantageux et à réduire en partie leurs fonds propres par le rachat d’actions. Après des années d’acquisitions actives, de nombreux bilans d’entreprise renferment d’importantes positions de goodwill. Pour l’heure, des dépréciations substantielles n’apparaissent que de façon isolée. Mais la lente dégradation des perspectives conjoncturelles mondiales et les diverses incertitudes dans le commerce international nous contraignent à traiter la substance créée avec un soin particulier, ce qui confère à l’expert-comptable critique une fonction importante. De même, les prestataires financiers seraient bien avisés, en particulier dans les affaires hypothécaires mais aussi dans les autres opérations de crédit, de s’armer de prudence afin de prévenir les futures dévalorisations.

La pression réglementaire et la conviction selon laquelle un accroissement des réglementations pourrait résoudre les problèmes économiques, sociaux et sociétaux ne fléchissent pas, surtout en Europe. L’expertise comptable est directement exposée à cette discussion, et le fossé entre le mandat légal et l’attente publique envers la société d’audit – ou «Expectation Gap» – se creuse de plus en plus.

Consciente de la responsabilité qu’elle endosse pour des marchés financiers fonctionnels, stables et transparents, mais aussi de sa responsabilité sociale, KPMG investit partout dans le monde des sommes élevées à des fins de développement de méthodes et de technologies d’audit modernes ainsi que de formation de ses collaborateurs. En tant qu’organisation mondiale, KPMG engage des équipes d’audit diversifiées et encourage ses collaborateurs de manière ciblée à acquérir une vaste expérience professionnelle, si possible également dans plusieurs pays et milieux culturels.

Tax & Legal avec des automatisations basées sur logiciel

La division Tax & Legal a augmenté son chiffre d’affaires net à CHF 123,6 millions (+2,5%). Ce bon résultat s’explique en partie par la forte demande de prestations de compliance et – partant – de solutions d’outsourcing, KPMG assurant à ses clients des solutions intégrales. Dans le cadre de l’utilisation croissante de blockchains et d’Initial Coin Offerings (ICO), KPMG soutient ses clients en tant que partenaire intégral pour toutes les questions fiscales et réglementaires et aide les sociétés traditionnelles à affronter les nouvelles règles d’imposition numériques.

Le programme de l’OCDE relatif à l’érosion de la base d’imposition et au transfert de bénéfices (BEPS) est en phase de réalisation. KPMG soutient ici les clients dans l’adaptation des structures et la garantie de la compliance. Les «Managed Services» représentent une part croissante des affaires de conseil fiscal. Ces automatisations basées sur des règles et soutenues par des logiciels (p. ex. «Multishore Tax Reporting», «Global Equity Tracker») permettent de répondre aux exigences fiscales complexes en toute fiabilité, en conformité avec la loi et à l’échelle internationale. Il va sans dire que les nouvelles possibilités technologiques et les attentes correspondantes de nos clients exercent une influence significative sur notre programme de formation de base et continue pour les conseillers fiscaux.

La réforme de l’imposition des entreprises a un effet d’inhibition sur l’activité de conseil fiscal. Tant que le Parlement n’aura pas mis en vigueur la «Loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS» (RFFA), la situation juridique restera incertaine, et l’effet modérateur sur les nouveaux investissements perdurera en Suisse.

Advisory avec de nombreuses M&A et de nouvelles stratégies numériques

La division Advisory a augmenté son chiffre d’affaires net à CHF 99,0 millions (+9,0%). Le nombre élevé de grandes transactions avec participation suisse, que nous avons largement soutenues par le biais de vastes prestations de Deal Advisory, s’est avéré un moteur essentiel de cette évolution. Les principales activités de M&A étaient à imputer à la branche des biens industriels, des biens de consommation, de la technologie, des sciences de la vie et des produits pharmaceutiques, et un nombre croissant de transactions intersectorielles ont été réalisées. Compte tenu de la baisse persistante des rendements de premier ordre dans le domaine immobilier, l’évaluation adéquate du potentiel de valeur et des risques revêt une importance encore supérieure.

Dans le domaine des sociétés de services financiers, les thèmes réglementaires ont été – dix ans après la crise financière et économique – remplacés par des questions de stratégies commerciales. Pour le reste, l’environnement de taux bas et la politique monétaire expansive ont dominé les affaires en Europe. C’est pourquoi les banques en particulier, en quête d’une croissance profitable, investissent fortement dans la technologie et le développement de nouveaux produits, de nouvelles prestations et d’interactions avec les clients. Les prestataires financiers accordent aussi beaucoup d’importance à la lutte contre les cyberrisques, la criminalité financière, le blanchiment d’argent et la corruption, qui renferment de grands risques de réputation.

Dans le domaine industriel, les services forensiques ont avant tout été sollicités pour traiter les cas de corruption, de mauvaise gestion et de fraude ainsi que dans le domaine des risques de tierces parties et des systèmes de gestion de la compliance. La numérisation des entreprises et de l’administration, l’augmentation des cyberattaques et la prise de conscience accrue des risques de la part du personnel dirigeant génèrent en outre une forte demande concernant notre expertise dans les prestations de cybersécurité, de protection des données et de certification hautement spécialisées.

De vastes projets de transformations technologiques, notamment pour la conception et la mise en œuvre de nouveaux systèmes d’Entreprise Resource Planning (ERP), étaient au centre du conseil aux services de finances et d’opérations, tout comme de nombreux projets de transformation financière qui, dans l’ensemble, sont portés par l’influence de l’automatisation sur les services financiers, ainsi que par la restructuration de processus d’achat, transférés de manière croissante vers le Cloud. Le secteur des sciences de la vie s’est distingué par une dynamique particulière dans ce domaine. Le conseil en matière de transformation se focalise depuis longtemps sur l’ensemble de la chaîne de création de valeur et inclut le front-office, le middle-office et le back-office.

Un élément essentiel du conseil relatif aux transformations numériques est la définition et l’ancrage d’une stratégie numérique dans la stratégie commerciale. La clarification et l’exploitation du potentiel des robots, de l’automatisation intelligente et du travail numérique en font partie. À cette fin, KPMG a largement investi dans le développement de nouvelles plates-formes d’automatisation de processus. Nous avons également développé de nouvelles stratégies numériques auprès de clients financiers et industriels et soutenu des clients de l’administration publique dans l’assurance de la qualité pour de grands programmes de transformation.

Cliquez ici pour agrandir le tableau.

Evolution commerciale

Examen ad hoc de l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision concernant CarPostal Suisse SA

KPMG prend connaissance du rapport de l’examen ad hoc de l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR). Cet examen est un élément important dans le traitement systématique du rôle des différents acteurs étatiques et privés dans les événements concernant CarPostal Suisse SA. L’examen indépendant réalisé par Kellerhals Carrard et l’expertise des trois experts indépendants (Andreas Donatsch, Stephan Bachmann, Felix Uhlmann) concernant le rapport d’examen de Kellerhals Carrard en font notamment partie. L’examen ad hoc de l’ASR s’est penché sur la qualité du travail de l’organe de révision dans le cadre de l’attestation des comptes annuels du groupe postal et de CarPostal Suisse SA, mais pas sur le contrôle du rapport sous l’angle du droit des subventions.

KPMG reconnaît le rôle important de l’ASR dès lors qu’il s’agit de garantir la qualité de l’expertise comptable en Suisse. Nous coopérons par conséquent entièrement avec l’ASR et prenons les résultats très au sérieux: nous avons convenu avec l’ASR de différentes mesures d’avenir qui ont déjà été partiellement mises en œuvre. Ces mesures contribueront à renforcer encore la qualité de nos contrôles.

Il nous tient à cœur que la lumière soit désormais faite sur la manière dont l’organe de révision doit, à l’avenir, considérer le droit des subventions lors du contrôle d’entreprises ayant droit à des indemnités. Sur cette toile de fond, nous saluons la discussion ouverte entre le Parlement et le Conseil fédéral ainsi que les entretiens actuels entre l’Office fédéral des transports, l’Union des transports publics et EXPERTsuisse sur l’examen sous l’angle du droit des subventions par l’autorité de surveillance. Ces entretiens mettent en évidence le besoin d’action de la part du législateur et contribueront à rapprocher les attentes très différentes des entreprises de transport, des organes de révision, de l’État et du public. KPMG est prête à s’engager dans ce domaine.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Appel d'offres