Le recrutement de nouveaux collaborateurs emprunte de plus en plus la voie numérique. Dans l’interview, Patric Lenherr, Head Talent Acquisition, explique à quels défis se trouve confrontée son équipe au quotidien et comment se présentera le recrutement du futur.

Patric Lenherr

Patric Lenherr, Head Talent Acquisition, KPMG Suisse

Quels critères sont importants pour les candidates et candidats dans le choix de l’entreprise où ils souhaitent travailler? Que fait KPMG pour répondre à ces critères?

Les besoins des travailleuses et travailleurs ont fortement évolué au cours de ces dernières années. Les possibilités d’évolution et les salaires élevés ne sont plus les seuls aspects déterminants dans le choix d’un employeur. Les modèles de temps de travail flexibles et le bon fonctionnement de l’équipe prennent de plus en plus d’importance. Le sens du travail et la culture de l’entreprise jouent également un rôle majeur. Et dans ce domaine, KPMG est en mesure de marquer des points. En effet, nos collaborateurs apprécient non seulement notre environnement de travail ouvert et international, mais aussi le fait que nous travaillions d’égal à égal. Chaque individu peut développer ses centres d’intérêts personnels et ses aptitudes, mais aussi s’impliquer au niveau de l’entreprise et endosser des responsabilités. La forte confiance que KPMG témoigne à ses collaborateurs constitue une grande source de motivation – tout particulièrement pour la jeune génération.

À quels défis KPMG fait-elle face actuellement sur le marché du travail?

La course aux talents n’est pas une expression vide de sens – nous ressentons fortement cette concurrence. La pénurie accrue de personnel qualifié et les attentes croissantes des travailleurs contribuent également à ce qu’aujourd’hui, les jeunes talents soient aussi courtisés qu’autrefois les postes de direction et d’administration. Nous sommes appelés à nous démarquer nettement de nos concurrents sur le marché du travail. Au-delà d’un processus de recrutement hors pair, un employer branding (marque employeur) attrayant qui mise également sur les collaborateurs et les alumni est devenu le facteur de succès décisif. Une autre difficulté se situe au niveau de la loi suisse sur le travail, qui prend trop peu en compte les nouvelles évolutions sociales et économiques. Un certain assouplissement est nécessaire pour que nous puissions réagir avec agilité et rapidité aux besoins de nos clients. 

Quelles tendances actuelles des RH (Talent Acquisition) suis-tu actuellement? Peut-on voir se dessiner une nouvelle tendance pour l’année prochaine?

Les processus de candidatures sont de plus en plus automatisés, ce qui conduit à une optimisation des processus et de l’efficacité. Les différentes plates-formes ont tendance à fusionner, et l’on utilise un nombre accru d’outils dans le domaine des HR Analytics, du scheduling ou du sourcing. Toutefois, à l’avenir également, nous serons désireux de rencontrer en personne celui ou celle qui nous a envoyé son CV. Car au-delà des qualifications professionnelles, il faut aussi que la personne corresponde à l’entreprise KPMG. Nous travaillons en outre à la flexibilisation croissante des modèles de travail et au thème de l’inclusion et de la diversité. Pour rester un employeur attrayant à l’avenir, il faut prendre ces sujets à bras-le-corps. Un ancrage clair et une communication limpide de la proposition de valeur («Employer Value Proposition») sont indispensables pour attirer et conserver les meilleurs collaborateurs à l’avenir. La communication interpersonnelle et la capacité de réseautage des recruteurs et des collaborateurs joueront ici un rôle central.

Dans quelle mesure les modèles de travail ont-ils changé depuis la crise du coronavirus? Quelle est l’incidence sur le recrutement?

La pandémie de coronavirus a accéléré les évolutions déjà existantes, telles que la flexibilisation des modes de travail. Le monde des affaires a constaté que le télétravail pouvait avoir des avantages tant pour les clients que pour l’entreprise et les collaborateurs, même si l’échange personnel et direct sur place chez le client ou au bureau demeure un facteur de succès essentiel. Le recul de l’importance du lieu de résidence de nos collaborateurs se répercutera aussi sur le recrutement des talents – et ce par-delà les frontières nationales. Les rapports de travail deviendront beaucoup plus flexibles, tout comme les arrangements avec des free-lances disposant de connaissances spécifiques dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, la Data Science ou la blockchain.

KPMG a reçu cette année le prix «Bests Recruiters». De quelle façon KPMG entend-elle remporter de nouveau ce prix l’année prochaine?

Nous sommes très fiers de cette distinction, mais nous n’allons pas nous reposer sur nos lauriers. Le marché des talents est âprement disputé, et le recrutement représente un défi quotidien. Pour conserver notre haute qualité, il est indispensable que tous les collaborateurs de KPMG montrent un fort engagement dans le processus de recrutement et endossent la fonction d’ambassadeurs. Cela bien entendu en plus de notre propre acquisition de talents. Nous avons la chance que notre équipe fasse preuve de beaucoup de passion et d’engagement, et qu’elle prenne un grand plaisir à travailler chez nous. Chacune et chacun souhaite faire avancer les choses, amène de nouvelles idées et désire améliorer certains points. La culture de notre entreprise laisse par ailleurs de l’espace pour tenter des choses et emprunter de nouvelles voies audacieuses. Forts de cette énergie, nous sommes convaincus d’élever le recrutement à un niveau encore supérieur. 

En savoir plus

Sujets d’intérêt pour vous: