close
Share with your friends

«La prévention est le thème que j’aimerais porter lors de mon année présidentielle»

Interview avec Isabelle Moret

La présidente du Conseil national Isabelle Moret dévoile sur quels thèmes elle souhaite particulièrement s’engager en 2020.

1000

Related Content

La présidente du Conseil national Isabelle Moret

La présidente du Conseil national Isabelle Moret

Diriger un nouveau parlement fortement modifié n’est pas chose aisée. Sur quels principes avez-vous l’intention de le diriger? Où voyez-vous les priorités?

Les parlementaires nouvellement élus sont en phase d’apprentissage. C’est aussi mon rôle de m’assurer qu’ils puissent s’intégrer rapidement et facilement.

Mes deux priorités dans le déroulement de nos débats: respect mutuel et efficacité. Il me tient à cœur d’améliorer l’écoute au sein du parlement et d’épuiser avec efficience les ordres du jour prévus pour nos sessions.

Selon vous, quels thèmes sont très urgents?

Nous avons la chance de vivre une législature charnière. A nous d’empoigner ces thématiques fortes sur lesquelles les Suisses attendent des réponses claires et rapides.

Tout d’abord, la politique familiale: l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, un meilleur soutien aux proches qui s’occupent de seniors, une véritable équité fiscale entre couples mariés et non mariés.

Autre grand dossier de cette législature: les retraites.

Notre avenir, c’est aussi une planète plus durable! Réchauffement climatique, fonte des glaciers, disparition d’espèces. Face aux enjeux environnementaux il est temps de prendre des mesures fortes, capables de convaincre la majorité des Suisses.

Enfin, la première préoccupation des Suisses: la santé. Stabiliser les coûts pour maîtriser les primes. Plus de transparence pour tous les acteurs de la santé, plus de qualité pour toutes et tous, au meilleur coût!

Une réforme de la prévoyance sur le long terme est très difficile du point de vue politique. A quoi pourrait ressembler une solution durable? Et malgré les différences de points de vue, comment le parlement pourrait-il élaborer un compromis qui rallierait la majorité?

Seul un large compromis va nous permettre de mener à bien ces réformes. Un premier pas a déjà été franchi avec la Réforme fiscale et financement de l’AVS (RFFA) acceptée par le peuple en mai 2019. Il faut poursuivre rapidement avec le projet de réforme AVS 21 et se pencher sur le projet de réforme du 2ème pilier négocié par les partenaires sociaux.

Pierre angulaire de cette réforme à venir: combler les écarts de retraite entre les femmes et les hommes, en particulier dans le 2ème pilier où la différence est de plus de 60%, en améliorant les retraites des petits revenus et des travailleurs à temps partiels.

Où en est-on en ce qui concerne nos relations avec l’Europe?

L’Union européenne est notre premier partenaire économique. Raison pour laquelle nous devons consolider la voie bilatérale indispensable à notre économie, mais également à la recherche dans notre pays.

A titre personnel, j’estime que l’accord-cadre doit être signé tel quel. Les points soulevant des questions peuvent être éclaircis sans modifier le texte même de l’accord. Les syndicats et les représentants des employeurs doivent absolument négocier de nouvelles mesures contre le dumping salarial et la concurrence déloyale. Si ces mesures ne sont pas discriminatoires envers les pays membres de l’Union européenne, elles n’ont pas besoin d’être mentionnées dans l’accord-cadre.

Le fossé se creuse-t-il entre l’économie et la politique ou entre la politique et la société? Et si tel est le cas: comment pourrait-on le combler?

La force de notre système politique réside dans notre démocratie directe et notre parlement de milice. Si les parlementaires conservent une activité professionnelle à côté de leur mandat politique, ils resteront proches des préoccupations des gens et du monde économique. Pour cela, le parlement devrait réfléchir à modifier le rythme de ses sessions, afin de permettre une meilleure conciliation de la vie politique, professionnelle et familiale.

Quels sont vos objectifs personnels lors de votre mandat en tant que présidente du conseil national?

La prévention est le thème que j’aimerais porter lors de mon année présidentielle.

La prévention des maladies bien sûr: pour que les Suisses puissent avoir la meilleure qualité de vie possible à chaque étape de leur existence, et puissent vivre le plus longtemps en bonne santé. 

Mais la prévention, c’est beaucoup plus large: de la prévention de la paix, chère à la Suisse, à la prévention des risques de catastrophes naturelles, en passant par celle des violences et des abus, en particulier sur les enfants.

Le dernier axe touchera le terroir, la biodiversité, le soutien à l’agriculture et à la viticulture locales.

Voilà le fil conducteur que je déclinerai tout au long de l’année au travers de différentes actions.

Contactez-nous

  • Trouvez nos bureaux kpmg.findOfficeLocations
  • kpmg.emailUs
  • Social media @ KPMG kpmg.socialMedia
 

Besoin de nos services?

 

loading image Appel d'offres