Interview avec Timo Knak - KPMG Suisse
close
Share with your friends

«Les entreprises suisses poursuivent le renforcement de leur position mondiale»

Interview avec Timo Knak

Timo Knak parle de l’importance croissante du private equity dans les transactions M&A et dévoile les évolutions auxquelles il s’attend dans le domaine des M&A dans un proche avenir.

1000

Related Content

Timo Knak

Timo Knak, responsable M&A chez KPMG

Comment s’est développé le marché M&A l’année dernière?

Du point de vue des M&A, 2018 a été une année fantastique. Totalisant 493 transactions, les entreprises et établissements de Private Equity suisses ont recensé une année record. Comparé à l’année dernière, le nombre de transactions avec participation suisse a une fois encore fortement augmenté, de près d’un quart. C’est beaucoup! Le volume de transactions a également fortement grimpé par rapport à 2017, passant de USD 102 milliards à USD 133 milliards, mais il est resté inférieur à la valeur record de 2014. Globalement, ces évolutions attestent d’une situation saine et stable pour les entreprises suisses.

Que pensez-vous du paysage entrepreneurial suisse actuel?

Après les crises financières des années 2008 et 2009, les entreprises suisses ont fait leurs devoirs. En réponse à la crise financière, elles se sont repositionnées, elles ont adapté leurs structures de financement et leur orientation stratégique. Cela a conduit à un paysage entrepreneurial plus compétitif et solide que jamais.

Quelles branches recensent des activités M&A particulièrement importantes?

La branche pharmaceutique et des sciences de la vie, l’industrie financière et le secteur industriel. C’est ce dernier qui fait état du plus grand nombre de transactions, qui s’élève à 88. En revanche, le volume de transactions le plus élevé est à mettre au compte des entreprises pharmaceutiques et des sciences de la vie, avec tout juste USD 29,5 milliards. Le domaine Technologie, télécommunication et médias a également été actif avec 68 transactions, suivi du secteur financier avec 62 transactions.

Devons-nous redouter un bradage du sol national?

Non, cela n’est pas le cas: les entreprises suisses acquièrent bien plus d’entreprises à l’étranger qu’inversement. Ainsi, les entreprises suisses ont repris 230 entreprises étrangères. À l’inverse, les entreprises étrangères n’ont acheté que 117 entreprises en Suisse. Pour ces transactions transfrontalières, dans lesquelles soit un acheteur suisse a fait l’acquisition d’une entreprise à l’étranger, soit une entreprise étrangère a repris une entreprise suisse, l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale sont, avec environ 80% de ces transactions, les principaux partenaires M&A pour la Suisse. Avec cette stratégie mondiale de M&A, les entreprises suisses ont pu encore renforcer leur position forte d’un point de vue international.

De quelle façon l’importance du Private Equity a-t-elle évolué dans les opérations de M&A?

Dans les fusions et acquisitions d’entreprises, le Private Equity ne cesse de gagner en importance. Le nombre de transactions PE était de 160 en 2018, soit un record depuis le début de nos recensements en 2007. De plus, il ne s’agit pas seulement du nombre de transactions avec une participation de Private Equity, mais aussi du pourcentage des transactions dans lesquelles un établissement de PE était impliqué, atteignant 32%, un taux record depuis 2007. Cela vient souligner la solidité constante de la communauté suisse de PE et le grand intérêt des établissements de PE internationaux pour les participations suisses. L’influence croissante du Private Equity est d’une part favorisée par la persistance des faibles taux d’intérêts, conjuguée à des conditions de financement favorables. D’autre part, les fonds de Private Equity profitent des collectes de fonds réussies et disposent ainsi d’une grande quantité de liquidités, ce que l’on appelle le «Dry Powder», pour accomplir de nouveaux investissements.

Qu’est-ce à dire pour l’avenir du Private Equity?

Je suis convaincu que l’importance des établissements de Private Equity ira encore en augmentant dans les affaires de M&A, car celles-ci disposent de vastes connaissances entrepreneuriales et s’inscrivent dans une pensée sur le long terme. Comme cette classe d’actifs gagne également en importance et en popularité auprès des investisseurs, je m’attends à ce que le capital à la disposition des fonds de Private Equity pour investir dans des entreprises ait tendance à augmenter encore et que la présence des établissements de Private Equity s’en trouve ainsi encore renforcée.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Appel d'offres