Interview avec Stefan Pfister - KPMG Suisse
close
Share with your friends

«KPMG s’engage fortement pour un site économique durable»

Interview avec Stefan Pfister

Stefan Pfister parle, dans une interview, de l’excellent résultat annuel de KPMG Suisse, d’investissements prometteurs ainsi que des temps forts qui l’ont personnellement marqué au cours de l’année écoulée.

1000

Related Content

Stefan Pfister, CEO de KPMG Suisse

Stefan Pfister, CEO de KPMG Suisse

Quels ont été les principaux moteurs de l’activité commerciale de KPMG Suisse durant l’exercice écoulé?

L’intensification de la transformation numérique de notre économie est sans aucun doute restée essentielle. Celle-ci nous touche dans nos trois domaines d’activité: dans l’audit, elle permet des analyses plus complètes de données clients. Dans le conseil fiscal, elle facilite l’automatisation de processus standard, et dans le conseil aux entreprises, elle ouvre la porte à des plates-formes d’optimisation de processus innovantes. La persistance des taux bas a été un autre moteur positif. Ceux-ci ont favorisé de nombreuses fusions et acquisitions. Bien entendu, ces dernières impliquent aussi un risque d’endettements croissants. Le plus grand frein est venu de l’environnement géopolitique incertain. Chez les clients axés sur l’exportation en particulier, cet effet a tout au moins retardé les investissements prévus en Suisse et à l’étranger. Les bons résultats de notre travail avec les clients s’illustrent dans notre chiffre d’affaires net, que nous avons pu augmenter de 6% à quelque 450 millions de francs – avec des résultats record dans les trois divisions. Le chiffre d’affaires brut a même progressé de 8% pour atteindre 600 millions de francs.

Y a-t-il eu des différences significatives entre les différents secteurs?

Tout à fait. Dans l’expertise comptable, les nouvelles possibilités technologiques du côté des clients et de KPMG ont contribué à l’évolution positive puisqu’elles ont permis d’organiser de façon entièrement nouvelle les processus clients, financiers et directionnels. De notre côté, les nouvelles technologies permettent de standardiser, d’automatiser et de centraliser d’importants travaux d’audit. Cela renforce la sécurité de l’audit et la pertinence de nos rapports.

Dans le conseil fiscal et juridique, ce bon résultat s’explique entre autres par la forte demande de services de compliance et d’outsourcing. Nous sommes des leaders dans le domaine des Blockchains et des Initial Coin Offerings: nous soutenons nos clients dans toutes les affaires fiscales et réglementaires, sous un même toit. Nous conseillons aussi les entreprises traditionnelles et les aidons à se conformer aux nouvelles règles d’imposition numériques. Malheureusement, la réforme de l’imposition des entreprises encore en suspens a aussi eu des effets négatifs sur l’activité de conseil fiscal en 2018 parce que les entreprises disposées à investir et à s’établir ont attendu le retour de la sécurité juridique en Suisse.

Dans le vaste domaine du conseil aux entreprises, c’est le nombre élevé de grandes transactions avec participation suisse qui a été le moteur de la croissance. Nous avons pu soutenir de nombreuses transactions par le biais de vastes prestations de Deal-Advisory. Dans le secteur industriel, de nombreux clients ont demandé des prestations forensiques essentiellement en rapport avec des cas de corruptions et de fraudes, mais aussi pour les risques de tierces parties et les systèmes de gestion de la compliance. La numérisation déjà opérée dans de nombreuses entreprises et unités administratives et l’augmentation des cyber-attaques ont en outre conduit à un renforcement de la demande de prestations de cybersécurité, de protection des données et de certification.

Dans quels domaines KPMG Suisse a-t-elle particulièrement investi?

Essentiellement dans le développement du personnel, les innovations technologiques et les partenariats importants. Nous avons investi quelque 6% de notre chiffre d’affaires dans le développement logiciel et technologique et plus de CHF 7 millions dans les formations de base et continue. Ce sont des sommes importantes! Dans la même période, nous avons embauché quelque 700 nouveaux collaborateurs.

L’ouverture de notre Insight Center numérique à Zurich a constitué un moment fort. Dans ce centre d’innovation d’un genre nouveau, nous pouvons analyser et visualiser des données clients d’une façon tout à fait inédite. Grâce à la combinaison d’une technologie de pointe, d’une analyse prédictive et de connaissances d’experts, nos clients sont en mesure d’identifier les corrélations et opportunités nouvelles, mais aussi les risques.

Nous nous sommes en outre engagés dans différents domaines pour positionner la Suisse en tant que site économique attractif, avant-gardiste et digne de confiance. Des engagements avec economiesuisse, digitalswitzerland et au Digital Festival à Zurich en font notamment partie. KPMG a par ailleurs poursuivi sa collaboration intensive avec des universités et hautes écoles. Aux côtés de la société de cybersécurité britannique Immersive Labs, nous avons lancé la Digital Cyber Academy, que je considère comme très prometteuse. Ce centre est en effet mis gratuitement à la disposition de toutes les hautes écoles suisses et fournit une contribution positive au site éducatif et économique suisse.

Quel a été votre moment fort personnel l’année dernière?

Je suis très honoré qu’à l’été, les associés m’aient élu pour un second mandat de quatre ans en tant que CEO. Cela a constitué sans nul doute un grand moment pour moi!

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Appel d'offres