Une espérance de vie de plus de 100 ans, des voitures volantes, des réfrigérateurs qui indiquent quoi manger du point de vue nutritionnel et des robots comme collègues : voilà des concepts qui pourraient devenir réalité dans 20 ans, selon un nouveau rapport de KPMG au Canada.

Intitulé 20 prédictions pour les 20 prochaines années, ce rapport analyse les nouvelles tendances de l'heure et présente une vision précise de ce que l'avenir pourrait nous réserver. De plus, il fait état de la vitesse fulgurante des progrès scientifiques et technologiques, lesquels donneront lieu à un monde profondément différent dans deux décennies.

« La science-fiction se rapproche grandement de la réalité grâce aux progrès technologiques rapides », affirme Benoit Lacoste Bienvenue, associé directeur, région du Québec, KPMG Canada. « La technologie amène une redéfinition de tous les secteurs et de chaque aspect de notre quotidien, ce qui améliorera notre santé et celle de la planète. »

Le rapport prédit que les 20 prochaines années seront caractérisées par une société hautement connectée grâce à des réseaux ultrarapides et à l'intelligence artificielle. « Les données sont en train de devenir plus précieuses que le pétrole », soutient M. Lacoste Bienvenue. « Avant la pandémie, les entreprises recueillaient des données relatives à la plupart des aspects de nos vies afin d'offrir des produits et services plus personnalisés et de qualité supérieure. Des données sur nos déplacements (cartes), nos opinions (réseaux sociaux), nos relations (applications de rencontre), nos préférences cinématographiques (plateformes de diffusion en continu) et nos achats (détaillants en ligne). »

« L'expansion du numérique au cours de la pandémie a accéléré cette tendance et a permis de dégager des besoins et des avantages, en particulier dans le domaine de la santé. La technologie prêt-à-porter qui mesure notre fréquence cardiaque et nous encourage à faire de l'exercice est assurément bénéfique. Toutefois, la prochaine étape consistera à insérer ces dispositifs sous la peau afin d'obtenir en temps réel des données qui nous alerteront de l'apparition de problèmes de santé, entraînant par le fait même l'allongement de la durée de vie et l'amélioration du bien-être mental de façon considérable. »

Un récent sondage de KPMG au Canada révèle que pas moins de 78 % des Canadiens croient que « tout est possible » dans un avenir proche. Plus de la moitié des personnes sondées (54 %) estiment que ce serait « formidable » que leur véhicule se conduise tout seul et les amène là où ils le veulent, et 45 % s'attendent à ce que les voitures puissent bientôt voler. Plus de trois personnes sur cinq (63 %) soutiennent les progrès de la médecine, y compris la modification de leur ADN, s'ils peuvent permettre de prévenir le cancer, la démence ou d'autres maladies, et 67 % croient que les centenaires deviendront la norme dans 20 ans. Plus de 90 % des gens affirment qu'il faut se doter d'un système économique circulaire dans lequel rien ne serait gaspillé. Qui plus est, 83 % des répondants se disent préoccupés par l'approvisionnement alimentaire futur compte tenu des conditions météorologiques extrêmes, de la pollution et de la perte de terres agricoles. Moins du tiers des Canadiens (33 %) seraient prêts à manger de la viande créée en laboratoire.

« Il n'y a plus de limites », déclare Dominic Jaar, Associé et leader régional, Services-conseils Management, KPMG Canada. « En seulement quelques mois, la pandémie de COVID-19 a transformé nos habitudes de vie, de travail, de consommation et de jeu du tout au tout, et a influencé nos perceptions de la technologie, nous montrant qu'elle pouvait contribuer au bien collectif. Or, les changements observés au cours de la dernière année et demie paraîtront insignifiants en comparaison avec ce qui nous attend. »

Les organisations canadiennes ont l'occasion de jouer un rôle clé dans le façonnement de l'avenir. Les entreprises, les gouvernements, les organismes de réglementation, les hôpitaux et les écoles devront se transformer radicalement afin de s'adapter à un monde en rapide évolution. Pas moins de 84 % des Canadiens pensent que la transition qui se déroulera au cours des 20 prochaines années « s'avérera difficile et exigera du leadership, de la créativité ainsi qu'une forte dose de gros bon sens et d'investissement ». Plus des deux tiers des personnes sondées (69 %) se disent très ou quelque peu inquiètes de ce qui les attend dans les 20 prochaines années. Plus de la moitié des répondants (54 %) craignent de voir les humains perdre le contrôle au profit de l'intelligence artificielle et des robots, et 89 % d'entre eux espèrent que leur vie privée et leurs libertés ne seront pas sacrifiées.

« Ces nouvelles technologies entraîneront le besoin accru de mettre en place des balises au chapitre de la protection des données et de la vie privée ainsi que de l'éthique », indique Sylvia Klasovec Kingsmill, associée et leader nationale, Confidentialité et protection des données, KPMG, qui a récemment été nommée au poste de leader mondiale, Confidentialité informatique. « Pour obtenir le soutien et la confiance du public, les pouvoirs publics, les entreprises et les organismes de réglementation devront élaborer des règles, des processus et des mécanismes rigoureux afin de prévenir les abus et de servir au mieux l'intérêt public. L'élaboration de telles mesures devra se faire en parallèle avec les progrès technologiques. »

« Les dirigeants d'entreprise sont souvent contraints de se concentrer sur des objectifs à court terme. Ce rapport vise donc à faciliter le dialogue entre les dirigeants canadiens et à favoriser un remue-méninges sans frontière qui sera essentiel pour faire face aux défis de l'avenir », ajoute M. Jaar. KPMG se joint à l'Innovation Economy Council (IEC) à titre de première entreprise partenaire afin de collaborer à des projets de recherche qui favoriseront la croissance et la prospérité du Canada. L'IEC est une initiative menée par une dizaine d'instituts et d'organisations du Canada, notamment MaRS, CCRM et DMZ.

« L'écosystème canadien de l'innovation n'a jamais été aussi dynamique et prometteur. Nous devons protéger et nourrir l'inventivité et la créativité qui définiront et renforceront notre avenir », soutient M. Jaar.

Selon le plus récent rapport mondial Perspective des chefs de la direction de KPMG, les chefs de la direction canadiens, plus que leurs pairs dans tout autre grand pays, considèrent les perturbations technologiques davantage comme une occasion que comme une menace (91 % contre 76 % à l'échelle mondiale). Ils affirment perturber activement leur secteur plutôt que d'attendre que les perturbations viennent de la concurrence (86 % contre 72 % à l'échelle mondiale). Ceux qui soutiennent perturber leur industrie sont plus nombreux que l'année dernière, soit une hausse de 26 points.

En outre, plus de quatre chefs de la direction canadiens sur cinq (83 %) ont déclaré qu'ils « doivent réaffecter leurs investissements plus rapidement pour saisir les occasions qu'offre le numérique et se défaire des activités rendues désuètes dans le monde numérique », comparativement à 78 % à l'échelle mondiale.

Près du tiers (31 %) des dirigeants canadiens sont d'avis qu'il faut accorder la priorité absolue à la numérisation et à la connectivité de leur entreprise pour générer une croissance (par rapport à 26 % à l'échelle mondiale), et 68 % d'entre eux investissent une plus grande partie de leur capital dans l'achat de nouvelles technologies (par rapport à 60 % à l'échelle mondiale).

Sondage auprès des Canadiens sur ce que nous réserve l'avenir

Fortement d'accord ou plutôt d'accord avec les énoncés suivants :

Échelle nationale

 

B.C.

AB

SK et MB

ON

QC

Canada atlantique

Tout est possible. Il n'y a plus de limites

78%

79%

77%

86%

79%

72%

83%

Je pense que ce serait formidable si mon véhicule se conduisait tout seul et m'amenait là où je le voulais dans l'avenir

54%

60%

50%

28%

57%

52%

44%

Les voitures volantes ne seront plus seulement dans les dessins animés. Elles seront bien réelles

45%

47%

43%

44%

45%

45%

41%

Je serais disposé(e) à modifier mon ADN pour éviter le cancer, la démence et d'autres maladies

63%

69%

59%

63%

63%

61%

63%

Je pense que les progrès de la médecine permettront aux Canadiens de vivre jusqu'à plus de 100 ans

67%

70%

67%

58%

67%

71%

56%

Nous devons nous doter d'un système économique circulaire dans lequel rien ne serait gaspillé

90%

91%

85%

91%

90%

92%

92%

Avec les phénomènes météorologiques extrêmes, la pollution et la réduction des terres agricoles, je m'inquiète de notre capacité à nous approvisionner en produits alimentaires

83%

81%

77%

81%

85%

83%

90%

Je suis prêt(e) à manger de la viande créée en laboratoire

33%

39%

23%

33%

35%

32%

31%

La transition au cours des 20 prochaines années s'avérera difficile et exigera du leadership, de la créativité ainsi qu'une forte dose de gros bon sens et d'investissement

84%

86%

81%

79%

84%

84%

88%

Je suis très ou quelque peu inquiet(ète) de ce qui m'attend dans les 20 prochaines années

69%

70%

69%

63%

71%

66%

75%

Je crains que les humains ne perdent le contrôle au profit de l'intelligence artificielle et des robots

54%

52%

55%

58%

54%

56%

49%

J'espère que nous ne sacrifierons pas notre vie privée et nos libertés

89%

88%

90%

81%

88%

89%

95%

Je crains que dans 20 ans, mon emploi n'existe plus. Mon travail sera sans doute fait par un robot ou grâce à l'intelligence artificielle

43%

50%

38%

40%

47%

35%

44%

Je suis emballé(e) par toutes les avancées technologiques des sciences médicales

87%

86%

87%

84%

87%

89%

78%

La science-fiction se rapproche de plus en plus de la réalité

79%

81%

85%

81%

78%

75%

85%

Je m'embarquerais dans une navette spatiale pour m'envoler vers la lune si le voyage coûtait la même chose qu'un vol pour l'Australie

39%

43%

47%

36%

41%

34%

32%

Le Canada doit investir beaucoup plus dans les technologies ayant pour objectif de ralentir les changements climatiques

84%

85%

73%

70%

83%

92%

81%

 

Fortement d'accord ou plutôt d'accord avec les énoncés suivants :

Échelle nationale

 

H

F

18-24

 

25-34

35-44

45-54

55-64

65+

Tout est possible. Il n'y a plus de limites

78%

77%

78%

79%

76%

81%

75%

76%

79%

Je pense que ce serait formidable si mon véhicule se conduisait tout seul et m'amenait là où je le voulais dans l'avenir

54%

55%

52%

70%

64%

63%

53%

43%

40%

Les voitures volantes ne seront plus seulement dans les dessins animés. Elles seront bien réelles

45%

46%

44%

43%

46%

49%

48%

45%

40%

Je serais disposé(e) à modifier mon ADN pour éviter le cancer, la démence et d'autres maladies

63%

66%

60%

66%

62%

58%

68%

64%

61%

Je pense que les progrès de la médecine permettront aux Canadiens de vivre jusqu'à plus de 100 ans

67%

67%

68%

62%

67%

62%

68%

70%

72%

Nous devons nous doter d'un système économique circulaire dans lequel rien ne serait gaspillé

90%

88%

92%

83%

84%

88%

92%

93%

96%

Avec les phénomènes météorologiques extrêmes, la pollution et la réduction des terres agricoles, je m'inquiète de notre capacité à nous approvisionner en produits alimentaires

83%

76%

90%

78%

84%

78%

81%

87%

87%

Je suis prêt(e) à manger de la viande créée en laboratoire

33%

38%

29%

44%

55%

36%

32%

20%

22%

La transition au cours des 20 prochaines années s'avérera difficile et exigera du leadership, de la créativité ainsi qu'une forte dose de gros bon sens et d'investissement

84%

81%

87%

81%

78%

77%

82%

88%

93%

Je suis très ou quelque peu inquiet(ète) de ce qui m'attend dans les 20 prochaines années

69%

64%

75%

68%

74%

72%

72%

69%

63%

Je crains que les humains ne perdent le contrôle au profit de l'intelligence artificielle et des robots

54%

52%

56%

51%

55%

52%

57%

54%

56%

J'espère que nous ne sacrifierons pas notre vie privée et nos libertés

89%

87%

90%

82%

83%

80%

92%

92%

96%

Je crains que dans 20 ans, mon emploi n'existe plus. Mon travail sera sans doute fait par un robot ou grâce à l'intelligence artificielle

43%

42%

44%

40%

53%

42%

42%

42%

41%

Je suis emballé(e) par toutes les avancées technologiques des sciences médicales

87%

87%

87%

83%

79%

86%

89%

91%

91%

La science-fiction se rapproche de plus en plus de la réalité

79%

79%

79%

73%

75%

77%

82%

80%

84%

Je m'embarquerais dans une navette spatiale pour m'envoler vers la lune si le voyage coûtait la même chose qu'un vol pour l'Australie

39%

48%

31%

49%

51%

44%

45%

29%

26%

Le Canada doit investir beaucoup plus dans les technologies ayant pour objectif de ralentir les changements climatiques

84%

79%

88%

83%

83%

87%

79%

86%

84%


KPMG a sondé 1 002 Canadiens âgés de 18 ans et plus du 1er au 5 novembre en tirant parti du panel AskingCanadians de Delvinia et de sa plateforme de recherche en ligne Methodify.

Un mot sur KPMG au Canada

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils et société canadienne à responsabilité limitée, appartient à des Canadiens qui en assurent l'exploitation. Depuis plus de 150 ans, nos professionnels fournissent aux Canadiens tout un éventail de services-conseils, de services de comptabilité et d'audit et de services fiscaux qui inspirent la confiance, favorisent le changement et stimulent l'innovation. Guidé par des valeurs fondamentales – Intégrité, Excellence, Courage, Ensemble, Pour le mieux –, KPMG compte plus de 8 000 professionnels et employés dans plus de 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG fait régulièrement partie des meilleurs employeurs au Canada et est reconnu comme l'un des meilleurs milieux de travail au pays.

Le cabinet est constitué en vertu des lois de l'Ontario et membre de l'organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Chaque membre du Cabinet est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel. Pour plus d'information, consultez home.kpmg/ca/fr.

Pour toute demande d'information de la part des médias, adressez-vous à :

Katherine Vanda
Katherine V. Communications
514-318-3068
katherine@katherinev.com

Caroline Van Hasselt
Service national des communications et Relations avec les médias
KPMG au Canada 
416-777-3288
cvanhasselt@kpmg.ca