close
Share with your friends

Les modèles électriques domineront les achats de véhicules neufs

Achats de véhicules neufs : modèles électriques en tête

Des investissements en infrastructure seront nécessaires pour accélérer le virage électrique au Canada

Contenu connexe

Sept Canadiens sur dix (68 %) qui prévoient d'acheter un véhicule neuf au cours des cinq prochaines années opteront pour un modèle entièrement électrique ou hybride, même si l'absence d'une infrastructure de recharge adéquate, l'autonomie, la durée de vie des batteries et le prix d'achat demeurent des préoccupations importantes, révèle un nouveau sondage mené par KPMG au Canada.

« L'industrie automobile canadienne est presque à un point charnière avec près de 70 % des Canadiens affirment vouloir acheter un véhicule électrique non pas d'ici dix ans, mais au cours des cinq prochaines années », indique Peter Hatges, associé et leader national, Automobile, chez KPMG au Canada. « Face à l'engouement des Canadiens pour les véhicules électriques – un fait confirmé par le sondage de KPMG –, les fabricants et les gouvernements devront accélérer le rythme pour répondre à la demande accrue et investir massivement dans les infrastructures nécessaires. »

Voici les principaux constats du sondage :

  • Près de 70 % des Canadiens prévoient d'acheter un véhicule neuf au cours de la prochaine décennie. De ce nombre, plus de trois sur cinq (62 %) ont l'intention de faire cet achat d'ici un à cinq ans.
  • Parmi les 62 % de Canadiens qui envisagent d'acheter un véhicule neuf d'ici un à cinq ans :
    • 68 % sont susceptibles ou très susceptibles d'acheter un modèle entièrement électrique ou hybride.
    • 77 % des répondants de la Colombie-Britannique et 75 % des répondants du Québec affirment chercher du côté des voitures électriques. Par comparaison, ce taux s'établit à 54 % en Alberta, à 48 % dans les Prairies et à 55 % dans le Canada atlantique.
    • Les hommes sont plus enclins à acheter un véhicule électrique que les femmes (73 % contre 62 %, respectivement).
    • Près de quatre acheteurs sur cinq (79 %) de 18 à 44 ans – principalement des milléniaux et des représentants de la génération Z – affirment qu'ils sont susceptibles ou très susceptibles d'acheter un véhicule électrique au cours des cinq prochaines années, comparativement à 58 % des personnes de 45 ans et plus.
    • 42 % des personnes qui prévoient d'acheter une voiture électrique d'ici cinq ans sont prêtes à dépenser entre 30 000 $ et 49 999 $ et 20 % sont prêtes à dépenser jusqu'à 74 999 $; le tiers (31 %) des acheteurs potentiels souhaitent dépenser moins de 30 000 $.
  • 83 % des Canadiens croient que les fabricants automobiles « devraient être tenus d'investir dans l'infrastructure nationale de recharge ».
  • 89 % souhaitent l'installation de bornes de recharge dans « chaque station d'essence », ainsi que dans les centres commerciaux et les épiceries.
  • 61 % disent que la pandémie leur a fait prendre conscience qu'ils avaient besoin d'un véhicule et qu'ils préféraient conduire plutôt que de prendre les transports en commun.

Des acheteurs motivés par l'environnement

Les motivations de ceux qui avaient déjà l'intention d'acheter une voiture électrique étaient, par ordre d'importance : les préoccupations environnementales, les coûts d'utilisation plus faibles, les incitatifs fiscaux et la possibilité d'obtenir une réduction des primes d'assurance. Par contre, lorsque nous avons interrogé l'ensemble des répondants sur la question des encouragements fiscaux, 70 % ont répondu que seuls les incitatifs fiscaux ou les incitatifs des fabricants pouvaient les amener à changer d'avis et à opter pour un véhicule électrique.

Les intentions d'achat des acquéreurs potentiels se répartissent comme suit : Toyota (23 %), Tesla (19 %) et Honda (9 %). Plus d'hommes que de femmes ont dit qu'ils avaient l'intention d'acheter un modèle Tesla, soit 22 % contre 15 % respectivement. Les femmes ont opté dans une mesure de 21 % pour les modèles électriques de Toyota.

De plus, 59 % des acheteurs potentiels ont affirmé qu'ils se doteraient d'une borne de recharge à domicile. Ce taux grimpe à 66 % au Québec alors qu'il ne s'élève qu'à 50 % en Colombie-Britannique. Un peu plus du quart (26 %) des répondants n'ont pas encore déterminé où ils rechargeront leur batterie pendant la nuit, mais espèrent que leur immeuble en copropriété installera « bientôt » des bornes, et 12 % prévoient d'utiliser les bornes publiques installées dans les centres commerciaux ou à leur bureau.

Des doutes persistants

Les principales raisons invoquées par ceux qui envisagent d'acheter un véhicule, mais qui n'opteront pas pour un modèle électrique sont : le coût élevé (60 %); l'autonomie limitée (50 %); l'insuffisance des infrastructures de recharge (50 %); la durée de vie incertaine de la batterie (30 %), le nombre limité de modèles (24 %) et le temps de recharge (24 %).

Autres points à considérer

  • Pour 70 % des Canadiens interrogés, les incitatifs fiscaux et les incitatifs des fabricants automobiles sont des critères d'achat importants.
  • 77 % des Canadiens recherchent une autonomie d'au moins 400 km.
  • Plus des deux tiers (67 %) s'inquiètent de la fiabilité des véhicules dans des conditions météorologiques difficiles.
  • Plus de la moitié (53 %) craignent que les véhicules électriques ne fassent « exploser le réseau électrique », ce qui ferait grimper le coût d'utilisation d'une voiture électrique.

KPMG au Canada a sondé 2 000 Canadiens entre le 8 et le 13 janvier avec l'aide du panel AskingCanadians de Delvinia et de sa plateforme de recherche automatisée en ligne Methodify.

Un mot sur KPMG au Canada

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils et société canadienne à responsabilité limitée, appartient à des Canadiens qui en assurent l'exploitation. Depuis plus de 150 ans, nos professionnels fournissent aux Canadiens tout un éventail de services-conseils, de services de comptabilité et d'audit et de services fiscaux qui inspirent la confiance, favorisent le changement et stimulent l'innovation. Guidé par des valeurs fondamentales — Intégrité, Excellence, Courage, Ensemble, Pour le mieux —, KPMG compte plus de 8 000 professionnels dans plus de 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG fait régulièrement partie des meilleurs employeurs au Canada et est reconnu comme l'un des meilleurs milieux de travail au pays.

Le cabinet est constitué en vertu des lois de l'Ontario et membre de l'organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel. Pour plus d'information, consultez home.kpmg.ca/fr.

Pour toute demande de renseignements ou de tableaux des médias :

Caroline Van Hasselt
Service des communications
KPMG au Canada
416-777-3288
cvanhasselt@kpmg.ca

© 2021 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société à responsabilité limitée de l’Ontario et cabinet membre de l’organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Tous droits réservés.

Pour en savoir plus sur la structure de l’organisation mondiale KPMG, visitez https://home.kpmg/governance (en anglais).

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui