close
Share with your friends

Étude KPMG : les DG canadiens optimistes quant à leur croissance

Les DG canadiens sont optimistes quant à la croissance

On mise de plus en plus sur les technologies numériques émergentes pour accélérer la croissance et favoriser la résilience

Contenu connexe


​Malgré la virulente pandémie de coronavirus, la hausse des tensions commerciales géopolitiques et l'émergence de technologies perturbatrices, les chefs de la direction canadiens sont plus optimistes face à l'avenir que leurs homologues du reste du monde, révèle le plus récent rapport mondial Perspectives des chefs de la direction de KPMG. Dans le cadre de la première étude portant sur l'évolution des priorités et des préoccupations des chefs d'entreprise pendant cette crise mondiale, KPMG International a mené deux sondages : l'un au début de la pandémie, en janvier; l'autre mené de la fin de juillet au début d'août.

Le rapport révèle que seulement 12 % des chefs de la direction canadiens sont beaucoup ou relativement moins confiants qu'en janvier, comparativement à 29 % à l'échelle mondiale. En outre, 40 % restent aussi confiants qu'avant la pandémie, contre seulement le quart (26 %) des chefs d'entreprise dans le monde.

Dans l'ensemble, les chefs de la direction canadiens se disent beaucoup ou relativement plus confiants dans les perspectives de croissance sur trois ans pour leur pays (48 % contre 45 % à l'échelle mondiale), leur secteur d'activité (56 % contre 55 % dans le monde) et leur entreprise (84 % contre 67 % dans le monde).

« En raison des mesures prises au Canada pour aplanir la courbe de la COVID-19 et réduire le nombre de cas d'infection, les chefs de la direction canadiens ont plus confiance dans la reprise de l'économie nationale que leurs homologues étrangers, et seulement 12 % estiment que l'économie est en plus mauvaise posture aujourd'hui qu'avant la COVID », affirme Stephanie Terrill, leader, Services-conseils, Management de KPMG au Canada.

« Les chefs de la direction canadiens sont aussi plus optimistes quant aux perspectives de leur entreprise et accélèrent leurs investissements dans les technologies numériques, ce qui témoigne de la nécessité de trouver à l'avenir de nouvelles méthodes de travail et de résolution de problèmes. »

  Répondants beaucoup ou relativement plus confiants dans la croissance de l’économie intérieure
  2020
Sondage initial
2020
Sondages dites...
2019 Variation
janvier-août 2020

Variation sur 12 mois

Chefs de la direction canadiens
76% 48% 79% -28% -31%
Chefs de la direction dans le monde 77% 45% 83% -32% -38%

La semaine dernière, Statistique Canada a annoncé que l'économie canadienne avait enregistré en juin un taux de croissance de 6.5 %, dans la foulée de l'allègement des restrictions dues à la COVID-19. Au deuxième trimestre, la production économique a reculé de 38.7 %, soit la plus forte baisse jamais enregistrée.

La reprise demeure toutefois précaire. Mme Terrill souligne que les chefs de la direction canadiens considèrent le territorialisme et les risques climatiques comme les principales menaces à la croissance, ce qui n'a rien d'étonnant, vu la forte dépendance de l'économie à l'égard des ressources naturelles et du commerce d'exportation.

Les chefs d'entreprise canadiens considèrent aussi les technologies émergentes, les risques liés aux talents et les cyberattaques comme les principales menaces aux perspectives de croissance. Les risques liés aux talents ont bondi au troisième rang, alors qu'ils figuraient dans le quartile inférieur à peine huit mois plus tôt. Les chefs d'entreprise étrangers se préoccupent autant de la perte d'employés ou de la pénurie de talents mais, contrairement au Canada, c'est ce risque qu'ils considèrent comme la principale menace à la croissance.

  Canada - Pulse Survey Canada – Initial survey
Global – Pulse Survey
Le retour au territorialisme 1 3 4
Environmental / climate risk 1 1 2
Emerging / disruptive technology risk 3 4 6
Talent risk 3 10 1
Cybersecurity risk 5 2 5
Supply chain risk 5 8 3

Adoption accélérée du numérique

La pandémie a nettement fait ressortir l'importance de la technologie pour stimuler la croissance future et accroître la résilience globale des entreprises en cas de crise.

Les trois quarts (76 %) des chefs de la direction canadiens jugent essentiel d'investir dans les technologies perturbatrices, comme l'intelligence artificielle et l'automatisation, pour atteindre une croissance durable à long terme, contre 72 % à l'échelle mondiale.

Plus de quatre répondants canadiens sur cinq (84 %) affirment avoir l'intention d'investir en priorité dans la technologie pour atteindre leurs objectifs de croissance et de transformation, et la vaste majorité (92 %) ajoutent que la COVID-19 a accéléré la numérisation de leur exploitation.

« La COVID-19 accélère les stratégies numériques. De nombreux dirigeants doivent repenser radicalement leur exploitation, intensifier la technologie, redéfinir leur chaîne d'approvisionnement et innover afin de préserver la sécurité de leurs employés et de livrer leurs produits et services à leurs clients, explique Mme Terrill. Mais les entreprises canadiennes n'évoluent peut-être pas assez rapidement. »

Le rapport révèle que seulement 16 % des chefs de la direction canadiens estimaient avoir progressé énormément au cours des derniers mois dans la numérisation de leur exploitation, contre 30 % à l'échelle mondiale. En outre, au chapitre de la numérisation des modèles d'affaires et des flux de rentrées, à peine 4 % des chefs d'entreprise canadiens affirmaient avoir progressé énormément au cours des derniers mois, contre près de 17 % dans le monde.

Si les chefs d'entreprise étrangers repensent leur chaîne d'approvisionnement pour mieux s'adapter à l'évolution des besoins des clients, leurs homologues canadiens, eux, s'emploient plutôt à protéger leur entreprise contre les catastrophes naturelles.

À propos de l'étude mondiale Perspective des chefs de la direction de KPMG

Cette étude a recueilli les points de vue de 75 chefs de la direction canadiens; elle s'inscrit dans la cadre d'une étude mondiale de KPMG auprès de quelque 1 300 chefs d'entreprise dans le monde, portant sur les principaux risques auxquels fait face leur entreprise et sur les stratégies qu'ils emploient pour y remédier et continuer de stimuler la croissance.

KPMG International a mené un premier sondage en janvier et février, avant que de nombreux marchés ne commencent à ressentir pleinement les effets de la pandémie. Du 6 juillet au 5 août, le cabinet a mené un sondage de suivi (le sondage Dites...) auprès de 315 chefs d'entreprise, dont ceux du Canada, pour comprendre l'évolution de l'attitude des chefs de la direction pendant la crise.

Près de 40 % des répondants canadiens au sondage initial déclarent des revenus annuels compris entre 1 et 9,99 milliards de dollars (51 %, entre 500 et 900 millions de dollars) et 44 % des répondants au sondage de suivi déclarent des revenus annuels de 10 milliards de dollars et plus (40 %, entre 1 et 9,99 milliards de dollars; 16 %, entre 500 et 999 millions de dollars).

Au Canada, 15 % des répondants au sondage initial et 8 % des répondants au sondage de suivi étaient des femmes.

L'étude représente des chefs de direction d'entreprises œuvrant dans un large éventail de secteurs, les trois principaux au Canada étant le secteur de l'énergie, le secteur bancaire et celui des marchés de consommation et du commerce de détail. Les chefs de direction issus des secteurs de l'assurance, de la gestion d'actifs, de l'infrastructure, de l'automobile, des télécommunications, des sciences de la vie, de la fabrication et de la technologie étaient aussi représentés.

UN MOT SUR KPMG AU CANADA

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils (home.kpmg/ca/fr) et société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l'Ontario, est le cabinet canadien membre de KPMG International Cooperative (« KPMG International »). KPMG compte plus de 7 000 professionnels et employés dans 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG est reconnu pour être un employeur de choix et pour offrir l'un des meilleurs lieux de travail au pays.

Les cabinets indépendants membres du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International, entité suisse. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel.

Pour plus d'information

Kevin Dove
Communications de la société
KPMG au Canada
(416) 777-8026
kdove@kpmg.ca

© 2020 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société à responsabilité limitée de l’Ontario et cabinet membre de l’organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Tous droits réservés.

Pour en savoir plus sur la structure de l’organisation mondiale KPMG, visitez https://home.kpmg/governance (en anglais).

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres