close
Share with your friends

Le virage électrique change la donne dans l’industrie automobile canadienne

L’effet des VE sur l’industrie automobile canadienne

Près de 13 millions de véhicules électriques seront produits annuellement dans le monde d’ici 2025

Contenu connexe

​L’industrie automobile canadienne doit se préparer à une transformation majeure au cours de la prochaine décennie pour demeurer un acteur majeur de l’économie canadienne, selon un nouveau rapport de KPMG au Canada.

« Nous assisterons à des changements spectaculaires, même dans les cinq prochaines années », explique Peter Hatges, associé et leader national du groupe Automobile de KPMG au Canada. « Le Canada peut vraiment jouer un rôle de premier plan dans cette transformation. »

Lancé pendant la tenue de l’édition 2020 du Canadian International Autoshow, le rapport de KPMG, intitulé L’avenir de l’automobile au Canada : la prochaine génération de véhicules transformera l’industrie, dresse le portrait de la situation de l’industrie automobile, aborde les perspectives d’avenir et propose des pistes de réflexion pour les fabricants d’automobiles, fabricants de pièces, gouvernements, établissements d’enseignement et autres parties prenantes au Canada.

Selon ce rapport, les consommateurs du monde entier sont de plus en plus nombreux à exiger des véhicules à faibles émissions. Les fabricants d’automobiles se sont donc lancés dans une course à la production de véhicules électriques (VE) qui répondent aux normes gouvernementales et aux attentes des consommateurs en matière de performance. Toute personne dont la subsistance repose sur les véhicules à moteur à combustion interne (MCI) devrait réfléchir sérieusement à l’avenir pour ne pas être coincée dans une industrie désuète. Si les divers objectifs annoncés sont atteints, on prévoit que d’ici 2025, jusqu’à 13 millions de véhicules électriques et hybrides pourraient être produits annuellement dans le monde par les 12 principaux fabricants.

« Les méthodes de fabrication des voitures, les modes de distribution, les pièces utilisées, les protocoles d’entretien, tout cela va complètement changer, déclare M. Hatges. Et avec toutes les fonctions automatisées dont seront dotées ces voitures, on peut supposer que les routes seront plus sûres. Or, la transformation ne se fera pas du jour au lendemain. Les fabricants continueront d’investir dans les véhicules à moteur à combustion interne, mais l’industrie automobile telle que nous la connaissons va être chambardée. Ce sera comme le passage du cheval à l’automobile. Tout va être différent. »

Le rapport met en lumière les changements importants qui toucheront tous les aspects de l’industrie automobile au Canada, dont les suivants :

  • Sécurité routière : Les fabricants investissent massivement dans les fonctionnalités de conduite autonome, lesquelles auront un effet incroyablement positif sur la sécurité routière, les excès de vitesse et les taux d’accidents. KPMG invite les gouvernements à tirer profit des changements technologiques applicables à la gestion de la circulation.
  • Infrastructure : Le rapport souligne qu’il faut constamment investir dans l’infrastructure de recharge des véhicules électriques au Canada et que le gouvernement doit aller au-delà de la demande et développer l’infrastructure.
  • Rôle du Canada dans la conception et la fabrication : Le Canada est l’endroit idéal pour concevoir et construire des véhicules électriques, vu l’expertise déjà en place. D’autant plus que plus de 200 entreprises ontariennes développent déjà des technologies destinées aux automobiles connectées et autonomes.
  • Besoins de main-d’œuvre : Ces changements entraîneront des besoins pour une main-d’œuvre spécialisée dans la robotique, l’IA, les capteurs, les télécommunications, les nouveaux matériaux et les procédés de fabrication avancés.
  • Batteries : Le rapport se penche sur la question de savoir quelle batterie l’emportera en fin de compte. La pile aux ions de lithium ou la pile à hydrogène? Et quels seront les effets sur le coût et les performances globales des VE?

« Le Canada est bien avancé pour ce qui est de la construction de véhicules électriques. Après tout, il ne s’agit plus d’une prouesse d’ingénierie, explique M. Hatges. L’enjeu se trouve maintenant du côté du coût des véhicules électriques et de l’infrastructure nécessaire pour les entretenir et les recharger. Mais les prix finiront par baisser, tandis que le taux d’adoption, lui, augmentera, surtout lorsque les gens se rendront compte de l’économie que représente le fait de plus avoir à faire le plein d’essence. Tôt ou tard, les gens pourront recharger leur voiture à la maison et dans presque toutes leurs destinations. »

KPMG AU CANADA

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d’audit, de fiscalité et de services-conseils (kpmg.ca/fr) et société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet canadien membre de KPMG International Cooperative (« KPMG International »). KPMG compte plus de 7 000 professionnels et employés dans 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG est reconnu pour être un employeur de choix et pour offrir l’un des meilleurs lieux de travail au pays.

Les cabinets indépendants membres du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International, entité suisse. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel.

Information :

Caroline Van Hasselt
Service national des communications
KPMG au Canada
416-777-3288
cvanhasselt@kpmg.ca

© 2020 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Cooperative (« KPMG International »), entité suisse. Tous droits réservés.

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres