Le marché canadien du capital de risque a enregistré un deuxième trimestre solide dans un contexte difficile.

Les activités de financement ont totalisé près de 2 milliards de dollars américains; il s'agit du deuxième résultat le plus élevé pour un deuxième trimestre, selon le plus récent rapport Venture Pulse Q2 2022 de KPMG Entreprise. L'activité transactionnelle a nettement ralenti au cours du trimestre, la montée de l'inflation et la hausse des taux d'intérêt ayant inquiété les investisseurs face à la perspective d'une récession.

On a enregistré au deuxième trimestre 197 transactions au total, soit 80 de moins qu'au trimestre précédent et 120 de moins qu'à la même période un an plus tôt lorsque l'essor des marchés des actions, une bonne dose de ressources latentes et la perspective optimiste d'une reprise post-pandémie avaient permis au marché canadien du capital de risque d'atteindre un sommet trimestriel historique de 4,91 milliards de dollars américains.

Comme au premier trimestre, les activités de financement complémentaire ont continué de plus belle, en partie en raison de la volatilité mondiale des marchés financiers publics. Comme en témoigne le ralentissement des premiers appels publics à l'épargne au deuxième trimestre, bon nombre d'entreprises ont reporté leur intention de s'introduire en bourse en attendant une conjoncture plus favorable. Fait important, les transactions volumineuses montrent que les entreprises aux perspectives prometteuses mènent des tours de financement pour se positionner de manière à atteindre l'envergure nécessaire afin de s'imposer sur le marché mondial et d'attirer des talents.

Malgré la baisse du nombre total de transactions, notre écosystème de capital de risque est manifestement plus autosuffisant que jamais, ce qui est un signe de vigueur en ces temps difficiles. C'est ainsi qu'on a compté 56 transactions avec tours de capital d'amorçage, 62 transactions d'aide financière au démarrage, 72 transactions de financement des dernières phases et 7 transactions par des investisseurs providentiels.

L'intelligence artificielle et l'apprentissage machine (29 transactions), les technologies financières (19) et les technologies propres (19) sont restés les principaux secteurs d'investissement en capital de risque au Canada. Une société de technologie financière de Calgary a atteint le statut de licorne grâce à un financement de 185 millions de dollars américains en actions de catégorie C.

L'investissement en capital de risque d'entreprise au Canada a également reculé : on a enregistré 43 transactions d'une valeur de 809,5 millions de dollars américains, comparativement à 60 transactions totalisant 1,77 milliard de dollars américains au premier trimestre. Dans le contexte actuel, il est fort probable que les entreprises continueront de miser sur les investissements stratégiques en capital de risque qui s'inscrivent dans leur activité principale.

À l'échelle mondiale, l'investissement en capital de risque au deuxième trimestre a baissé à 8 421 transactions d'une valeur de 120,8 milliards de dollars américains; il s'agit du plus bas niveau en six trimestres. Les tensions géopolitiques, l'inflation élevée et la hausse des taux d'intérêt ont sans doute contribué au ralentissement de l'activité transactionnelle, qui pourrait encore rester très faible au troisième trimestre.

Pour en savoir plus sur les tendances canadiennes et mondiales en capital de risque, consultez le dernier rapport trimestriel Venture Pulse (en anglais) de KPMG Entreprise.

Communiquez avec nous

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.

Communiquez avec nous