Selon 91 % des chefs d'entreprises au Canada, les perturbations technologiques représentent davantage une occasion qu'une menace. En effet, au cours des dernières années, particulièrement en raison des effets de la pandémie, de nombreuses organisations ont accéléré l'adoption de la technologie et se sont tournées vers une stratégie fondée sur le numérique. Pourtant, la transformation numérique n'est pas une tâche facile. Qu'il s'agisse d'un désaccord au sein de la direction sur l'orientation de la transformation, du choix de la bonne solution technologique, de différents niveaux de maturité numérique, de la course aux talents ou de l'exploitation d'un écosystème de fournisseurs fiables, les défis à multiples facettes peuvent entraver les résultats souhaités.

Une transformation numérique réussie commence donc par un objectif commercial clair, suivi des différentes composantes de l'initiative, comme la stratégie, l'approche architecturale, les processus et les programmes de gestion du changement.

Joignez-vous à Anna Leon dans cette série de cafés-causeries sur la transformation numérique. Elle y présente les points de vue de leaders du secteur qui adoptent les logiciels-services et les technologies de rupture pour répondre aux priorités d'affaires.


Êtes-vous prêt pour le métavers?

Le métavers est un concept en évolution auquel s’intéressent de plus en plus les dirigeants d’entreprise. Cependant, bon nombre d’entre eux ne savent pas comment leur organisation peut s’immerger dans le métavers et les autres nouvelles technologies en concordance avec leurs efforts globaux de transformation numérique.

Lors de notre premier café-causerie, notre animatrice, Anna Leon, associée au sein du groupe Stratégie technologique et transformation numérique de KPMG au Canada, a discuté avec des chefs d’entreprise de certains des plus grands défis de la transformation numérique, en particulier l’adoption du métavers dans le milieu des affaires canadien. Poursuivez votre lecture pour explorer quelques-unes de leurs observations ou visionnez l’enregistrement intégral de la séance (en anglais).

L’essor du métavers

Le métavers est considéré comme le prochain stade de l’évolution de l’Internet, un espace où les gens se regrouperont dans des mondes virtuels pour le travail et les loisirs. Les investissements abondent dans ce domaine, surtout dans les secteurs du jeu, du magasinage et des jetons non fongibles (JNF). Ainsi, de nombreux dirigeants d’entreprise se demandent s’ils devraient eux aussi rejoindre le métavers et si une analyse de rentabilité le recommande.

« Le sujet du métavers est comme une tarte meringuée, a expliqué Mme Leon lors du café-causerie en direct. C’est sucré et moelleux, mais les principaux éléments fondamentaux n’ont que peu de substance. » Les dirigeants d’entreprise ne devraient ni le considérer comme une autre mode ni s’y investir à fond parce que c’est la dernière nouveauté. « Si ce n’est pas le métavers aujourd’hui, ce sera autre chose demain, a-t-elle lancé. Comment mettre nos organisations dans la bonne position et les doter du bon cadre pour soutenir notre personnel et nos clients tout en favorisant l’innovation durable? »

Voici certains des principaux points à retenir de notre café-causerie sur la transformation numérique concernant la façon dont les organisations façonnent leur avenir numérique.

  • La nouvelle génération est déjà dans le métavers. Pour prendre les devants, il faut embarquer dans le jeu : « En ce moment, c’est là qu’il faut se trouver pour interagir avec de nouveaux employés potentiels et les former dans ce nouvel environnement », a exprimé Rob Tran, directeur de l’exploitation de Bondly Finance. Pour vous lancer dans le métavers, vous pouvez « ramper », « marcher » ou « courir ». Ramper peut signifier l’achat de JNF. Marcher peut représenter un partenariat avec une autre entreprise déjà présente dans le métavers, possiblement pour commanditer ou produire un événement ponctuel. Courir peut se traduire par l’élaboration de votre propre environnement numérique.
  • Le métavers offre de nouvelles possibilités intéressantes d’atteindre de nouveaux publics, mais son rendement reste à déterminer : « Ce sont ses possibilités inexploitées qui m’emballent », a indiqué Roman Coba, vice-président des technologies de Federated Co-operatives Ltd. Il pourrait ouvrir la porte à la diffusion de communications, de produits ou de services à des publics qu’on n’avait encore jamais réussi à atteindre. Du même coup, « personne ne sait où il aboutira ni quelle valeur il apportera, a-t-il ajouté. Il est difficile de déterminer le montant d’argent et d’effort à investir pour quelque chose dont on ne peut pas vraiment calculer le rendement. » Comme pour n’importe quel aspect de la transformation numérique, selon lui, il est important de se concentrer sur la valeur que la technologie générera pour l’organisation et non la technologie ou la dernière nouveauté elle-même.
  • La transformation numérique est synonyme d’adaptation aux désirs et aux besoins des clients, ce qui peut en retour contribuer à l’acquisition et à la rétention des talents : « Ce qui nous emballe chez Kruger, une entreprise de fabrication qui adopte de nouvelles technologies, c’est la possibilité d’utiliser et de monnayer les données que nous recueillons de nos capteurs. Il y a tellement de possibilités, tellement à apprendre et à utiliser dès maintenant », a dit Geneviève Bertrand, vice-présidente principale des technologies de l’information. Par exemple, Kruger se sert de lunettes 3D pour former ses opérateurs en entretien préventif. L’adoption de telles technologies modernes est aussi attrayante pour les nouveaux employés potentiels. « L’entreprise doit s’adapter pour satisfaire les désirs et les attentes des gens, a-t-elle renchéri. Cela fait partie de la transformation numérique. »
  • N’attendez pas pour adopter des technologies novatrices comme le métavers. Commencez dès maintenant : Les organisations n’ont pas de stade de maturité « magique » à atteindre pour se mettre à innover et à tirer profit des technologies comme le métavers ou la chaîne de blocs. « Devez-vous avoir une présence dans le métavers? Oui, mais la façon de procéder variera en fonction des objectifs de votre organisation. L’étendue de votre présence et la façon dont vous souhaitez vous représenter sous ce nouvel angle seront très différentes, a affirmé Kareem Sadek, associé et coleader du groupe Chaîne de blocs et cryptoactifs de KPMG au Canada. C’est le temps de commencer à y réfléchir. »

Voici votre hôte

Anna Leon

Anna Leon est associée au sein du groupe Stratégie technologique et transformation numérique de KPMG au Canada. Elle fournit des services de transformation numérique, lesquels comprennent le développement et la mise en œuvre de solutions technologiques et infonuagiques, la prestation agile et des services gérés pour le compte d'organismes du secteur public, dont des organismes de soins de santé et des organismes sans but lucratif.


Nous pouvons vous être utiles

Communiquez avec nous

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui

Communiquez avec nous