Version originale en anglais du Toronto Star.

Nous avons tous une certaine vision de l'avenir, mais les grands changements que nous subissons actuellement nous obligent à revoir nos hypothèses. Il y a deux ans, la plupart d'entre nous n'avaient jamais utilisé une plateforme de télétravail ou imaginé que des vaccins pourraient être développés en quelques mois. Aujourd'hui, il est difficile d'imaginer la vie sans ces innovations.

Beaucoup de choses ont changé au cours des 20 derniers mois. Or, dans mon domaine, des gens sont payés pour voir plus loin que l'horizon. La pandémie de COVID-19 n'est pas encore terminée, mais une nouvelle étude nous donne des indices clairs de ce qui nous attend.

En seulement quelques mois, la pandémie a complètement transformé nos habitudes de vie, de travail, de consommation et de jeu. Elle a en outre influencé nos perceptions de la technologie, nous montrant qu'elle pouvait contribuer au bien collectif. Chose certaine, les Canadiens voient l'avenir d'un œil incertain. Selon un sondage mené par KPMG en collaboration avec Delvinia la semaine dernière, plus de 90 % des répondants ont affirmé que le pays avait besoin d'une économie plus circulaire, où les ressources sont moins gaspillées. Et 83 % se sont dits préoccupés par les effets qu'auront les conditions météorologiques extrêmes, la pollution et l'utilisation des terres sur notre approvisionnement alimentaire futur.

Mais les Canadiens voient aussi le potentiel des progrès rapides qui rapprochent de la réalité ce qu'on considérait autrefois comme de la science-fiction. Jusqu'à 78 % des répondants ont déclaré que « tout est possible » dans un proche avenir. Et plus de trois sur cinq soutiennent les progrès de la médecine, y compris la modification de leur ADN, s'ils peuvent permettre de prévenir le cancer, la démence ou d'autres maladies.

Cette étude coïncide avec un rapport complémentaire, Envisager l'avenir : 20 prédictions pour les 20 prochaines années.

Les conclusions de ce rapport sont aussi spécifiques (disparition des succursales bancaires) que générales (monde entièrement connecté). Mais la plupart portent sur des changements concrets d'envergure qui toucheront la santé, les technologies propres et l'avenir du travail. Il s'agit d'occasions qui pourraient transformer nos vies au moins aussi profondément que la pandémie – mais pour le mieux. Et si nous voulons exploiter ces changements demain, nous devons nous y préparer aujourd'hui.

La liste complète se trouve ici, mais j'aimerais aborder trois prédictions qui sont selon moi les plus audacieuses et leur incidence sur le Canada.

Santé : Les humains vivront jusqu'à 100 ans

Le recours à la génomique et à d'autres percées technologiques en soins de santé nous aidera à réduire la mortalité, à prolonger l'espérance de vie et à améliorer notre qualité de vie à tous au cours des deux prochaines décennies. Les centièmes anniversaires deviendront monnaie courante, car la médecine génomique permet de détecter, de prévenir et de traiter les maladies avant qu'elles ne se produisent. La médecine régénératrice va révolutionner la transplantation d'organes, tandis que les dispositifs portables comme les micropuces implantées et les interfaces cerveau-machine deviendront omniprésents.

Le système de santé canadien subit déjà des pressions démographiques. La population vieillit, des médecins et des infirmières prennent leur retraite, une tendance accélérée par la pandémie. Ces nouvelles technologies augmenteront l'efficacité de notre système, mais nous devons investir pour mettre en œuvre ces innovations de façon durable tout en veillant à remplacer et à former suffisamment de nouveaux travailleurs de la santé pour les déployer.

Technologies propres : Les politiques climatiques deviennent réalité

Au cours des prochaines années, les législateurs délaisseront les initiatives volontaires et politiques non contraignantes au profit d'une approche plus stricte. Les nouvelles technologies nous aideront à y parvenir grâce au suivi et à la gestion de l'impact environnemental. Les nouvelles politiques discutées de toute urgence aujourd'hui commenceront à être appliquées à l'échelle mondiale, ce qui se traduira par un air, une eau et des terres plus propres. Les technologies de pointe contribueront à réduire les émissions et à éliminer le carbone de l'atmosphère, rapprochant les pays de leurs objectifs de carboneutralité.

Les Canadiens sont respectueux de l'environnement, mais nous avons des sentiments partagés au sujet de l'extraction et de l'utilisation des combustibles fossiles, surtout en cette période d'incertitude économique. Nous devons trouver un compromis, trouver un équilibre entre les industries traditionnelles et émergentes, miser sur les technologies propres innovantes et les exporter afin de prospérer.

Avenir du travail : L'informatique quantique crée des gains d'efficience

L'infonuagique quantique arrivera plus tôt que nous ne le pensons. La capacité d'analyser rapidement d'énormes quantités de données se traduira par des économies de temps et de coûts, et transformera les règles du jeu pour toutes les entreprises et tous les secteurs. Nous venons tout juste de voir à quel point ces économies peuvent être importantes dans le développement rapide de nouveaux vaccins - les possibilités offertes par l'informatique quantique seront immenses.

Le Canada a toujours été fort en recherche et développement, comme en témoigne son rôle dans le développement de l'intelligence artificielle. Notre défi consistera à aider les nouvelles entreprises en informatique quantique à commercialiser leurs produits et à faire en sorte que les industries existantes les adoptent rapidement afin d'en tirer le maximum de profit.

Pour réaliser notre potentiel dans tous ces domaines, nos dirigeants doivent ouvrir le dialogue et favoriser un remue-méninges sans frontière. L'avenir est juste au-delà de l'horizon.

Armughan Ahmad est président et associé directeur canadien de la pratique numérique de KPMG au Canada. Torstar, la société mère du Toronto Star, s'est associée à MaRS pour mettre en valeur l'innovation dans les entreprises canadiennes.

© Copyright Toronto Star Newspapers Ltd. 1996 – 2021. Le Toronto Star et thestar.com sont tous deux la propriété de Toronto Star Newspapers Limited, One Yonge Street, 4e étage, Toronto (Ontario), M5E 1E6