Le marché des PAPE étant en pleine effervescence, il n'est pas étonnant que des propriétaires, des dirigeants et des fondateurs d'entreprise envisagent, eux aussi, de lancer un PAPE (premier appel public à l'épargne).

S'il est préférable de s'inscrire en bourse lorsque la conjoncture du marché est favorable, comme c'est le cas à l'heure actuelle, les dirigeants doivent toutefois éviter la tentation de se lancer aveuglément dans un processus effréné. Le PAPE et la transformation de l'entité en société ouverte ont plus de chances de réussir si les dirigeants définissent les objectifs que l'entité veut atteindre en s'inscrivant en bourse et s'ils sont conscients du temps, du coût et des compétences nécessaires au début et, régulièrement, par la suite.

La première décision à prendre par les dirigeants (et l'une des plus difficiles) est d'établir s'il convient de s'inscrire en bourse. Les dirigeants doivent déterminer ce qu'ils espèrent tirer d'un PAPE et si cette opération est en harmonie avec leurs objectifs. Qu'est-ce que le PAPE permettra à l'entreprise de réaliser? S'agit-il de la meilleure option?

Définition des objectifs

L'objectif est-il de mobiliser des capitaux de croissance, d'obtenir publicité et crédibilité, ou d'encaisser les fonds et de quitter l'entreprise? D'autres options pourraient permettre d'atteindre ces objectifs. Par exemple, un placement privé pourrait générer des capitaux, alors qu'une coentreprise avec une grande société, mieux connue ou mieux réseautée, voire un investissement de cette dernière, pourrait offrir publicité et crédibilité. Quant à la vente pure et simple, elle pourrait permettre au fondateur de quitter l'entreprise en évitant l'investissement considérable en temps et en coût liés au PAPE, ainsi que les restrictions à la vente de sa participation restante dans l'entité devenue société publique.

Indécises quant à l'opportunité de lancer un PAPE, certaines sociétés choisissent de mettre en veilleuse l'idée de s'inscrire en bourse pour envisager d'autres options, comme la vente pure et simple. Il peut s'agir d'une stratégie très valable qui n'exclut pas les autres options, mais qui peut aussi entraîner du temps et des coûts supplémentaires.

Évolution du rôle des dirigeants

Les propriétaires de sociétés privées interviennent parfois intensément dans l'exploitation courante et exercent un contrôle important sur l'orientation et les décisions stratégiques de la société. Souvent, ils n'ont d'obligations qu'envers eux-mêmes, en tant qu'actionnaire ou investisseur unique ou principal. Mais lorsqu'une société s'inscrit en bourse, elle devient responsable de l'argent d'autres personnes, ce qui l'oblige à tendre des comptes aux parties prenantes et aux investisseurs. Par conséquent, les propriétaires doivent se préparer à perdre le degré de contrôle qu'ils exercent à l'heure actuelle et à accepter ce changement.

Se préparer à entrer en bourse exige en outre énormément de temps. Les propriétaires doivent axer leurs efforts sur l'élaboration de la transaction, ce qui les empêche de se concentrer sur l'exploitation et la croissance de l'entreprise. Les fondateurs et les chefs de la direction qui ont bâti la société depuis sa création se voient parfois exclus de la prise de décisions, ce qui peut s'avérer un changement difficile.

Adopter dès maintenant le fonctionnement d'une société ouverte

Les sociétés privées peuvent se préparer à lancer un PAPE en commençant dès maintenant à fonctionner comme une société ouverte. Par exemple, elles peuvent établir des mécanismes d'information financière et s'habituer à respecter des normes d'information et des échéances.

Il peut s'avérer nécessaire de modifier la structure organisationnelle et de recruter davantage de cadres et de personnel. Les sociétés privées ont intérêt à améliorer dès maintenant la gouvernance d'entreprise en établissant la structure d'un conseil d'administration. Elles peuvent commencer à cultiver leur image de marque et à envisager leurs relations avec les investisseurs.

Les dirigeants doivent aussi comprendre qu'ils ne peuvent lancer un PAPE en faisant cavalier seul. Ils ont besoin de l'aide d'avocats, de comptables, de banquiers, de consultants et d'autres conseillers. Ils doivent choisir ces personnes avec soin, afin d'être à l'aise pour travailler avec elles tout au long du processus.

Êtes-vous prêt?

La société est-elle prête à lancer un PAPE? Sinon, de quoi a-t-elle besoin pour s'y préparer? La planification et la préparation sont essentielles. Pour réussir à exécuter le PAPE, puis à fonctionner comme une société ouverte, il importe d'y consacrer le temps, l'argent et les compétences nécessaires.

Un récent sondage de KPMG révèle que 37 % des propriétaires d'entreprise aimeraient pouvoir prendre leur retraite, quitter l'entreprise ou la vendre. Or, il leur manque encore les systèmes d'information ou de gouvernance nécessaires pour le faire.

Pour bon nombre de sociétés, un PAPE est l'événement le plus important de leur existence. Il convient de prendre le temps de décider s'il s'agit d'une option qui s'impose et de comprendre tout ce qu'elle peut comporter.

Pour en apprendre davantage sur la façon dont nous pouvons vous aider à lancer un PAPE, communiquez avec l'un de nos professionnels des services-conseils en PAPE de KPMG au Canada.

Communiquez avec nous

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.