Au Canada et ailleurs dans le monde, les chaînes d'approvisionnement ont été considérablement perturbées par les répercussions de la COVID-19, et pourraient continuer de l'être dans un avenir prévisible. Toutefois, puisque les programmes de vaccination atténueront probablement l'incidence de la pandémie à mesure que nous avançons dans l'année, le moment est venu de tirer des leçons de l'expérience de l'année écoulée et d'accroître la résilience des chaînes d'approvisionnement de votre organisation. Il y a lieu de réévaluer les stratégies opérationnelles et de bâtir une chaîne d'approvisionnement numérique plus réceptive grâce à une connectivité accrue et à une visibilité de bout en bout, à de meilleures capacités prédictives et à une plus grande collaboration entre les fournisseurs et les clients.

À l'ordre du jour des chaînes d'approvisionnement

Selon notre plus récent rapport Perspective des chefs de la direction canadiens, 92 % des chefs de la direction canadiens prévoient accélérer la transformation numérique pour relever les défis de la COVID-19. Nous pensons que les éléments suivants devraient figurer à l'ordre du jour de toute transformation et tirer parti des nouvelles technologies. Cependant, puisque les chaînes d'approvisionnement sont axées sur des réseaux et des connexions efficaces qui fournissent des biens et des services au client final, elles doivent être au cœur de ces plans.

1. Visibilité de bout en bout de la chaîne d'approvisionnement

Les organisations devraient investir dans les moyens de tirer tous les renseignements possibles de leur chaîne d'approvisionnement pour éclairer leurs décisions stratégiques et opérationnelles. Plusieurs technologies peuvent être utiles, notamment l'établissement de systèmes de tour de contrôle qui servent à surveiller et à partager l'information sur l'ensemble du fonctionnement d'une chaîne d'approvisionnement, et l'utilisation de la chaîne de blocs pour assurer l'intégrité et le bon déroulement du financement et des transactions des fournisseurs.

En outre, un suivi avancé peut aider à améliorer l'utilisation de la logistique de tierce partie, à lutter contre la contrefaçon et à améliorer la visibilité – ce dernier élément étant particulièrement utile pour la distribution avec maintien de la chaîne de froid, où la température des produits, comme les vaccins, doit demeurer basse en tout temps.

La mise en place de centres de décision cognitifs qui ont une vision interfonctionnelle de la chaîne d'approvisionnement (c.-à-d. couvrant les produits, les fournisseurs, les distributeurs et les clients) peut s'avérer essentielle pour les organisations afin qu'elles puissent tirer parti d'autres nouveaux outils d'aide à la prise de décisions par les humains, comme l'apprentissage machine et l'intelligence artificielle.[i]

Dans ce contexte, l'analyse prédictive peut aider à renforcer la résilience et à réduire les risques de perturbation de l'offre ou de la demande, tandis que l'analyse avancée peut rendre les chaînes d'approvisionnement plus durables, en améliorant la conception du réseau et en mettant en œuvre une gestion circulaire des déchets, maximisant de ce fait la réutilisation et le recyclage. Les technologies sont là, et les possibilités, à portée de main.

Les organisations devraient investir dans les moyens de tirer tous les renseignements possibles de leur chaîne d'approvisionnement pour éclairer leurs décisions stratégiques et opérationnelles.

2. Automatisation et main-d'œuvre

Pour que la main‐d'œuvre puisse se concentrer sur des activités plus stratégiques et à valeur ajoutée, les organisations devraient continuer d'investir dans l'utilisation efficace de la technologie, de l'analyse de données et de la robotique.

Par exemple, grâce à l'automatisation intelligente, votre organisation peut améliorer sa productivité, réduire les taux d'erreur et accroître la sécurité de sa main-d'œuvre. L'automatisation du processus de résolution des risques pour les fournisseurs peut également entraîner d'énormes avantages, en particulier lors de l'intégration et de la surveillance continue.

Du point de vue de la main‐d'œuvre, il convient de se concentrer davantage sur les nouvelles compétences numériques et sur l'utilisation stratégique des technologies émergentes, notamment l'intelligence artificielle et la robotique. Cela comprend également la littératie numérique au sein de l'organisation, ainsi que des stratégies de formation et de recrutement appropriées qui permettront de tirer une plus grande valeur de l'analyse prescriptive et prédictive.

3. Une entreprise connectée

Les chaînes d'approvisionnement doivent être axées à la fois sur le client et sur les fournisseurs. Il faut les rendre plus agiles et en mesure de comprendre les attentes et les demandes croissantes des clients et d'y répondre, par exemple, en donnant accès à l'information en fonction des délais et de la livraison en temps réel. Toutefois, il faut aussi continuer d'investir dans la technologie, les capacités numériques et les données pour connecter la première ligne, les systèmes intermédiaires et les systèmes administratifs, notamment en passant à un modèle plateformes de chaîne d'approvisionnement « sur demande » afin d'accroître la communication et l'intégration avec les clients internes et externes, et les fournisseurs.

Alors, par où commencer? KPMG au Canada aide les organisations à transformer leurs chaînes d'approvisionnement au moyen de la numérisation. Il ne s'agit pas de choisir une technologie et de voir comment la faire fonctionner, mais plutôt de prendre du recul et de se concentrer sur l'ensemble, ce qui signifie définir les objectifs d'exploitation et avoir la bonne gouvernance, le personnel, l'écosystème et les partenaires.

La numérisation des chaînes d'approvisionnement en cinq étapes

Nous recommandons cinq étapes pour numériser les chaînes d'approvisionnement, de la compréhension du travail à accomplir à la mise en œuvre de changements avec le personnel et les organisations associées.

  1. S'entendre sur ce qui doit devenir numérique : dans le but de rendre les processus harmonieux et de faciliter les décisions.
  2. Commencer par le rendement : cela comprend le choix des mesures à améliorer, puis l'examen des technologies qui permettront cette amélioration.
  3. Viser le rendement de l'investissement : il peut s'agir d'un séquencement intelligent des projets, de sorte que vous établissez des priorités selon ceux qui offrent un rendement rapide.
  4. Former vos employés : les chaînes d'approvisionnement numériques font appel à la prise de décisions par les humains, appuyés par l'intelligence artificielle et l'apprentissage machine, ce qui signifie qu'elles créent de nouveaux rôles parmi les professionnels de la chaîne d'approvisionnement, y compris les scientifiques des données et les conseillers en expérience client.
  5. Travailler en partenariat pour la réussite : la numérisation nécessite un écosystème qui doit être construit en partenariat. Même si les organisations doivent protéger la sécurité de leurs données et de leur propriété intellectuelle, il est important de faire participer les employés, les fournisseurs de services et d'autres partenaires pour tirer pleinement parti des occasions de transformer les chaînes d'approvisionnement.

La COVID-19 a souligné l'importance des chaînes d'approvisionnement tant pour les dirigeants que pour le public, en mettant les attentes plus haut, mais aussi en offrant des possibilités de changements qui permettent de répondre à ces attentes et de les dépasser.

Chacun des éléments susmentionnés comporte de nombreuses complexités, et notre équipe de spécialistes en chaîne d'approvisionnement, en exploitation et en technologie est prête à vous aider à définir ce que cela signifie pour votre organisation. Communiquez avec nous pour en savoir plus. Nous sommes là pour vous aider.

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui

Communiquez avec nous