Nouveau monde, nouvelle réalité

Notre monde a changé du tout au tout en raison de la pandémie de COVID-19. La reprise économique dépendra de la capacité des entreprises à manœuvrer au sein du nouvel environnement tout en faisant preuve de résilience. Les directions, les conseils d'administration et les comités d'audit ont chacun leur rôle à jouer pour guider leur organisation pendant cette période.

Pour beaucoup d'entreprises, la pandémie aura eu l'effet d'un grand accélérateur : la transformation s'enclenche à toute vitesse. Pour d'autres, après des mois difficiles, on passe enfin de la gestion de la continuité des activités à court terme et des plans de crise à la gestion en contexte d'incertitude persistante. Dorénavant, les comités d'audit auront à relever plusieurs défis liés à la situation en matière de surveillance, de réponse et d'adaptation.

Des enjeux sur lesquels ils devaient s'attarder avant la pandémie sont devenus tout à coup encore plus urgents. Dans sa série Accélération de cette année, KPMG se penche sur certaines des plus importantes difficultés que les comités d'audit rencontrent actuellement. La gestion des risques demeure le thème principal de notre campagne. Les sociétés devront évaluer leur réponse à la pandémie et s'interroger sur ce qu'elles devront peut-être faire différemment à l'avenir.

Dans le cadre de la série Accélération, divers experts de KPMG au Canada donneront leur avis éclairé et de judicieux conseils sur plusieurs aspects essentiels de la gestion des risques : cyberrisque, contrôle interne à l'égard de l'information financière, présentation de l'information et réglementation, perturbations numériques et avenir de la fonction Finances, gestion du risque d'entreprise, évolution des questions environnementales, sociales et de gouvernance (« ESG »).

Alors que les organisations se sont rapidement tournées vers le télétravail en réponse à la pandémie, elles ont dû devancer le lancement ou accélérer la mise en œuvre de leur programme de transformation numérique, ce qui les expose davantage aux cybermenaces. Les comités d'audit doivent ainsi veiller à ce que les directions surveillent ces risques et mettent en œuvre les contrôles adéquats.

Après tout, l’une des clés pour assurer une excellente surveillance – de même qu’un leadership fort – est de savoir poser les bonnes questions, à défaut de détenir toutes les réponses.

Kristy Carscallen
Associée directrice canadienne, Audit
KPMG au Canada

Avant la pandémie, on constatait déjà une prise en compte accrue des questions d'ESG, puisque de nombreuses parties prenantes, dont les investisseurs institutionnels, demandent que les organisations y prêtent davantage attention. En parallèle, on observe aussi de nouvelles initiatives pour créer des mesures et des normes d'information en matière d'ESG sur lesquelles les sociétés peuvent se baser pour présenter leurs informations indépendamment de leur secteur d'activité ou de leur emplacement. Étant donné que les questions ESG sont une manière utile de brosser un portrait complet du profil de risque d'une organisation, le rôle des comités d'audit sera fondamental à cet égard.

Les organisations trouveront certes leur propre façon de tirer leur épingle du jeu et de répondre aux difficultés rencontrées par les comités d'audit. Toutefois, beaucoup d'entre elles devront relever des défis similaires et se poser les mêmes questions. Dans chaque article de la série, nos experts soulignent quelques-unes de ces questions, sur lesquelles les comités d'audit devraient se pencher en ce moment. Après tout, l'une des clés pour assurer une excellente surveillance – de même qu'un leadership fort – est de savoir poser les bonnes questions, à défaut de détenir toutes les réponses.

Réalisons-le.