Avant la pandémie, le secteur de l’énergie avait déjà amorcé sa transformation pour s’adapter aux demandes des clients et aux technologies perturbatrices. Bien qu’une certaine incertitude demeure quant aux répercussions futures de la COVID-19 sur la demande et l’offre d’énergie, nous entrons maintenant dans une nouvelle réalité qui a non seulement changé tous les aspects des activités des entreprises, mais également la façon dont l’énergie est perçue et consommée à l’échelle mondiale. Notre nouvelle réalité ne prendra pas la forme d’un retour en arrière, mais plutôt celle d’une reprise progressive.

KPMG au Royaume-Uni cerné quelques-unes des tendances mondiales alimentées par la pandémie qui toucheront le secteur de l’énergie. Ce tour d’horizon donne un aperçu de la manière dont les choses pourraient se dérouler pour les entreprises qui se positionneront pour la croissance et construiront un avenir durable et sûr pour tous – en utilisant l’énergie.

Infographic

Effets potentiels pour le secteur de l’énergie

Plus grande perception du changement climatique en tant que risque systémique

La crise actuelle incitera les organisations à réévaluer leur approche des risques mondiaux. Dans plusieurs pays, la pandémie a eu comme effet de réduire les émissions de GES et les populations constatent une amélioration de la qualité de l’air. À court terme, l’accent est mis sur la COVID-19 et ses répercussions économiques. Toutefois, il est probable que la question de la lutte contre le changement climatique prendra de l’ampleur à moyen terme, comme ce fut le cas après le krach financier de 2008.

Facteurs sociaux et de gouvernance dans le processus décisionnel

Les pressions pour intégrer les facteurs sociaux et de gouvernance au processus décisionnel viendront surtout des investisseurs, des employés et des clients, mais les gouvernements pourraient aussi exiger que les organisations adoptent de nouvelles mesures en retour du soutien qui leur a été accordé pendant la pandémie.

Nouveaux modèles de partage de données

La crise que nous traversons pourrait être l’occasion de développer de nouveaux modèles de partage des données entre le gouvernement et les secteurs de l’énergie et de l’eau afin de diriger l’aide vers les acteurs les plus vulnérables. Cette orientation a porté ses fruits dans le secteur alimentaire où les échanges de données entre les gouvernements et les détaillants en alimentation ont été renforcés.

Transformation agile

Les sociétés d’énergie, d’eau et de services publics ont poursuivi leurs activités en appliquant les règlements sur la distanciation sociale et le travail à distance. Certaines opérations sont maintenant réalisées de façon virtuelle, ce qui ouvre la voie à de nouvelles possibilités. 

Les habitudes de travail et de déplacement des employés ont subi des changements permanents qui transformeront les modèles relatifs à la demande d’énergie. Cette évolution pourrait être l’occasion de passer à un système énergétique plus intelligent permettant de mieux équilibrer l’offre et la demande au niveau local ou communautaire.

Nouvelles approches de la gestion des risques

Face à la pandémie, de nombreuses entreprises ont dû s’attaquer en priorité à des problèmes immédiats de trésorerie et de liquidité. Le secteur doit maintenant mettre l’accent sur l’évaluation dynamique des risques et la planification adéquate des mesures d’urgence. Les conseils d’administration devront réévaluer leur approche de la gestion des risques en se demandant s’ils étaient vraiment préparés pour affronter un risque dynamique mondial de cette nature. Souvent, l’inventaire des risques est établi de manière « statique » sans tenir compte des interdépendances entre les risques. 

Nouveaux modèles de gouvernance

Les incitatifs fiscaux et les mesures d’assouplissement de la réglementation offerts par le gouvernement peuvent entraîner une ingérence accrue de l’État dans la gestion des entreprises ayant bénéficié d’un tel soutien. Cette ingérence peut se traduire par de nouvelles attentes en matière de gouvernance ou de rééquilibrage des priorités entre les différentes parties prenantes, dont les actionnaires. 

Effectif du futur

Les entreprises devront s’assurer qu’elles sont capables d’attirer et de retenir les meilleurs talents dans un monde où l’on accorde de plus en plus d’importance aux aspects sociaux et de gouvernance. Il leur faudra revoir leurs politiques et programmes visant à garantir le bien-être et la santé mentale des employés. D’autres aspects, comme la conception organisationnelle, la localisation et les propositions de valeur pour les employés devront également être réévaluées.

Communication orientée sur la collectivité

On accorde aujourd’hui une grande importance à l’impact économique, environnemental et social que les entreprises ont sur la collectivité, et les stratégies de communication devront refléter cette réalité. 

Lisez l’intégralité de l’article de KPMG au Royaume-Uni (en anglais) : COVID-19: Likely themes in the new reality for Energy & Utilities.

Le groupe Énergie et ressources naturelles de KPMG au Canada aide les acteurs du secteur à repenser leurs méthodes de travail d’aujourd’hui pour tirer des occasions de demain.

Réalisons-le!