close
Share with your friends

Rapport Venture Pulse T2 2020 : la COVID-19 redéfinit le marché canadien du capital de risque

Rapport Venture Pulse T2 2020

Les investissements canadiens se maintiennent

Sunil Mistry

Associé en audit, KPMG Entreprise et Technologie, médias et télécommunications

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Technologies de la santé. Biotechnologies. Technologies de l'éducation.

Ces trois secteurs, souvent éclipsés par d'autres jeunes pousses technologiques, ont dominé le marché du capital de risque au Canada au cours du deuxième trimestre. La pandémie mondiale de COVID-19 et les restrictions de distanciation sociale qui en ont découlé ont fait ressortir la valeur et l'urgence des soins de santé virtuels, de l'enseignement virtuel, et de la recherche en biotechnologie pour mettre au point des traitements qui pourraient sauver des vies.

Parmi les principales transactions au deuxième trimestre, mentionnons :

  • Le financement à hauteur de 142 millions de dollars canadiens d'AbCellera, une société de biotechnologie de Vancouver qui recherche et développe des anticorps humains pour lutter contre les pandémies et les maladies courantes
  • L'entente de 81 millions de dollars canadiens de Ventus Therapeutics de Montréal, une société qui met au point des médicaments ciblant le système immunitaire
  • La ronde de financement en Série C de 74 millions de dollars canadiens pour ApplyBoard, une entreprise sise à Waterloo, le dernier membre en date du club exclusif des licornes canadiennes. La société fait valoir que sa plateforme logicielle pour le monde de l'éducation a désormais une valorisation de 2 milliards de dollars
  • Le financement de 68 millions de dollars canadiens de WorkJam, également de Montréal, pour poursuivre l'expansion de sa plateforme numérique à l'intention des travailleurs de première ligne

Ces transactions ont fait en sorte que les investissements en capital de risque se sont maintenus, et montré la maturité croissante de notre marché. À l'instar d'autres marchés, le marché canadien du capital de risque s'élevait à 881,1 M$ US pour le trimestre se terminant le 30 juin. Il s'agit d'une baisse de 2 % par rapport au premier trimestre et de 17 % par rapport au même trimestre l'an dernier.

La pandémie a quand même redéfini les marchés du capital de risque. À l'échelle mondiale, de nombreux investisseurs en capital de risque ont suspendu leurs activités, alors que des pays se sont confinés et que tout le monde a dû s'adapter à la nouvelle réalité des réunions et négociations en mode virtuel. Au Canada, le nombre de transactions s'est chiffré à 96, alors qu'il était à 147 au trimestre dernier et à 188 l'an dernier à la même période.

Dans l'ensemble, les investissements en capital de risque ont été quelque peu protégés pendant la première moitié de l'année. Vu l'ampleur de l'incertitude à l'échelle mondiale, on peut s'attendre à ce que les investisseurs en capital de risque priorisent les sociétés de leur propre portefeuille et à ce qu'ils continuent de chercher des sociétés des domaines de la santé, des biotechnologies et des technologies de l'éducation qui contribuent à sauver des vies ou à faciliter la vie de tous.

Pour plus d'information, consultez le numéro de ce trimestre du rapport Venture Pulse.

© 2020 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société à responsabilité limitée de l’Ontario et cabinet membre de l’organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Tous droits réservés.

Pour en savoir plus sur la structure de l’organisation mondiale KPMG, visitez https://home.kpmg/governance (en anglais).

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres