close
Share with your friends

Pourquoi le Canada doit accélérer sa maturité numérique

Pourquoi le Canada doit accélérer sa maturité numérique

Rédigé par Elio Luongo et Michael Mitchell pour le Globe and Mail.

Elio Luongo

Chef de la direction et Associé principal

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Speech bubbles

Elio Luongo est chef de la direction et associé principal de KPMG au Canada et Michael Mitchell est associé, conseil en gestion de KPMG au Canada.

Les effets sans précédent de la pandémie de COVID-19 ont révélé un fossé économique au pays, tant du point de vue des travailleurs que des entreprises. Les entreprises qui sont parvenues à établir un dialogue avec leurs clients en ligne ou avec leur personnel à distance ont maintenu leurs flux de trésorerie, tandis que celles dont l'empreinte numérique n'était pas établie ont vu leurs activités interrompues et leurs employés à l'arrêt pendant la pandémie.

Combler ce fossé constituera l'un des plus grands défis que devront relever les gouvernements, les investisseurs et les chefs d'entreprise dans le cadre de la relance et de la refonte de notre économie.

La fermeture de l'économie nécessaire pour endiguer la propagation de la COVID-19 a fait des ravages, les économistes prévoyant une chute du PIB canadien pouvant s'élever jusqu'à 30 %, ainsi que la perte d'environ 3 millions d'emplois. Comme le montrent des données récentes de Statistique Canada, ce sont les personnes à faible revenu qui ont subi le plus gros de ces pertes.

De février à avril, environ la moitié des personnes gagnant moins de 16 dollars de l'heure ont soit perdu leur emploi, soit vu fondre la majeure partie de leurs heures de travail. Nombre de ces emplois se trouvaient dans le secteur des services, qui doit relever un défi unique pour sortir de cette récession.

Cette récession forcée a mis à nu la vérité : de nombreuses entreprises québécoises et canadiennes doivent accélérer leurs investissements numériques afin d'établir un dialogue efficace avec leur main-d'œuvre, leurs clients et leurs fournisseurs dans un monde marqué par la distanciation physique.

Pour ces entreprises et leur personnel, l'ascension sera difficile – voire impossible dans plusieurs cas – sans un soutien gouvernemental ciblé visant à les faire entrer dans l'ère numérique.

La distanciation physique ne disparaîtra pas de sitôt, ce qui signifie que même si les restrictions sont levées aux quatre coins du pays, on ne se précipitera pas au bureau, dans les centres commerciaux, dans les restaurants et dans les arénas. De nombreuses personnes et leurs employeurs choisiront de continuer à travailler et à faire des affaires à distance.

Par conséquent, les entreprises vers lesquelles les Canadiens et les Canadiennes ont été en mesure de se tourner ces trois derniers mois continueront à s'emparer des parts de marché de leurs rivaux analogiques. Leur capacité à servir leur clientèle – souvent de manière encore plus pratique – leur a permis de s'imposer comme des entreprises innovantes, axées sur les solutions, qui ont su répondre à l'appel lorsque le besoin s'est fait sentir.

Les entreprises dont on n'a peu ou pas entendu parler ces derniers mois – et avec lesquelles on ne pouvait pas faire affaire – devront accélérer leur transformation numérique si elles veulent reconquérir leurs clients. Mais elles ne peuvent pas y arriver seules.

Les gouvernements du Québec et du Canada ont fait preuve d'efficacité dans la mise en œuvre de programmes universels indispensables pour tenter d'atténuer les répercussions économiques sur les entreprises et la main-d'œuvre. Ces programmes ont été appliqués rapidement et largement, mais au sortir de la crise, une stratégie ciblée s'avère indispensable.

Les propriétaires d'entreprises et les millions d'employés qui dépendent de ces sociétés pour gagner leur vie en ont grandement besoin.

Effectuer des évaluations de la vulnérabilité

Les gouvernements, les chefs d'entreprise et les investisseurs doivent cerner quels secteurs et sous-secteurs sont les plus touchés par la COVID-19 afin de déterminer où l'on devrait déployer en priorité les technologies émergentes qui peuvent aider leurs entreprises et leur main-d'œuvre à risque à s'adapter à cette nouvelle réalité.

Des outils d'intelligence artificielle de pointe peuvent faciliter la réalisation de ces évaluations de la vulnérabilité d'une manière structurée. Cela permettrait de jauger efficacement le niveau d'investissement nécessaire pour que ces entreprises et cette main-d'œuvre puissent se relever et prospérer au sein de la nouvelle réalité économique et sociale. Ces évaluations mettront en évidence les cas où le coût de ces investissements est trop élevé.

Ce même exercice doit être appliqué aux organisations gouvernementales afin de s'assurer qu'elles disposent elles aussi des outils et des compétences nécessaires pour servir efficacement la population dans un monde de plus en plus numérique. La mise en œuvre rapide du système de paiement en ligne de la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) témoigne avec éloquence du niveau de service numérique désormais attendu pour répondre aux besoins des citoyens et des citoyennes.

Investir dans les gens

Cette analyse de la vulnérabilité des secteurs sera essentielle pour déterminer où concentrer la main-d'œuvre à l'avenir. Elle nous aidera à déterminer qui possède les compétences nécessaires pour participer à la nouvelle économie et qui doit suivre une formation de recyclage.

Les gouvernements et les entreprises devront collaborer avec le monde universitaire pour mettre en place des programmes d'apprentissage en ligne qui permettent à tous et à toutes d'avoir accès à cette formation de recyclage, quel que soit leur lieu de résidence.

Mais le plus important est de reconnaître que nous allons également devoir soutenir ces travailleurs et travailleuses qui ont besoin de se recycler, ainsi que leurs familles, en envisageant d'adopter une mesure semblable à la SSUC afin de leur fournir un revenu de base garanti pendant qu'ils retournent aux études.

Investir dans les infrastructures technologiques

Cette pandémie a révélé l'importance de la collecte, de l'analyse et de la diffusion de l'information à l'aide d'outils numériques. Peu importe où ils se trouvent, les Canadiens et les Canadiennes devraient avoir accès aux services numériques de tous les paliers de gouvernement.

Pour nous propulser au niveau supérieur, les gouvernements devraient chercher à collaborer avec différents fournisseurs partout au pays pour concrétiser la 5G. Dans un pays aussi vaste et peu peuplé que le nôtre, la 5G doit être évaluée en tant qu'élément de notre infrastructure publique si nous voulons trouver les fonds nécessaires à sa mise en place.

Les entreprises devraient également adopter la culture du travail à distance. Comme l'ont découvert de nombreuses entreprises et organisations au cours de cette pandémie, il n'est pas nécessaire de se présenter tous les jours sur son lieu de travail pour faire son travail efficacement. Il ne devrait y avoir aucune raison pour qu'un chômeur qui habite à Rimouski ne puisse pas bénéficier de chances égales de travailler à distance pour une entreprise établie dans une autre ville ou province.

Le moment est venu de planifier ce à quoi notre avenir devrait ressembler. Nous disposons des outils nécessaires pour analyser les secteurs et les compétences qui nous permettront de construire un pays résilient, pour tous et pour toutes.

https://www.theglobeandmail.com/business/commentary/article-why-canada-needs-to-accelerate-its-digital-maturity/

© 2020, The Globe and Mail Inc. Tous droits réservés. Le site globeandmail.com et le journal The Globe and Mail sont des divisions de The Globe and Mail Inc. The Globe and Mail Centre, 351, King Street East, bureau 1600, Toronto (Ontario), M5A 0N1. Phillip Crawley, éditeur.

© 2020 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société à responsabilité limitée de l’Ontario et cabinet membre de l’organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Tous droits réservés.

Pour en savoir plus sur la structure de l’organisation mondiale KPMG, visitez https://home.kpmg/governance (en anglais).

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres