close
Share with your friends

94 % des entreprises canadiennes des secteurs de l’énergie et des mines investissent dans la technologie numérique pour créer un avantage concurrentiel et affirment que la transformation est essentielle à leur succès à long terme.

Les entreprises du secteur canadien de l’énergie et des ressources naturelles (ERN) – mines, pétrole et gaz, et énergie et services publics – ont apporté une contribution déterminante à la prospérité économique du pays. Selon une récente enquête de KPMG sur l’état de préparation numérique du secteur ERN canadien, 95 % des dirigeants de l’industrie déclarent que la transformation numérique est un important facteur de succès pour l’avenir. Ils sont nombreux à penser que, face au vieillissement de l’infrastructure et aux forces perturbatrices émergentes, l’investissement technologique est essentiel. Au total, 86 % des répondants en ERN – soit plus que dans toute autre industrie – ont déclaré qu’ils investissaient déjà dans la technologie pour améliorer leurs processus opérationnels.  

D’où vient cette urgence? L’effondrement des prix des produits de base dans l’ensemble du secteur (à l’exception du secteur de l’énergie et des services publics, qui fait face à des coûts élevés de renouvellement des infrastructures) et les pressions à la baisse qui en résultent sur les marges ont incité les entreprises en ERN à prendre tous les moyens possibles pour réaliser des économies, particulièrement en investissant dans la technologie. 

Vue d’ensemble du secteur

Les services administratifs et les mégadonnées au rang des priorités

Les principaux objectifs d’investissement technologique des répondants indiquent que la transformation numérique des entreprises se concentre principalement dans les fonctions de soutien, les systèmes intégrés d’information financière et l’amélioration globale de la présentation de l’information. De plus en plus d’entreprises en ERN sont capables de surveiller les processus des emplacements éloignés en temps réel – heure par heure, minute par minute – et d’apporter des ajustements au besoin. Le défi pour les services administratifs consiste à mettre en œuvre des technologies et des analyses qui permettent d’interpréter les données et d’en dégager de la valeur.

Malgré les progrès importants réalisés, la plupart des organisations du secteur n’ont pas de système intégré d’information financière qui soit uniforme de haut en bas. Elles sont encore nombreuses à utiliser de multiples systèmes aux interfaces manuelles requérant des interventions humaines. Selon leurs plans d’investissement futur en technologie, les entreprises en ERN accorderont une plus grande priorité à l’intégration des systèmes :

  • 51 % des entreprises sondées disent envisager la mise en œuvre des mégadonnées.
  • Plus de 40 % des répondants affirment utiliser une forme quelconque de capteurs, par exemple, pour recueillir des données provenant de l’équipement et de l’infrastructure en temps réel.
  • Le secteur ERN accuse un retard sur les autres industries en ce qui concerne la mise en œuvre et l’exploitation de la technologie de chaîne d’approvisionnement axée sur la demande (66 % comparativement à 73 %).
Les compétences au cœur du succès de la transformation numérique

Les compétences au cœur du succès de la transformation numérique

Seulement 30 % des dirigeants sondés en ERN estiment que leur entreprise dispose des compétences nécessaires pour entreprendre une transformation numérique. La perte de talents est un obstacle majeur à la transformation numérique du secteur. De nombreux employés qualifiés ont quitté l’industrie en raison du ralentissement économique. L’intérêt des diplômés en génie, en technologie et dans d’autres domaines a chuté, probablement en partie parce qu’ils n’ont pas l’impression qu’il s’agit d’un secteur sécuritaire dans lequel entamer leur carrière. Les dirigeants des ressources humaines en ERN, qui concentrent actuellement leurs efforts sur la gestion du personnel, devront s’efforcer de développer une compréhension approfondie de la main-d’œuvre de demain.

Préoccupation croissante en matière de cybersécurité

Les entreprises en ERN sont plus préoccupées que leurs homologues industriels en matière de cybersécurité (70 % par rapport à 60 %). Cela n’a rien d’étonnant si on tient compte du statut d’infrastructure essentielle que porte le secteur de l’énergie et du risque que des malfaiteurs tentent, par exemple, de nuire aux activités des sociétés en ERN ou de voler les données sur les clients du secteur des services publics à des fins d’exploitation. Seulement 63 % des répondants croient que leur univers informatique est hautement sécurité, et 33 % estiment être en tête de l’industrie quant à l’adoption de technologies de cybersécurité. Les technologies émergentes comme l’IdO et l’infonuagique entraîneront de nouvelles vulnérabilités informatiques, c’est pourquoi les entreprises devront demeurer vigilantes et continuer à investir dans ce domaine crucial.

Les sociétés du secteur de l’énergie et des ressources naturelles doivent adopter une approche d’échec accéléré (fail fast) en matière de technologie et d’investissement technologique. Il est essentiel qu’elles essaient de nouvelles technologies, apprennent de leurs erreurs et tirent profit de cette expérience. Le succès de la transformation numérique dépend aussi énormément de l’exploitation des connaissances technologiques des nouveaux diplômés qui entrent sur le marché du travail. 

Michael McKerracher,
Leader national, Énergie et ressources naturelles,
KPMG au Canada

Apprenez-en plus sur l’état de préparation numérique du secteur canadien de l’énergie et des ressources naturelles dans le nouveau rapport de KPMG, Sur la route de la transformation : La maturité numérique des secteurs industriels du Canada. 

Répondez à notre sondage pour comparer vos progrès à ceux de vos pairs et découvrez comment accélérer votre passage au numérique.

Réalisons-le.

Communiquez avec nous

  

Contenu connexe