close
Share with your friends

Dans les marchés industriels canadiens, 97 % des entreprises utilisent l’analyse de données pour orienter leurs décisions – et ce n’est que le début de leur transformation numérique.

Les entreprises des marchés industriels du Canada – et leurs homologues des secteurs des mines, du pétrole et du gaz, des services publics d’électricité, du transport et d’autres secteurs capitalistiques – ont apporté une contribution déterminante à la prospérité économique du pays. Elles continueront de le faire à l’avenir, même si les données et les technologies numériques perturbent et transforment rapidement leur industrie. Selon une étude récente de KPMG sur l’état de préparation numérique des secteurs industriels du Canada, les entreprises font des progrès importants et ont de nombreuses occasions de devancer la concurrence.

Vue d'ensemble de l'industrie

infographic fr

Les industriels canadiens comprennent le rôle décisif de la transformation numérique dans leur avenir : 98 % des répondants ont déclaré qu’elle était essentielle à leur compétitivité à long terme. D’ailleurs, cette compréhension se traduit en action. Notre sondage révèle que de nombreuses sociétés industrielles investissent dans de nouvelles technologies :

  • 97 % utilisent l’analyse de données pour orienter la prise de décision;
  • 55 % exploitent activement la technologie de la chaîne d’approvisionnement axée sur la demande;
  • 50 % ont adopté ou mis à l’essai des technologies d’automatisation intelligente;
  • 50 % déploient l’Internet des objets (IdO);
  • 39 % utilisent la robotique, particulièrement en atelier;
  • 29 % ont recours à l’aide à la décision par réalité augmentée.

En outre, les entreprises sondées planifient les transformations numériques de demain. Parmi les priorités d’investissement futures, notons l’infonuagique (61 %), la chaîne d’approvisionnement axée sur la demande (60 %), la robotique (48 %), l’IdO (38 %) et l’automatisation intelligente (34 %).

Malheureusement, de nombreux industriels n’investissent pas à un niveau suffisant dans la transformation numérique pour réaliser le changement qui s’impose : 66 % des répondants affirment que leur entreprise y accorde moins de 5 % de ses revenus. Bien qu’un investissement soutenu à ce niveau puisse aider à apporter des améliorations progressives aux technologies existantes, il est peu probable qu’il soit suffisant pour entraîner la transformation nécessaire afin de demeurer concurrentiel à long terme.

« Il est encourageant de voir que les fabricants comprennent l’importance de la transformation numérique – et qu’ils investissent dans les technologies numériques. Mais pour demeurer concurrentielles, les entreprises doivent faire des investissements plus importants en vue d’accélérer leurs progrès. »

Don Matthew, leader, Fabrication, KPMG au Canada

Mégadonnées : des signes contradictoires

Étonnamment, malgré leur attitude à l’égard de la transformation numérique et leurs investissements à ce jour, les sociétés des marchés industriels sont partagées quant à leur utilisation des mégadonnées. Tandis que 20 % des répondants soutiennent que leur entreprise les exploite activement, 30 % disent qu’elle ne les utilise pas du tout. Néanmoins, en ce qui concerne les prochaines années, près de la moitié (57 %) indiquent qu’ils prévoient utiliser – ou explorer l’utilisation – des mégadonnées.

Ces signes contradictoires sur les mégadonnées pourraient refléter une prise de conscience croissante du plein potentiel des données. Les industriels produisent une quantité monstre de données, mais le défi est de savoir quoi en faire. Au lieu d’utiliser les données pour analyser les activités antérieures et tenter de comprendre le passé, les entreprises doivent se tourner vers l’avenir et se servir des données pour prévoir ce qui est susceptible de se produire. Cela peut aller de la détermination de calendriers d’entretien préventif optimaux à la prévision des tendances de vente ou des problèmes de chaîne d’approvisionnement. En effectuant ce changement, les entreprises devraient comparer la valeur et les économies qu’elles tirent d’une prise de décision reposant sur des prévisions fondées sur les mégadonnées par rapport à leur ancienne approche rétrospective. Elles risquent de constater des différences frappantes et très concrètes.

« Pour rester en tête de la concurrence, les entreprises industrielles doivent être plus rapides et plus agiles. Elles doivent répondre aux demandes des clients en réduisant les temps d’arrêt et en diminuant les coûts. Elles doivent devenir le fournisseur privilégié de leurs clients – et la transformation numérique leur permettra d’y arriver. »

Tammy Brown, leader nationale,
Marchés industriels, KPMG au Canada

Optimisme à l’égard de la cybersécurité

Les entreprises des marchés industriels sont souvent la cible de cyberattaques, même si elles ont une visibilité plus faible que les grandes marques de consommation. Parmi les répondants, 70 % disent faire des investissements significatifs dans la cybersécurité, et 68 % estiment que leur univers informatique est sécurisé. Étant donné les nouvelles vulnérabilités informatiques qu’entraîneront les technologies émergentes comme l’IdO, les entreprises devront demeurer vigilantes alors qu’elles continuent à investir dans ce secteur crucial. La préparation aux cyberattaques va bien au-delà d’un bon pare-feu dans le système informatique et de la formation du personnel. Il est intéressant de constater que certaines des entreprises industrielles les plus performantes sont très bien préparées pour gérer une importante cyberattaque – elles ont de solides protocoles de reprise après sinistre qui sont testés régulièrement et elles savent qui faire intervenir rapidement en cas de cybermenace importante.

« Les industriels font face à un risque continu de cyberattaque. Ils doivent faire preuve d’une vigilance constante, surtout à mesure qu’ils entreprennent leur transformation numérique. Par exemple, les appareils de l’IdO peuvent être de puissantes technologies exponentielles, mais ils peuvent aussi ouvrir de nombreuses portes aux cybercriminels. »

John Heaton, associé, Cybersécurité, KPMG au Canada

La transformation numérique est un processus de longue haleine, et les industriels canadiens font des progrès considérables. Nous les exhortons toutefois à accroître leurs investissements numériques, car le moment est venu de devancer la concurrence.

Répondez à notre sondage pour comparer vos progrès à ceux de vos pairs et découvrez comment accélérer votre passage au numérique.

Réalisons-le.

Communiquez avec nous

Contenu connexe