close
Share with your friends

82 % entreprises canadiennes du bâtiment et de la construction prévoient consacrer moins de 5 % de leurs revenus à la transformation numérique

Les entreprises canadiennes du bâtiment et de la construction sont-elles prêtes à prendre les mesures numériques audacieuses qui sont nécessaires pour transformer leurs activités et demeurer pertinentes pour les années à venir? Selon la nouvelle étude de KPMG au Canada sur la l’état de préparation des industriels canadiens à l’ère numérique, ces entreprises devront faire plus si elles veulent réaliser des progrès significatifs et créer un atout concurrentiel durable.

Vue d'ensemble de l'industrie

infographic-fr

Presque tous les répondants au sondage dans le secteur du bâtiment et de la construction (90 %) affirment que la transformation numérique est importante pour la réussite à long terme de leur entreprise. Certains signes indiquent toutefois que l’utilisation des données par les entreprises de ce secteur gagnerait à être perfectionnée. Voici ce que notre étude a révélé :

  • 90 % des répondants disent que leur entreprise investit dans la technologie numérique pour créer un avantage concurrentiel.
  • 42 % déclarent que leur entreprise explore ou apporte des changements à son modèle d’affaires dans le cadre d’une transformation numérique.
  • 36 % disent que leur entreprise utilise des données pour appuyer l’élaboration de stratégies et la réflexion conceptuelle, ce qui est largement inférieur à la moyenne générale du sondage (59 %).
  • 24 % estiment que leur entreprise utilise l’analyse de données de façon particulièrement efficace pour prendre des décisions d’affaires.
  • 12 % affirment que leur entreprise a largement recours aux mégadonnées.

« Le dépassement des coûts est un problème de taille pour le secteur de la construction à tous les niveaux. L’analyse de données et l’aide à la décision par réalité augmentée peuvent aider les entreprises à comprendre ce qui fait dérailler les projets – et à détecter rapidement les éléments déclencheurs et les signes avant-coureurs. Cela peut les aider à passer à l’action pour se remettre sur les rails le plus vite possible. »

Lorne Burns, leader national
Bâtiment, immobilier et construction, KPMG au Canada

Les entreprises canadiennes risquent de prendre du retard en matière d’investissement numérique

Les sociétés de construction mondiales les plus prospères (en anglais) se concentrent sur l’innovation et font de gros investissements dans les drones, la réalité virtuelle et la réalité augmentée, les technologies de capteurs, les logiciels de gestion de l’information des bâtiments et plus encore. En contrepartie, les plans d’investissement numérique des entreprises canadiennes du bâtiment et de la construction semblent plutôt timides.

Les investissements numériques actuels des entreprises canadiennes visent principalement la cybersécurité (75 %), l’infonuagique (42 %) et la chaîne d’approvisionnement axée sur la demande (33 %). Seulement 9 % des répondants disent utiliser actuellement des appareils connectés à l’Internet des objets (IdO), tandis que 33 % affirment que leur entreprise en fait l’expérience. D’autres technologies exponentielles comme les jumeaux numériques, l’automatisation intelligente, la robotique et l’aide à la décision par réalité augmentée ne suscitent pas beaucoup d’attention ni d’investissement pour le moment.

Les plans d’investissement futur de ces entreprises se ressemblent : la cybersécurité et l’infonuagique devraient être les priorités clés (82 % et 72 %, respectivement), suivies de loin par la chaîne d’approvisionnement axée sur la demande (39 %). Un répondant sur quatre (24 %) dit avoir l’intention de faire une plus grande utilisation des appareils connectés à l’IdO à l’avenir, alors que 30 % sont toujours en discussion à ce sujet. Par ailleurs, 52 % des répondants disent qu’ils n’ont pas l’intention d’investir dans les mégadonnées au cours des prochaines années, mais il est encourageant de voir que 30 % d’entre eux s’attendent à avoir des conversations à ce sujet.

De telles ambitions limitées en matière d’investissement numérique risquent d’éroder la position concurrentielle des entreprises canadiennes du secteur des bâtiments et de la construction, au moment même où les chefs de file avant-gardistes de l’industrie exploitent la technologie numérique pour innover et gagner en efficacité.

Des fonds supplémentaires seront nécessaires pour faire des améliorations audacieuses et suivre le rythme

La grande question est de savoir si les entreprises canadiennes du bâtiment et de la construction investiront suffisamment pour faire plus que seulement apporter des améliorations progressives à leur base technologique actuelle – 82 % des répondants affirment avoir l’intention de consacrer moins de 5 % de leurs revenus à leurs efforts de transformation numérique. Bien qu’utiles, ces investissements ne seront pas suffisants pour procurer l’avantage concurrentiel que les entreprises recherchent. Ces dernières devraient prendre des mesures plus audacieuses en matière de technologie numérique pour améliorer la gestion de projet, la qualité, l’efficacité et le contrôle des coûts, sans quoi elles ne feront qu’aggraver leur retard par rapport aux chefs de file.

Répondez à notre sondage pour comparer vos progrès à ceux de vos pairs et découvrez comment accélérer votre passage au numérique.

Réalisons-le.

Communiquez avec nous

Contenu connexe