close
Share with your friends
Graphique de croquis de coureur

Se tenir prêt pour les perturbations technologiques

Se tenir prêt pour les perturbations technologiques

​Bien que la révolution numérique batte son plein depuis un certain temps, les perturbations ne sont pas près de cesser. De nouvelles technologies émergentes continuent d'influencer, voire de transformer, la façon dont les organisations fonctionnent et s'adaptent à leur clientèle. Si ces outils ont généré de nouvelles capacités et occasions d'affaires, ils ont accru la nécessité de mettre au point des stratégies de gestion de risques toujours plus solides et adaptées.

À coup sûr, les conseils d'administration ont le lourd fardeau de s'assurer que l'adoption des nouvelles technologies ne se fasse pas aux dépens de la sécurité, du rendement et des résultats de l'organisation. Le comité d'audit n'est pas en reste, car il doit veiller à ce que la direction ait mis en place des contrôles et des processus pour protéger le service des finances des risques posés par les technologies, et qu'elle exerce une surveillance appropriée à cet égard.

Il y a de nombreux risques à prendre en considération. En déplaçant leurs activités sur le nuage, les organisations doivent garder à l'œil la sécurité et les vulnérabilités liées aux tiers, ainsi que surveiller de près les outils s'appuyant sur l'automatisation, l'intelligence artificielle ou l'apprentissage machine afin de s'assurer qu'ils fonctionnent comme prévu et qu'ils s'arriment aux systèmes actuels. De même, alors que les organisations s'efforcent de maximiser les retombées de l'analyse de données, le comité d'audit a un rôle à jouer pour faire en sorte que ces données soient recueillies, analysées et sécurisées de manière appropriée et responsable.

Il n'appartient pas qu'au comité d'audit de protéger l'organisation des risques de perturbation technologique. Néanmoins, le maintien de l'intégrité du service des finances d'une société en cette ère du numérique exige un niveau élevé de contrôle diligent. Ainsi, le comité d'audit doit se tenir continuellement au fait des risques que pose l'adoption d'une nouvelle technologie pour le service des finances et tout ce qui s'y rattache.

Le statu quo comporte également des risques. En effet, le comité d'audit doit savoir comment le service des finances tire parti des technologies en vue d'améliorer l'efficience, de réduire les risques et d'accroître la valeur de l'organisation. L'automatisation des processus peut accroître considérablement l'intégrité des données et l'efficacité des contrôles. De plus, les technologies permettent la surveillance continue des informations, laquelle mène à la détection et à la résolution en temps réel des problèmes. Une fois que le traitement manuel a été réduit au minimum, le service des finances peut redevenir un véritable partenaire de l'entreprise en lui offrant des informations éclairantes tirées des données.

La bonne nouvelle, c'est que les conversations au sujet des perturbations technologiques évoluent. Tandis que les discussions sur l'intelligence artificielle, l'automatisation, l'infonuagique et l'analyse de données étaient auparavant axées sur ce qu'il est possible ou non de faire, les organisations réalisent désormais des investissements tangibles et vont de l'avant avec leurs projets. Là encore, les comités d'audit ont une fonction essentielle, soit celle de s'assurer que les investissements dans les nouvelles technologies sont pleinement justifiés et que les risques liés à leur intégration sont atténués de manière appropriée.

Quelles questions les comités d'audit devraient-ils poser?

  • Dans quelle mesure le service des finances sera-t-il touché par les innovations technologiques?
  • Comment tirer profit des technologies pour optimiser l'efficience, atténuer les risques et abaisser les coûts d'une manière qui ait du sens pour notre organisation?
  • Quelles incidences les technologies auront-elles sur notre main-d'œuvre? Notre organisation aura-t-elle besoin de nouveaux employés ou de nouvelles compétences?
  • Avons-nous une pleine compréhension des avantages et des risques que présentent les nouvelles technologies telles que l'infonuagique, l'automatisation et l'intelligence artificielle?
  • L'organisation est-elle convaincue d'avoir la capacité de contrôler les risques liés à la mise en œuvre d'une nouvelle technologie?
  • Quel est le risque que pose le statu quo?

« Toute modification des opérations financières entraîne une transformation des risques auxquels l'organisation s'expose. Les sociétés doivent adopter les nouvelles technologies. Les comités d'audit ont un rôle fondamental à jouer en s'assurant que les bonnes technologies sont correctement mises en œuvre et que les risques encourus par le service des finances sont atténués. »

Heather Cheeseman, associée, Audit, KPMG au Canada
 

Vous voulez en savoir plus? Lisez le prochain article de notre série Accélération :

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres