close
Share with your friends

Perspectives des chefs de la direction: Pétrole et gaz

Perspectives des chefs de la direction: Pétrole et gaz

Quatre-vingt-dix-sept pour cent des chefs de direction du secteur pétrogazier mondial conviennent que les nouvelles technologies créent des occasions

michael-mckerracher

Associé, Audit

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

D’après un sondage mené par KPMG International, la quasi-totalité (97 %) des chefs de direction de sociétés pétrogazières dans le monde voit la perturbation technologique comme une occasion. Or, nombreux sont ceux qui ont de la difficulté à l’intégrer aux activités de leur entreprise.

infograph
85 % mettent à
l’essai ou utilisent déjà l’IA
59 % estiment
que leur entreprise perturbe activement le secteur

 

Dans le secteur pétrogazier mondial, 85 % des répondants mettent à l’essai ou utilisent déjà l’intelligence artificielle (IA). Seulement 59 % considèrent que leur entreprise perturbe activement le secteur, et 57 % estiment que les délais qui s’écoulent avant de réaliser des progrès importants en matière de transformation peuvent être décourageants.

Le sondage, mené auprès de chefs de direction issus des plus grandes économies du monde, reflète de manière générale le point de vue des dirigeants canadiens en matière de perturbation technologique. Au Canada, les sociétés du secteur de l’énergie ont commencé à adopter des solutions numériques, mais elles accusent un retard à cet égard par rapport à bien d’autres secteurs.

« Les sociétés énergétiques canadiennes ont tendance à emboîter le pas rapidement et à adopter les nouvelles technologies une fois qu’elles ont fait leurs preuves, plutôt que de faire figure de pionniers en la matière », explique Michael McKerracher, leader national de secteur chez KPMG au Canada.

« Les grandes sociétés pétrogazières intégrées du Canada se tournent vers l’avenir en investissant dans de jeunes pousses technologiques et en stimulant la recherche et l’innovation par l’entremise de groupes de collaboration comme EVOC, Energy Futures Lab, Alberta Eco-trust et Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA). »

Avantages à long terme de l’intelligence artificielle

Parmi les avantages à long terme de l’IA, le plus important aux yeux des chefs de direction du secteur pétrogazier mondial est l’accélération de la croissance des revenus.

infograph
39 % mentionnent
l’agilité accrue
39 % citent l’amélioration
de la gestion des risques
46 % nomment
l’accélération de la croissance des revenus

 

« Dans le secteur pétrolier du Canada, les perturbations technologiques sont davantage motivées par la rentabilité – soit la réduction des coûts de production du pétrole et du gaz – que par la croissance des revenus, affirme M. McKerracher. Les applications les plus fréquentes des technologies de rupture sont la réduction des dépenses administratives et la réduction des coûts de production sur le terrain. Certaines de ces réductions de coûts sont immédiates, tandis que d’autres sont étalées sur le long terme. »

Voici les principales applications de l’IA et de la technologie numérique selon KPMG au Canada :

  1. le recours à l’analyse de mégadonnées pour trouver des moyens d’optimiser les coûts de production, par exemple en réduisant le délai de forage ou d’achèvement d’un puits;
  2. l’Internet des objets appliqué aux opérations sur le terrain pour permettre la surveillance à distance et la maintenance prédictive, tout en améliorant la sécurité et en réduisant les coûts d’exploitation;
  3. la mise en œuvre de processus d’automatisation dans les services administratifs pour réduire les tâches répétitives.
     

Incidence de l’IA sur la main-d’œuvre

infograph
58 % croient que l’IA
et la robotique créeront plus d’emplois
93 % prévoient une
augmentation des effectifs dans le secteur

 

Il est vrai que l’IA transforme la main-d’œuvre telle que nous la connaissons. Toutefois, ce changement n’implique pas nécessairement de pertes d’emploi. Cela signifie qu’un nouveau type de travailleurs sera demandé, et qu’on aura recours au recyclage de certains employés pour accomplir de nouvelles tâches.

Sous l’influence de l’IA, le type d’emploi dans le secteur sera davantage axé sur la science des données. Déjà, les entreprises transforment les compétences de leurs employés pour maintenir et surveiller les processus numériques et, surtout, effectuer des analyses et formuler des recommandations visant à améliorer la rentabilité et les processus.

Les dirigeants canadiens du secteur de l’énergie reconnaissent que les employés jouent un rôle clé pour tirer le maximum de valeur de l’IA en guidant l’organisation dans la mise en œuvre des solutions numériques. Ces derniers comprennent les processus de l’entreprise et les défis auxquels elle fait face, et peuvent apporter un savoir-faire crucial pour tirer le meilleur parti de la technologie.

Confiance soutenue dans le marché

infograph
85 % sont très
confiants quant à la croissance du secteur
88 % sont très
confiants quant aux perspectives de croissance de leur entreprise

 

À l’échelle mondiale, 85 % des répondants se disent très confiants à l’égard de la croissance du secteur, et 88 % sont tout aussi confiants quant aux perspectives de croissance de leur entreprise. Il en est autrement pour les chefs de direction canadiens. Vu l’incapacité de construire de nouvelles infrastructures et le manque d’accès aux marchés mondiaux pour nos produits, les dirigeants canadiens sont loin d’être aussi confiants dans leur croissance.

Les investissements internationaux dans le secteur canadien du pétrole et du gaz demeurent relativement faibles. La décision récente de LNG Canada de construire son installation de GNL a suscité un regain d’intérêt chez certaines entreprises internationales qui cherchent activement des débouchés pour le GNL canadien.

Les désinvestissements de sociétés étrangères au cours des dernières années ont permis à des entreprises canadiennes de renforcer leur position au pays et ailleurs dans le monde. En plus d’acheter des entreprises et des actifs et de consolider et de vendre des actifs non essentiels, elles ont profité de l’occasion pour racheter des partenaires internationaux de coentreprise.

Les fusions-acquisitions comme stratégie de croissance

Dans le cadre de leur stratégie de croissance, 83 % des chefs de direction du secteur pétrogazier mondial prévoient un intérêt modéré à élevé pour les F&A au cours des trois prochaines années. Cet intérêt s’explique notamment par le désir de réduire les coûts grâce à la synergie et aux économies d’échelle, de transformer rapidement les modèles d’affaires, d’accroître la part de marché et de profiter de faibles taux d’intérêt.

infograph
Fusions et acquisitions Transformation des modèles
d’affaires
Augmentation de la part de
marché

 

Les perspectives canadiennes en matière de fusions-acquisitions sont favorables, les activités étant principalement axées sur les actifs. Ces derniers changent de main en raison des synergies prévues avec les portefeuilles existants des entreprises ou d’autres éléments de valeur perçue. De plus, les entreprises qui cherchent à vendre leurs actifs non essentiels attirent des acheteurs intéressés.

Risques potentiels liés à la croissance

À l’échelle mondiale, 23 % des dirigeants du secteur sont d’avis que le risque lié à la technologie émergente ou perturbatrice constitue le principal obstacle à la croissance, tandis que 20 % d’entre eux estiment qu’il s’agit plutôt des risques liés à l’environnement et aux changements climatiques.

Au Canada, la principale menace à la croissance est l’accès au marché. Cela s’explique par le dépassement de la capacité pipelinière, l’augmentation de la production américaine qui freine la demande de pétrole brut canadien, les incertitudes entourant le processus fédéral d’approbation des projets et le manque continu d’investissements internationaux.

« À plus long terme, je crois que les chefs de direction canadiens envisagent la menace d’une réduction de la demande d’hydrocarbures causée par les technologies de rupture – comme les sources d’énergies renouvelables et les véhicules électriques – en réponse aux changements climatiques, soutient M. McKerracher. Les sociétés pétrogazières canadiennes investissent dans la technologie pour continuer à diminuer leurs coûts de production, mais aussi pour réduire leur impact environnemental. »

Téléchargez les principaux résultats du secteur de Pétrole et gaz (en anglais)

Communiquez avec nous

 

Vous voulez faire affaire avec KPMG?

 

loading image Appel d’offres