• Donald Matthew, Author |
  • Josh Hasdell, Author |
4 minutes de lecture

​L’expression « économie circulaire » est très à la mode dans le secteur de la fabrication, mais les concepts sous-jacents sont aussi anciens que le secteur lui-même. Depuis des décennies, sinon des siècles, des fabricants de tous genres cherchent des façons de réduire ou d’éliminer leurs déchets de production en recourant à diverses stratégies. Même si l’on observe des pratiques durables partout dans le secteur canadien de la fabrication, il reste du chemin à faire pour boucler la boucle.

Qu’est-ce que l’économie circulaire? C’est un modèle de production et de consommation visant à exercer une incidence réparatrice et régénératrice sur l’environnement afin de résoudre les problèmes actuels de pollution et de changements climatiques, au lieu d’y contribuer, tout en offrant aussi des avantages commerciaux. Au-delà d’une nouvelle conception du recyclage, les modèles d’économie circulaire supposent un éventail d’activités à toutes les étapes de la fabrication : du choix des matériaux à l’approvisionnement, de l’assemblage à la remise à neuf des produits, du réacheminement à la réutilisation des déchets, etc.

On n’a pas à chercher bien loin pour voir l’économie circulaire à l’œuvre. Prenons par exemple les fabricants de pièces d’avion qui, depuis longtemps, récupèrent le moindre déchet d’aluminium et le fondent en vue d’une réutilisation future. Les serriculteurs ont aussi entièrement modifié leur calendrier de production pour travailler le jour afin d’optimiser l’énergie solaire. Des producteurs de granulats ont également adopté des modèles de location qui leur permettent d’appliquer, de recouvrir et de réappliquer leurs matériaux dans différents chantiers, ne s’interrompant que pour extraire plus de produits de leurs carrières, selon la demande.

On peut remonter encore plus loin dans le temps. Lors d’une récente conférence à laquelle participaient des dirigeants amérindiens, notre équipe a appris que l’idée d’un modèle de production entièrement durable était en usage chez les peuples autochtones depuis des générations. Sans employer l’expression économie circulaire, ils mettaient tout de même le concept en pratique.

Bref, l’économie circulaire n’a rien de nouveau, et n’a pas besoin d’une transformation ou d’investissements à grande échelle pour être mise en place aujourd’hui. Comme nous le verrons dans le présent billet et les suivants, les fabricants peuvent dès maintenant prendre des mesures simples et accessibles qui auront des avantages durables en ce qui a trait à leurs finances, à leurs effectifs et à leur réputation.

Le besoin au Canada
Les défis actuels liés aux changements climatiques ont propulsé les modèles de production circulaire au sommet des priorités. Par conséquent, l’économie circulaire s’impose dans le monde entier. Néanmoins, une étude récente révèle qu’elle ne représente que 6,1 % de l’économie du Canada, qui a beaucoup à apprendre de pays plus avancés sur le sujet (comme les Pays-Bas, l’Allemagne et la France) afin d’influencer les mentalités, les installations et les soutiens pour faire avancer les choses.
Autrement dit, le Canada a beaucoup à gagner en misant davantage sur l’économie circulaire. Les raisons les plus stimulantes sont les suivantes :

  • La prospérité : Une étude de KPMG montre que l’économie circulaire pourrait favoriser une croissance de 4,5 T$ d’ici 2030 et de 25 T$ d’ici 2050, et la création de plus d’un million d’emplois au cours des 10 prochaines années, pas nécessairement tous dans des fonctions ou des domaines à la base de ce type d’économie, mais tout de même liés.
  • La gérance environnementale : On estime (en anglais) que jusqu’à 45 % des émissions polluantes mondiales proviennent du carbone intrinsèque (ou carbone gris) lié à la fabrication de produits. La capacité de réacheminer les déchets, de préserver les ressources et d’éliminer les émissions nuisibles de manière permanente est essentielle pour affronter des problèmes environnementaux bien réels. Les fabricants jouent à cette fin un rôle non négligeable, et ceux qui vont de l’avant seront considérés comme des leaders dans leurs domaines respectifs.
  • Le positionnement dans la chaîne d’approvisionnement : Les consommateurs et les investisseurs privilégient désormais les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) lorsqu’ils choisissent où placer leur argent. Cette tendance incite tous les intervenants du secteur de la fabrication à adopter des processus et des matériaux plus respectueux de l’environnement afin de conserver leur place dans la chaîne d’approvisionnement.
  • Le contrôle des coûts : La capacité de réutiliser ou de réaffecter les matériaux permet de contrôler les coûts, de rationaliser les processus et de maintenir la disponibilité des ressources, entre autres avantages.
  • L’attraction et la fidélisation des effectifs : Les talents d’aujourd’hui accordent leur préférence aux employeurs qui se montrent désireux d’apporter des changements environnementaux positifs. Les entreprises qui font preuve d’un véritable engagement à cet égard sont appelées à devenir des « employeurs de choix ».
  • La conformité à la réglementation : De nombreux pays s’emploient à atteindre des objectifs de carboneutralité et à lutter contre les changements climatiques. À cette fin, ils continueront d’adopter des règles et des règlements sectoriels pour éliminer divers matériaux, réduire les émissions, utiliser des matières recyclées, etc.

Le besoin est réel et les avantages sont manifestes. Pour que l’économie circulaire canadienne s’impose vraiment, il faut regarder au-delà des mots à la mode et des idées fausses afin de mettre de l’avant un modèle qui fait ses preuves depuis des siècles.

Dans notre prochain billet, nous examinerons comment le secteur de la fabrication peut aisément adopter les cinq éléments d’un modèle circulaire, que nous passerons en revue.

Publication multilingue

Cette publication est aussi offerte dans les langues suivantes :

Tenez-vous au courant de sujets qui vous intéressent.

Inscrivez-vous aujourd’hui pour avoir accès à du contenu personnalisé en fonction de vos intérêts.