• Yannick Archambault, Author |

3 minutes de lecture

Qu'on soit un propriétaire d'entreprise prospère, un cadre très performant, un athlète professionnel, un fiduciaire, un bénéficiaire, ou qu'on gère déjà un bureau de gestion de patrimoine individuel, composer avec les complexités du patrimoine, de la carrière et des besoins de la famille est un véritable travail d'équilibriste. Récemment, au cours d'une pause-café virtuelle, un ami qui avait hérité d'une entreprise familiale bien établie m'a confié que ce travail d'équilibriste semblait parfois risqué. Il a évoqué un vieil adage connu des ingénieurs : plus les pièces mobiles sont nombreuses, plus l'ensemble risque de tomber en panne.

C'est sans doute vrai, ai-je répondu. Mais après 30 ans de carrière en gestion de patrimoine, je crois que l'inverse est également vrai : plus les pièces mobiles sont nombreuses, plus on voit s'ouvrir des occasions. Comme toujours dans la vie, la véritable difficulté, c'est d'être seul à jongler avec toutes ces pièces mobiles.

Pour les particuliers prospères et leur famille, cette préoccupation est bien réelle. Au moment d'amorcer un changement de vie, d'atteindre une étape importante ou de vivre une transition, bien des gens trouvent que gérer les complexités de leur patrimoine est une occupation à temps plein.

Par exemple, le fondateur d'une entreprise familiale peut décider de vendre l'entreprise. Peut-être a-t-il géré avec grand succès une entreprise de plusieurs millions de dollars, mais il trouve difficile de suivre ses investissements, sans parler de planifier des événements futurs ou des activités philanthropiques. Ou encore, un propriétaire d'entreprise prospère ou un autre professionnel arrive à une nouvelle étape de sa vie (études postsecondaires des enfants, mariage, divorce, retraite) et se demande comment assurer la prospérité durable de sa famille.

C'est ici qu'intervient un bureau de gestion familiale, « écosystème » qu'une personne ou une famille bâtit autour d'elle pour gérer ses affaires financières, commerciales et personnelles. Le concept n'est pas nouveau : il remonte à la fin du XIXe siècle en Europe et s'est répandu au XXe siècle en Amérique, lorsque John D. Rockefeller a fait appel à des conseillers pour s'occuper de son vaste patrimoine et de ses activités philanthropiques. Au fil des ans, un petit nombre de bureaux de gestion familiale ont répondu aux besoins de familles fortunées aux États-Unis et sur certains marchés mondiaux.

Ces dernières années, on a vu bondir le nombre de bureaux de gestion familiale établis dans le monde. Si cette croissance coïncide avec celle du patrimoine mondial, d'autres raisons expliquent cet essor. Entre autres, on trouve sur le marché : les besoins diversifiés de familles multigénérationnelles et dispersées géographiquement; de nouvelles générations d'entrepreneurs et de dirigeants; une complexité accrue due à la réglementation et à la mondialisation; et un intérêt croissant pour la philanthropie et la planification de la relève.

Le type et la taille d'un bureau de gestion familiale varient selon les besoins particuliers de la personne ou de la famille et la complexité de leurs affaires. Il en existe deux principaux types au Canada : un bureau de gestion de patrimoine individuel sert un particulier et sa famille, tandis qu'un bureau de gestion de patrimoine multifamilial sert quelques familles, qui bénéficient ainsi d'économies d'échelle.

Au Bureau de gestion familiale de KPMG, notre écosystème couvre huit grands secteurs qui englobent tous les aspects du patrimoine : stratégie fiscale; formalités juridiques, succession, fiducies et testaments; dynamique et gouvernance; patrimoine et stratégie de placement; services-conseils transactionnels; philanthropie et impact social; gestion des risques; comptabilité, information et administration.

Nous collaborons avec nos clients pour les aider à définir et à atteindre leurs objectifs, et nos prestations sont adaptées aux besoins de chaque famille. Nous sommes conscients que chaque famille est unique; chaque bureau de gestion familiale que nous établissons est donc aussi unique que le particulier ou la famille qui en bénéficie.

Surveillez notre blogue Entreprise familiale et patrimoine privé au cours des prochaines semaines et des prochains mois : certains de mes collègues et moi-même aborderons divers enjeux propres aux particuliers et aux familles prospères et le rôle des bureaux de gestion familiale, qui sont de plus en plus employés pour les guider dans leur parcours vers la prospérité durable.