Keys

  • Ross Homeniuk, Author |

6 minutes de lecture

Dans le présent article, j'examinerai de quelle manière les municipalités pourront se positionner et diriger leurs activités pour la reprise consécutive à la COVID-19, y compris les mesures requises pour rétablir les services et relancer les économies locales. Je partagerai également mes réflexions sur le ciblage de l'aide, la réalisation des travaux et l'assurance comme piliers d'une aide à la reprise fondée sur les infrastructures.

Reprise

Maintenant que les municipalités vont de l'avant et procèdent à la relance de leur économie, nous serons nombreux à nous tourner vers les dépenses d'infrastructures comme moteur efficace de la reprise locale. Il y a eu beaucoup de recherches sur la façon de maximiser l'effet de l'aide financière reposant sur les infrastructures, mais ce n'est pas le moment de relancer ce débat. Le temps presse, et pour le moment du moins, les municipalités et leurs partenaires financiers et d'exécution doivent se concentrer sur les solutions pratiques. Voici quelques points que les leaders municipaux devraient prendre en considération pour que la relance aille bon train :

Cibler l'aide
Bien que les besoins soient très nombreux, le temps et les ressources demeurent limités, et il faudra établir une stratégie ciblée pour donner plus de force aux effets bénéfiques de l'aide sur l'économie et dégager le plus de valeur possible pour la collectivité. Le choix d'aller de l'avant en misant sur un petit nombre de projets clés semble être la solution la plus prometteuse, mais rien n'est simple, et un mauvais choix pourrait retarder ou limiter grandement les effets sur les dépenses locales et aboutir à des occasions manquées. Les leaders municipaux devraient garder en tête trois facteurs importants afin de choisir la bonne stratégie.

  • Adéquation : Malgré les nombreux besoins, il faut se rappeler les objectifs de la collectivité et les exigences à respecter pour atteindre ces objectifs à long terme. Ces objectifs devraient être traités en priorité. L'adéquation entre les dépenses d'infrastructures et les priorités locales comme la mobilité, le logement, et l'environnement nous aideront à faire en sorte que les résultats des projets d'investissements apportent de la valeur. Il importe également de ne pas perdre de vue les répercussions à long terme de la COVID-19 sur nos méthodes de travail et de prestation des services. Il faut réfléchir aux contours que pourrait prendre l'avenir et comprendre comment nos besoins et priorités actuels seront influencés.
  • Répercussions : Des actifs vieillissants auxquels s'ajoutent des milliards de dollars en maintenance reportée sont un fardeau pour l'économie et mettent en danger les services publics essentiels. Les données et l'analyse peuvent nous aider à cerner les besoins et les possibilités liés aux actifs les plus importants, à la condition que tout le monde s'entende sur les objectifs. Le fait de cibler les dépenses selon les risques et les priorités contribuera à dégager de la valeur économique, environnementale et sociale pour les Canadiens.
  • Chaîne d'approvisionnement : Les projets d'infrastructures ont un impact sur l'économie parce qu'ils mobilisent la chaîne d'approvisionnement, ce qui a ensuite pour conséquence de stimuler l'ensemble des secteurs. Ingénieurs et concepteurs, fabricants et fournisseurs, constructeurs et inspecteurs auront un rôle à jouer dans l'élaboration des travaux à venir. Comprendre les besoins en ressources des différents types de projets permettra de maximiser l'utilisation des capacités de chaque secteur, tout en évitant les goulots d'étranglement et les retards.

Réaliser les travaux
S'il est important de bien cibler l'aide, il ne peut y avoir d'effet favorable sur l'économie sans que l'argent change de mains. Dans le cas de travaux d'infrastructure, la « chaîne de valeur » comporte cinq « maillons » : la planification, la conception, la passation de marchés, l'approvisionnement et la construction. C'est quand l'argent circule d'un maillon à l'autre qu'on peut parler de retombées économiques. Voici trois considérations pratiques pour les leaders municipaux qui cherchent à rationaliser la réalisation des travaux pour permettre aux capitaux de circuler plus rapidement.

  • Passation de marchés : Il faut du temps pour mettre en place la passation de marchés et l'adjudication de contrats — particulièrement quand les travaux sont complexes et de grande envergure. Il est possible de raccourcir les périodes de passation de marchés et d'éviter les retards d'adjudication de contrats en mettant à profit les contrats et les moyens d'achats standards ou existants. On peut ainsi rendre attrayants les réparations et le renouvellement des immobilisations tout en injectant des fonds dans le marché. Ces travaux pourront aller de l'avant pendant que l'on prend le temps de résoudre les initiatives plus complexes et de plus grande envergure.
  • Diversité : La maintenance et le renouvellement des infrastructures de base requièrent peu de travail préalable, tandis que la préparation des grands projets exige davantage de temps. La diversification des axes de travail peut maximiser l'utilisation de la chaîne d'approvisionnement en faisant en sorte qu'il y ait de l'activité à court et à long terme au sein de tous les maillons de la chaîne. Comme au sein de la circulation automobile, il suffit d'un seul bouchon pour que tout le système devienne engorgé.
  • État de préparation : La planification, la conception, la passation des marchés, et une répartition égale parmi les infrastructures et les installations peuvent avoir lieu dans le respect des exigences de distanciation physique. En exécutant dès maintenant le travail en amont, on pourra s'assurer que la construction et les dépenses connexes pourront commencer dès que les restrictions seront levées.

Assurance
Dans un avenir certain, les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux devront tous rendre compte de l'efficacité de leurs dépenses. L'introduction d'une évaluation à chaque étape de la chaîne de valeur sera essentielle pour vérifier les progrès, la diligence et la création de valeur. Voici quelques réflexions à l'intention des leaders municipaux qui pourront les guider au cours de la relance :

  • Mesure : Pour bien démontrer l'efficacité du programme et l'optimisation des ressources, il faut comprendre l'effet des dépenses d'immobilisation et d'exploitation sur la relance économique et leurs résultats pour la collectivité. Or, c'est aux étapes de la planification et de la conception que l'on doit réfléchir à cette question, et non une fois les investissements consentis.
  • Visibilité : Le suivi et la vérification du volume des dépenses et de la création de la valeur connexe à chacune des étapes de la chaîne d'approvisionnement permettront d'assurer la transparence et la justification des projets. Il importe donc d'enregistrer l'information à chacune des étapes pour obtenir l'assurance et la visibilité requises lors de l'évaluation de la prestation du programme si l'on veut démontrer le progrès et la valeur par des rapports efficaces et la vérification des mesures.

Le dernier article de cette série portera sur « le meilleur des mondes » pour lequel les municipalités devront se tenir prêtes après la COVID-19. Elles devront entre autres tenir compte des répercussions importantes que pourrait avoir la pandémie sur la vie telle que nous la connaissons, et sur les outils dont les municipalités auront besoin pour positionner leur organisation pour la résilience et la réussite à long terme.