• Steve Hills, Author |
3 min read

​Bien que la pandémie de COVID-19 ait perturbé la plupart des secteurs de l'économie, tous n'ont pas été touchés de la même façon. Certains secteurs ont en fait été sauvés par une combinaison de mesures qui se sont avérées néfastes pour d'autres.

Je pense entre autres au secteur du sport électronique.

Déjà en hausse avant la COVID-19, le sport électronique a vraiment pris son envol en termes de popularité et de croissance financière, d'autant plus que les événements sportifs conventionnels ont été suspendus au printemps. Et même si les ligues majeures de hockey, de basketball et de baseball ont entamé un prudent retour au jeu, tout porte à croire que le secteur du sport électronique poursuivra son ascension. Voici pourquoi.

De nombreux avantages

Tout d'abord, plusieurs caractéristiques fondamentales des jeux vidéo jouaient déjà en faveur du sport électronique, notamment :

  • La popularité et l'ampleur de l'industrie du jeu vidéo en général (au Canada, l'industrie a contribué 4,5 milliards de dollars au PIB en 2019, selon l'Association canadienne du logiciel de divertissement).
  • Le fait que les jeux vidéo en particulier sont très propices à l'interaction sociale (avec ou sans proximité physique).
  • La facilité, grâce aux progrès de la technologie numérique, avec laquelle les jeux peuvent être diffusés en direct (c'est-à-dire en continu en ligne), met le secteur en concurrence directe avec les médias traditionnels comme la télévision et le cinéma.
  • Leur capacité à transcender les frontières géographiques et culturelles.
  • La fréquence et la vitesse auxquelles les jeux s'adaptent et évoluent, tant sur le plan technique qu'esthétique.

En outre, le secteur continue d'attirer l'attention des propriétaires d'équipes sportives traditionnelles et d'autres marques, qui ont augmenté leur participation et leur investissement dans les ligues et équipes de sport électronique. Ils voient le sport électronique non seulement comme une source de publicité et de revenus, mais aussi comme une occasion d'agrandir leur clientèle ou leur public habituels. L'intérêt vient aussi de sources non traditionnelles : par exemple, des artistes canadiens de premier plan investissent dans des marques de sport électronique, ce qui contribue à faire augmenter la valeur et la visibilité du secteur.

Le sport électronique ne se limite pas à l'équivalent en jeux vidéo de sports en conventionnels, ce qui accroît son attrait et atténue le risque de saturation des médias. Certains jeux, par exemple, sont axés sur la mécanique de combat en équipe. S'ils s'intéressent plus ou moins au hockey ou au basketball, les joueurs et le public de ces jeux sont quand même avides de défis et de compétitions.

Deux pas en avant, un pas en arrière

Cela ne veut absolument pas dire que la pandémie n'a pas apporté son lot de difficultés. L'une des avenues de croissance envisagée par le secteur est la construction d'installations dédiées pouvant accueillir des événements en direct en personne où les équipes et les amateurs se réunissent pour jouer et suivre l'action – pareil comme nous l'avons toujours fait dans le cas d'événements sportifs conventionnels ou de spectacles. Cette construction est déjà en cours et les possibilités de valeur ajoutée qu'elle offre par le biais de concessions, de ventes de marchandises, de commandites et d'autres activités économiques connexes sont très prometteuses.

Malgré les revers, le secteur du sport électronique continue de se développer. On encourage d'ailleurs les acteurs du secteur à explorer différentes possibilités, dont les suivantes :

  • Créer des expériences uniques et mémorables pour les fans, lesquelles contribueront à la notoriété et à la différenciation de la marque.
  • Évaluer leurs stratégies de croissance et de transition vers des événements en présence, en stade ou ailleurs, lorsque les restrictions seront levées et que le public sera plus à l'aise.
  • Évaluer les possibilités de transaction par rapport aux avantages de rester indépendants.
  • Rester vigilants dans l'identification et l'anticipation des risques sectoriels.

Surveillez mes prochains billets de blogue pour d'autres informations sur le sujet et plus.