• Julia Innis, Author |
3 minutes de lecture

​J'ai commencé ma carrière chez KPMG en tant que recruteure universitaire. J'adorais converser avec des étudiants enthousiastes, prêts à amorcer leur carrière et désireux d'apprendre ce que KPMG au Canada pouvait leur offrir. Aujourd'hui, plus de 11 ans plus tard et après bien des changements dans ma vie personnelle et professionnelle, j'ai le grand plaisir de voir les anciens étudiants que nous avons recrutés évoluer dans leur carrière. Bon nombre d'entre eux occupent maintenant des postes de dirigeant; certains travaillent dans des secteurs complètement différents. Mais le plus réjouissant, c'est qu'un nombre croissant d'entre eux reviennent au bercail, c'est-à-dire chez KPMG.

Angela Tao, collègue, mentorée, amie, est de ceux-là.

Je suis fière d'avoir fait partie de l'équipe qui a recruté Angela à l'université en 2012. Après avoir passé quatre ans au groupe Audit, puis obtenu son titre de CPA, Angela a accepté une affectation d'un an à notre équipe de recrutement universitaire de Toronto. Elle s'est jointe ensuite à notre équipe des Ressources humaines en tant que directrice du recrutement universitaire dans la RGT. Entre-temps, je suis moi-même devenue directrice principale de notre équipe nationale de recrutement universitaire.

Aujourd'hui, Angela, de retour chez KPMG après avoir travaillé dans le secteur public, occupe mon ancien poste de directrice principale. Récemment, nous avons pris rendez-vous pour un café. Un peu à cause de mon rôle actuel à la tête de notre stratégie axée sur l'expérience employé, j'étais curieuse de connaître les raisons de son retour.

Ce qui m'a le plus frappée dans sa réponse, c'est qu'elle a mentionné les « moments intangibles d'affinité » qui créent l'expérience employé. Qu'entendait-elle par là? « C'est difficile à définir, m'a-t-elle dit, mais on reconnaît ces moments quand on les ressent. C'est le sentiment d'être soutenu, d'être inclus et d'être épaulé par une équipe sur laquelle on peut compter. C'est le chef de service qui apprend à vous connaître d'abord comme personne, puis comme employé. À chaque interaction, la relation s'enrichit. »

Je suis entièrement d'accord. Ce sont de tels moments d'affinité qui créent ce que j'appelle « la boucle de KPMG » : des personnes arrivent et repartent, mais ne sont jamais complètement parties et la porte leur est toujours ouverte. Cette notion imprègne notre culture. Nous gardons le contact avec nos collègues, même après qu'ils aient choisi de nouveaux horizons et de nouveaux débouchés. Je pense, par exemple, au programme d'activités des anciens. Autre bon exemple : notre chef de la direction Elio Luongo envoie aux employés qui nous quittent un courriel de félicitations pour la prochaine étape de leur carrière, tout en les invitant à garder le contact et en restant prêt à les accueillir de nouveau si jamais les circonstances s'y prêtent. J'aime beaucoup cette ouverture, car ces personnes sont à l'origine de la réalité, de la mémoire et de l'esprit durable des moments intangibles dont parlait Angela. Pour moi, c'est ce qui rend tangible l'intangible.

Dans ma relation avec Angela, ces moments ont été décisifs. Une conversation amicale à l'université. Un encouragement à accepter une affectation. Une écoute compréhensive à la perspective d'un changement d'emploi. Et maintenant, à travers les messages que nous échangeons par Microsoft Teams, je la vois elle-même diriger une équipe à laquelle elle prodigue des éloges et des conseils.

Ce sont des moments comme ceux-là qui ont forgé les relations les plus étroites de ma carrière. Ces relations et ces personnes m'ont appris qu'il ne faut jamais sous-estimer les moindres moments d'affinité, car ils pourraient se traduire par l'amorce d'un nouveau débouché et, qui sait, de la boucle du retour au bercail.

Multilingual post

This post is also available in the following languages

Stay up to date with what matters to you

Gain access to personalized content based on your interests by signing up today

Sign up today