• Arundel Gibson, Author |
4 minutes de lecture

La philanthropie évolue en grande partie grâce aux progrès technologiques. La technologie a non seulement permis de créer une nouvelle façon d'acheminer les dons, mais aussi une plateforme pour exposer les inégalités systémiques, sensibiliser le public à la nécessité du changement et mettre en lumière les pratiques exemplaires mondiales. Grâce à cette prise de conscience, les Canadiens savent de mieux en mieux canaliser leurs intentions en matière de philanthropie. Bon nombre d'entre eux veulent donner en retour et en apprendre davantage sur les tendances émergentes afin d'avoir le plus d'impact possible. De mon point de vue, cette tendance se manifeste davantage du du côté des entreprises familiales philanthropes.

Par exemple, bon nombre d'entreprises familiales, en particulier celles où la prochaine génération est déjà l'œuvre, envisagent sérieusement d'intégrer les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) à leurs activités. Qu'il s'agisse de remédier aux répercussions climatiques de l'entreprise, de faire des dons à la communauté, d'améliorer la santé et la sécurité ou d'assurer la diversité au sein du conseil d'administration, les entreprises familiales contribuent de façon significative.

Les entreprises familiales ont aussi mieux résisté à la pandémie que les autres entreprises en examinant et en améliorant leurs propres pratiques en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Selon un sondage (en anglais) de KPMG, la responsabilité sociale est l'une des principales stratégies mises de l'avant pour faire face à la pandémie. Cela signifie tenir compte des besoins de toutes les parties prenantes : employés, clients, fournisseurs et communautés locales.

Les questions sociales sont au premier plan
Pendant ce temps, les données fondées sur la race recueillies sur la COVID-19 à Toronto confirment les préoccupations selon lesquelles les personnes radicalisées et à faible revenu étaient touchées de façon disproportionnée (en anglais) par le virus dans la ville. L'assassinat de George Floyd a créé un élan mondial contre l'injustice raciale et suscité le soutien au mouvement Black Lives Matter. La découverte des sépultures non identifiées d'enfants autochtones sur le terrain d'anciens pensionnats au Canada a mis en lumière des problèmes historiques et persistants de racisme et de discrimination systémique dans notre société.

Ces questions s'étendent également au secteur philanthropique. Un récent rapport (en anglais) révèle que les organisations au service des Noirs et dirigées par des Noirs sont largement sous-financées. Parmi les 40 fondations examinées, les dons accordés à des organisations au service des Noirs représentaient un maigre 0,7 % du total des dons au cours des exercices 2017 et 2018. Les subventions aux organisations dirigées par des Noirs ne représentaient que 0,07 % du total des dons accordées au cours de la même période.

Par conséquent, certains donateurs examinent leurs procédures d'octroi de fonds dans le but d'éliminer les préjugés. Un bailleur de fonds a expliqué qu'on lui avait dit que le processus de demande en ligne empêchait la communication traditionnelle des traditions orales autochtones.

Cela a aussi suscité des conversations au sujet de la collecte de fonds centrée sur le donateur plutôt que sur la communauté. Alors que la collecte de fonds centrée sur les donateurs vise à faire en sorte que les donateurs se sentent bien à l'égard de leurs dons, le mouvement de collecte de fonds centré sur la communauté (en anglais) est fondé sur la justice sociale et donne la priorité à la communauté plutôt qu'aux donateurs individuels. Les donateurs sont invités non seulement à éliminer les préjugés, mais aussi à faire confiance aux communautés qu'ils cherchent à aider quant à leur capacité à identifier leurs propres besoins et à y répondre.

Le secteur des organismes de bienfaisance prend de plus en plus conscience de ces questions et tente de les régler. Si les dons récents en ligne sont une indication, les donateurs le sont aussi. Selon CanaDon, les dons de bienfaisance qui ont connu la plus forte croissance en ligne en 2020 étaient destinés aux Autochtones, aux services sociaux et à la santé.

Changer les choses
Il est conseillé aux familles qui souhaitent avoir un impact philanthropique de commencer par une analyse de leurs valeurs philanthropiques afin de cerner leurs enjeux prioritaires. À partir de ce point, elles pourront commencer un apprentissage pour comprendre les enjeux, en mettant particulièrement l'accent sur la connaissance des personnes ou des communautés qu'elles cherchent à financer.

Il est recommandé aux donateurs d'élaborer un plan pour atteindre leurs objectifs de philanthropie. Le plan de philanthropie de chaque famille est unique et peut comprendre l'amélioration du rendement en matière d'ESG et de RSE de la société en exploitation, la création d'une fondation privée, l'utilisation d'un fonds conseillé par un donateur auprès d'une fondation publique, ou la collaboration avec d'autres bailleurs de fonds. Il pourrait aussi s'agir de définir les rôles des membres de la famille, de choisir des organismes de bienfaisance avec lesquels s'associer et de faire appel à des conseillers.

Les familles sont également encouragées à réfléchir à la façon dont elles détermineront les possibilités de financement et à concevoir un processus de contrôle diligent pour évaluer les bénéficiaires potentiels des fonds. Selon le véhicule retenu, il pourrait y avoir des exigences en matière d'administration des octrois. Les donateurs voudront également envisager des méthodes d'évaluation de l'impact qui peuvent varier en complexité.

Se faire aider avant d'offrir son aide
Concevoir une stratégie et un plan de philanthropie et d'impact n'est pas toujours simple. Le bon conseiller peut vous aider à définir vos valeurs philanthropiques, à choisir un organisme de bienfaisance qui vous convient, à déterminer les considérations relatives à la gouvernance et aux processus opérationnels, et à élaborer un plan d'évaluation.

Vous voulez en savoir plus? Continuez à suivre notre blogue et discutons-en.

Multilingual post

This post is also available in the following languages

Stay up to date with what matters to you

Gain access to personalized content based on your interests by signing up today

Sign up today