• Sarah Hayward, Author |
  • Emily Brine, Author |
4 min read

​Le proverbe dit « il faut tout un village pour élever un enfant ». Nous sommes tout à fait d'accord, mais nous allons encore plus loin en affirmant qu'il faut une communauté pour élever et soutenir cet enfant. La communauté peut être grande ou petite, et il peut y en avoir plus d'une. Tout dépend des dimensions de notre vie que nous prenons en considération. Dans notre cas, nos carrières professionnelles ont été cultivées et soutenues non seulement par nos familles proches, nos êtres chers et les communautés mêmes où nous avons travaillé et vécu, mais aussi par l'une et l'autre ainsi que par la communauté de femmes professionnelles de KPMG.

Des femmes ambitieuses. Ouvertement ambitieuses. Nous reconnaissons que les femmes qui s'auto-identifient comme telles en subissent souvent les contrecoups, que cet attribut joue contre elles. Nous l'avons nous-mêmes vécu à une ou deux reprises. Mais les temps changent — trop lentement, certes, mais sûrement. Une vague montante d'organisations, d'initiatives et d'individus qui appuient les femmes en affaires et d'autres voies en leadership — notamment la Fondation canadienne des femmes, Catalyst et Minerva BC, ainsi que le collectif de femmes du Globe and Mail — soulève peu à peu toutes les embarcations, et nous sommes enchantées par ce que l'avenir nous réserve.

Bien entendu, la pandémie pose des défis particuliers pour les femmes au travail, mais des possibilités prometteuses émergent de notre nouvelle réalité. Nous reconnaissons par contre qu'une femme qui cherche un village n'en trouve pas toujours un pour l'aider à grandir et à s'épanouir. Si nous devons une grande part de notre réussite individuelle à notre travail acharné et notre détermination, nous savons qu'une certaine part n'est que le fruit du hasard — le hasard de s'être trouvées l'une et l'autre, de travailler pour un cabinet aucunement intimidé par l'ambition des femmes. C'est ce que nous voulons pour toutes les femmes du monde. Un coup de baguette magique ne suffit pas évidemment. Mais nous pouvons offrir notre appui — et nous le faisons — à celles qui tentent encore de trouver leur village pour les aider à atteindre tout leur potentiel.

Sous des auspices favorables
Nous nous sommes rencontrées au bureau de KPMG à Vancouver il y a de cela plusieurs années. Comme nous ne travaillions pas directement ensemble, nous ne partagions pas exactement les mêmes défis et objectifs. Cependant, une complicité est née tout de suite entre nous et nous avons commencé dès lors à nous soutenir mutuellement — que de conversations nous avons eues au fil des ans sur le changement de direction de nos carrières, sur nos enfants, sur ce que nous faisions, ce que nous pensions ne pas vouloir ou être capable d'accomplir, ce que nous étions et ce que nous sommes.

Une conversation avec un petit groupe de femmes au sujet de nos carrières nous a particulièrement marquées. Nous étions toutes mères. Et toutes ouvertement ambitieuses. Aucune de nous ne considérait que le mot « ambitieuse » avait un sens négatif, mais nous partagions néanmoins des préoccupations communes. Comment y arriver? Comment concilier aspirations professionnelles et famille? Sur quoi devions-nous nous concentrer? Que devions-nous mettre de côté? Nous travaillions toutes à KPMG et nous étions là à nous remettre en question, à nous soutenir les unes les autres. Et nous sommes arrivées à la conclusion que rien n'est facile. Il n'y a pas de solution simple ou toute faite. Il n'y a pas de mode d'emploi. Or, nous pouvions en créer un en nous aidant les unes les autres — ce que nous faisons d'ailleurs encore aujourd'hui.

Voilà le fruit du hasard : des moments spontanés et inespérés avec des femmes d'un grand soutien, dans un environnement d'un aussi grand soutien à KPMG. Cela n'a rien de surprenant. En effet, une étude récente menée par KPMG International sur la confiance dans le marché a montré que les chefs d'entreprise s'attendent, de plus en plus, à ce que les cabinets comme le nôtre promeuvent et encouragent des changements sociaux positifs, notamment en ce qui a trait à la diversité et à la représentation des genres. Plus concrètement, une proportion croissante de cadres dirigeants et de citoyens bien informés croit que donner l'exemple en matière d'inclusion et de diversité — y compris sur des questions spécifiques telles que l'équité salariale — est une preuve d'un véritable engagement envers des communautés saines et dynamiques.

Notre bonne fortune, nous la devons aussi en partie à KPMG, qui ne s'engage pas pour l'impact social seulement parce que c'est tendance sur le marché. Ces valeurs sont déjà ancrées dans notre culture d'entreprise et nous les intégrons à toutes nos activités. L'une des raisons pour lesquelles nous travaillons ici depuis si longtemps est que nous nous sentons à notre place. La diversité et l'inclusion à tous les niveaux — ou « soyez vous-même » comme le dit si bien notre campagne actuelle de recrutement d'étudiants — ne sont pas que des belles paroles. Nous passons de la parole aux actes. Nous prenons les devants. Nous savons que des équipes diversifiées mènent à de meilleurs résultats à tous les niveaux. Pourquoi? Parce que la diversité des points de vue est un tremplin vers des idées nouvelles et novatrices. Parce que l'ouverture à des gens d'autres horizons élargit notre cadre de référence et aiguise notre vision.

Voilà précisément ce qu'a été notre propre expérience depuis de nombreuses années.

Et voilà pourquoi nous souhaitons prendre part à la conversation — puisque d'une certaine manière, c'est la seule conversation qui compte vraiment. Car il n'est pas question seulement des femmes. Nous sommes tous concernés. Nous voulons tous que nos filles atteignent un potentiel sans limites et nous voulons que nos fils fassent de même, mais qu'ils voient aussi leurs mères et leurs sœurs y parvenir. Nous savons qu'elles et ils en sont capables. Et nous savons que vous en êtes capable.

Après tout, pour construire ce village formidable, solidaire et fondé sur des valeurs, n'a-t-il pas fallu un autre village?