Technologie agroalimentaire

  • David Guthrie, Author |

3 minutes de lecture

Dans mon dernier billet, j'ai parlé des effets de la COVID-19 sur nos chaînes d'approvisionnement alimentaire et j'ai expliqué en quoi, selon moi, ces effets stimulent et continueront de stimuler les efforts visant à renforcer la résilience de la chaîne d'approvisionnement en prévision de la prochaine crise, quelle qu'elle soit.

Bien entendu, les chaînes d'approvisionnement du 21e siècle sont plus rapides et interconnectées et dépendent de plus en plus du partage de volumes de données importants. Comme je l'ai expliqué, la complexité de ces écosystèmes engendre des risques opérationnels et des défis de rapprochement, en plus des préoccupations en matière de fraude et de sécurité.

Parallèlement, le consommateur d'aujourd'hui nourrit des attentes concurrentes sur trois aspects de sa nourriture : la santé, la durabilité et l'expérience globale. KPMG en Australie a recueilli quelques données éclairantes à ce sujet :

Environ 88 % des consommateurs veulent des aliments plus sains et cherchent des façons de renforcer leur corps au moyen de la nourriture. En 2018, le marché des aliments fonctionnels et enrichis se chiffrait à 247 milliards de dollars. À l'échelle mondiale, 66 % des consommateurs et 73 % des milléniaux sont prêts à payer davantage pour des produits durables. Or, cela doit se refléter dans toute l'expérience entourant la nourriture – de son goût à sa découverte, jusqu'à l'histoire qui se cache derrière. À l'échelle mondiale, 77 % des consommateurs veulent de la transparence en ce qui concerne leur nourriture.

Répondre à ce genre d'attentes peut sembler un défi de taille. Mais même si les chiffres indiquent une tendance à la hausse des attentes, ce n'est rien de vraiment nouveau. Le changement est presque toujours dicté par les clients, qui, après tout, sont à l'origine de la demande fondamentale. Et dans le cas de l'agriculture, la demande ne concerne pas seulement la variété des aliments, mais aussi la façon dont ils sont approvisionnés et distribués et dont les déchets sont traités.

Il y a une application pour ça

C'est là que la technologie agricole entre en jeu. Elle joue un rôle de plus en plus important pour améliorer la connectivité entre les différents maillons de la chaîne de valeur et permet aux agriculteurs de fournir en continu un approvisionnement suffisant et durable pour répondre aux besoins des clients. Il est vrai que la connectivité à la ferme constitue un obstacle à la numérisation en agriculture, mais les progrès se poursuivent. C'est d'une importance capitale, car la connectivité permet d'améliorer la productivité en plus d'apporter d'autres avantages, comme l'amélioration de la sécurité des travailleurs et de la performance du point de vue environnemental et social.

La pierre angulaire de ces progrès est l'expansion rapide de l'Internet des objets (IdO), qui permet la détection et la surveillance à distance d'objets physiques, créant un pont direct entre le monde physique et le monde numérique. L'IdO fournit aux utilisateurs l'information dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin, ce qui, dans le contexte qui nous occupe, profite non seulement aux exploitations agricoles et aux agriculteurs, mais à l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement.

Une fois qu'ils ont la connectivité, les agriculteurs peuvent mettre en œuvre l'IdO et d'autres solutions numériques pour améliorer leur productivité, réduire les risques, améliorer la sécurité des travailleurs, et bien plus. Grâce à des technologies comme les plateformes de gestion agricole, l'irrigation intelligente, la surveillance météorologique et climatique et la lutte antiparasitaire, les agriculteurs peuvent exploiter plus efficacement le pouvoir des données et l'information qui en découle. Tout cela se traduit par une utilisation plus précise des ressources, moins de gaspillage, une mise en marché plus rapide, une meilleure traçabilité, une biosécurité accrue et, au bout du compte, des aliments plus salubres – contribuant à mieux répondre aux attentes croissantes des consommateurs.

Vers un avenir numérique

Naturellement, il existe des obstacles à l'adoption rapide et facile de la technologie agricole – le plus important étant de savoir comment choisir, mettre en œuvre et utiliser concrètement la technologie voulue. Si vous vous aventurez dans ces eaux pour la première fois, plutôt que de mettre l'accent sur la technologie elle-même, assurez-vous de bien comprendre l'entreprise, ses exigences actuelles et prévisibles, et les applications potentielles de la technologie agricole. Si vous connaissez vos exigences et êtes en mesure d'énoncer clairement vos besoins en matière de connectivité, il sera beaucoup plus facile de réduire les options et de faire les bons choix pour votre entreprise.

C'est une période palpitante pour l'agroalimentaire au Canada. Entre les défis immédiats de la pandémie mondiale et les attentes à long terme de production et de distribution d'aliments et de produits alimentaires toujours plus salubres et plus sains, il n'y a jamais eu de moment plus propice au virage numérique. En fait, la rencontre de la technologie numérique et de l'agriculture promet de jouer un rôle essentiel non seulement pour alléger les pressions actuelles sur notre système alimentaire, mais aussi pour bâtir le système plus fiable et plus résilient dont nous aurons besoin dans la nouvelle réalité postpandémique.

Réalisons-le.

Interesting